Yearly Archives:

2018

Culture, Tous, Voyage

Prague : seconde étape de notre voyage de noces !

Prague…depuis Berlin, quatre petites heures de train séparent les deux capitales européennes, un saut de puce dans notre périple qui devait aboutir sur les plages de Croatie un peu plus d’une semaine plus tard !

 Et voilà Prague qui apparaît sous nos yeux, à la fin d’un trajet agréable, bordé de paysages magnifiques. Nous sommes restés ici un peu plus de deux jours, suffisant pour profiter au maximum des incontournables de la vieille ville, mais sans aucun doute insuffisant pour découvrir toutes les richesse de cette ville au patrimoine exceptionnel.

Nous avions de Prague l’image d’une ville historique, un poil romantique et traversée par un fleuve à la manière d’une ville de Loire paisible et bordée d’histoire, tout cela n’était pas tout à fait juste mais nous nous en approchions ! Nous sommes arrivéspar le train depuis Berlin, quatre heures à profiter d’un magnifique paysage, une ligne entre fleuve et collines ponctuée de bourgades charmantes ! C’était le premier voyage en train pour Anthony, et bien qu’un peu anxieux au début, il s’est habitué à ce mode de transport qui permet de se reposer tout en se laissant porter.

Ce qui frappe d’entrée dans cette Capitale c’est « l’opulence » de son architecture, la richesse des décors et l’aspect monumental de certaines rues. La ville, et contrairement à ce que nous pouvions imaginer, est pleine de touristes si bien qu’il est assez difficile d’y circuler même à pied tant il y a la foule, d’autant plus dans les ruelles de la vieille ville ! Nous avons choisi un hôtel situé en coeur de ville afin de profiter de l’animation sans avoir à trop marcher, nous avons très bien fait ! La ville ancienne est labyrinthique et les distances sont rapidement importantes tant il est difficile de se repérer ! (J’applaudie ici le GPS du smartphone Huawei P20 pro  qui tant bien que mal a réussi à « accrocher » la majorité de nos trajets :p )

De 8h du matin à minuit et les estomacs bien remplis grâce aux nombreux restaurants croisés sur notre chemin, nous avons pu, malgré la chaleur (entre 30°c et 40°c au plus haut), déambuler au maximum dans la ville  afin de ne pas rater une miette des incontournables. Une cuisine simple, plutôt commune et très « internationale » en dehors des quelques restaurants typiques, c’est un peu ce que nous avons pu entrevoir de la cuisine ici. Prague est une ville du monde ouverte au tourisme de masse et malheureusement cela se ressent ; surtout au travers des innombrables boutiques souvenirs, toutes identiques et pratiquants des tarifs parfois assez prohibitifs ! La première adresse que nous avons testé s’est offerte à nous lors de notre première balade en ville. Quelques petites ruelles entrecoupées, et un espace qui nous a attiré. Quelques notes de musique, un accueil souriant et une végétation luxuriante…il ne nous en fallait pas plus pour se poser dans cette adresse qui offre une cuisine européenne très  satisfaisante !

Nous avons découvert un restaurant traditionnel nommé U Pivrnce Maiselova situé  60/3, 110 00 Praha 1 – Staré Město-Staré Měst et qui permettait de découvrir la cuisine du coin avec des plats sans prétention et un bon rapport qualité prix.  Tout l’endroit est décoré par un artiste populaire, Petr Urban,  à l’humour noir et aux dessins satiriques. Pancakes de pomme de terre, soupe à l’oignon et goulash sont donc à la carte et l’endroit se révèle être une vraie bonne adresse, autant pour la cuisine que pour l’ambiance franchement bonne enfant qui y règne.

Niveau incontournable, on vous conseille d’aller prendre un goûter au café municipal, l’occasion de profiter d’un décor art nouveau, tout en élégance et en raffinement ! 

Concernant nos activités culturelles, le programme a été varié et chargé ! Gros coup de coeur pour le musée des effets spéciaux de Karel Zeman ( Saská 80/1, 118 00 Malá Strana ) , un pionnier du genre ( que nous avouons ne pas connaître ) . L’occasion d’en savoir plus sur la façon de faire des films et d’animer des marionnettes par exemple.  Nous nous sommes beaucoup amusés, et même si le musée est assez petit, il est constitué d’éléments très ludiques et appelant à l’action ! Une activité très souvent plebiscitée pour les enfants, mais que nous avons trouvé attrayante pour nous qui sommes de nature curieuse. Le plus gros fou rire de notre vie dans un site touristique en fin de visite, grâce à une salle avec un fond vert… nous vous laissons la surprise si vous avez l’occasion de vous y rendre ! Ce n’était pas très cher comparé aux autres sites touristiques, et il y avait peu de monde, un vrai petit bijoux pour les curieux !

Lorsqu’on parle du château de Prague, c’est en réalité tout un quartier. Plutôt mal reçus par un office touristique sur place, nous avons accusé aussi notre manque d’organisation et d’information. De nombreux sites sont ouverts aux visites, mais ferment en général vers 17h30. Autant vous dire que la personne en face n’avait pas très envie de nous vendre des billets, et même s’il était indiqué 16h à nos montres, apparemment c’était trop tard. Un peu déçus, nous ne sommes cependant pas restés sur notre faim, puisque la balade pour monter tout en haut de ce point de vue valait le détour. Un petit verre dans la montée, l’occasion de souffler aussi avec un dénivelé assez sportif !

Nous avons également pris toute une après-midi pour visiter le quartier juif. Plusieurs types de formules touristiques s’offriront à vous, et vous aurez le choix de visiter une ou plusieurs synagogues, ainsi que des musées sur l’histoire juive, proposant objets précieux et nombreux témoignages. C’est à la synagogue espagnole, la plus décorée, qu’il vous faudra prendre vos tickets ( Vězeňská 1, 110 00 Staré Město ) Nous avons pris le billet global et avons commencé notre tour.  Beaucoup de gens en pèlerinage, des lieux bondés, mais une visite à faire absolument. Et pour les hommes, la kippa est bien évidemment obligatoire… ne vous en faites pas, elle sera fournie à l’entrée !

En grand amoureux des points de vue, nous avons aussi fait le Clémentinum ( Mariánské nám. 5, 110 00 Staré Město, Tchéquie ) , qui abrite surtout une des plus belles bibliothèque du monde. Ici on savoure avec les yeux, et c’est assez incroyable de voir à quel point les livres sont abondants. Avec son style baroque, cet endroit restera dans nos mémoires pendant longtemps. Nous avons vraiment eu le souffle coupé, et autant vous dire qu’il faut en profiter un maximum car la lumière a un minuteur afin de ne pas abîmer les précieux ouvrages. Le visite ne peut pas se faire autrement que guidée, et nous avons eu la chance d’avoir une guide sympathique, qui prenait bien le temps d’expliquer. Un peu de sport pour monter en haut de la tour astronomique et quel plaisir d’admirer toute une ville !  Petite précision, la visite est en anglais.

Crédit photo : Sean Yan 500 px

Bilan de ces un peu plus de deux jours passés à Prague : ville à la fois paisible par son atmosphère et sa culture mais furieusement active et animée grâce ( ou à cause ? )  des touristes et des nombreux artistes de rues présents. La cuisine y est bonne et le coût relativement accessible pour un Français (attention l’utilisation de la CB n’est pas dans la culture locale, ici il faut payer en « Couronne Tchèque » ! Pensez à trouver votre banque partenaire pour éviter le frais de conversions onéreux et ne vous ruer pas dans les « Bureaux de change » sans regarder un peu sur internet avant). Ici le seul point négatif est peut-être la chaleur humaine que dégagent les habitants qui ne sont pas tous totalement « Touriste friendly » et font parfois grise mine. Mais généralement tout cela est contrebalancé par la bonne humeur et la politesse que nous tentons d’échanger avec eux !

Café Municipal – nam Republiky 5, 111 21 Stare Mesto

Anecdotes et points pratiques 

Notre hôtel était l’hôtel Adler ( V Jirchářích 13, 110 00 Nové Město ), situé en plein centre-ville et à quelques minutes du tramway sa situation était géographiquement parlant une très belle idée de notre agence de voyages. Le personnel était très courtois, parlait suffisamment bien anglais pour comprendre le nôtre et proposait une collation gratuite dans l’après-midi. Le buffet du petit-déjeuner était garni et restait correct. Néanmoins nous avons eu quelques problèmes de climatisation, puisqu’elle était…inexistante !

Ne vous laissez pas avoir par l’authenticité de la brioche tchèque du Trdelnik. C’est le plus gros attrape-touriste du coin. Cette spécialité n’est pas connue en elle-même par les habitants et si vous êtes assez motivés pour aller parler à un habitant, il vous dira que c’est pas mauvais mais que même leurs grands-parents ne connaissent pas. Le nom de cette spécialité est cependant tchèque et a une connotation très ancienne mais se retrouve dans d’autres cultures de l’Est. En Autriche ils appellent ça “Prügelkrapfen” et en Slovaquie “Skalický trdelník.” Nous n’avions pas l’envie de le tester, même si c’est apparemment délicieux.

Si vous souhaitez emporter un souvenir typique de Prague, ramenez une marionnette ! La ville de Prague en est remplie, et il n’est pas rare de voir des magasins entiers dédiés à ce jouet particulier, façonné à la main et souvent entièrement en bois peint ! Méfiez-vous des porte-clés poupées russes qui sont certainement produits en Chine.

Crédit : PlacesOnLine.f 

Attention au taux de change et méfiez-vous des ATM, ces fameux distributeurs que vous croiserez à tous les coins de rue. Il n’est pas rare d’avoir des taux de conversion différents, et l’idéal reste de trouver la banque jumelle de celle que vous avez en France. La ville de Prague n’est pas aussi peu chère que ce qu’on nous avait laissé entendre, surtout dans le centre-ville !  Les sites touristiques s’additionnent vite sur le budget et il faut souvent faire des choix. Par contre, la bière est effectivement très peu onéreuse ( comptez 2€ maximum la pinte ) . Dans le prix affiché à la carte, il faut bien tenir compte du pourboire à laisser qui doit être en général de 10% et des accompagnements ! Une fois qu’on a pris l’habitude, c’est assez facile même si on doit réfléchir à l’heure du calcul. Le plus souvent, nous arrondissions la somme, surtout quand le service était souriant et le lieu accueillant. Si vous commandez un goulash, vous aurez juste de la viande. 350 CZK (14.58 €) c’est souvent le prix d’une viande et d’un accompagnement. Pour en revenir à cette brioche cuite sur bâton qu’est le Trdelnik, il revenait souvent à 3€. Ce qui n’est pas si peu cher quand on s’intéresse aux ingrédients.

Trouvez la tête de Kafka, auteur pragois connu pour La Métamorphose. Admirez le mécanisme hypnotisant. 

Nous espérons que cet article vous a plu, et n’hésitez pas à partager vos impressions sur la ville de Prague ! On se retrouve à mi-parcours, pour vous faire découvrir Vienne ! 

Geek, Tous

The Haunting of Hill House, la série qui mélange horreur et psychose

The Haunting of Hill House, c’est LA série qui a fait parler ces derniers temps. Trop curieux pour échapper au phénomène, nous l’avons terminé en 2 jours.

 

 

Certes, 10 épisodes pour une série, ce n’est pas bien long. Cependant, nous ne sommes pas trop branchés séries, et pas du genre non plus à nous faire des épisodes à la suite. La dernière fois qu’un tel événement s’est produit, c’était pour Stranger Things !

 

Cet article est garanti sans spoilers. Disponible sur Netflix elle reste une belle idée pour Halloween ! 

 

SYNOPSIS : La famille Crain arrive à Hill House pour retaper la maison, afin de la revendre. Belle maison de style gothique, grand jardin, beaucoup de fenêtres et des espaces pour vivre et s’épanouir ! Revendre des maisons, c’est leur fond de commerce, et ils ont l’habitude. Tout se passait bien jusqu’à une terrible nuit où les enfants sont emmenés d’urgence hors de la maison, sans savoir pourquoi. On les retrouve vingt ans plus tard, perdus chacun de leurs côtés, avec toujours des interrogations concernant la disparition de leur mère. Aucun d’eux n’est jamais retourné à Hill House depuis.

Folie ou apparitions ?

Qu’on se le dise, il y a plusieurs niveaux de lecture pour cette série. Est-ce que la maison est un prétexte pour laisser courir l’imaginaire ou est-elle réellement hantée ? Nous avons tiré la conclusion qu’elle est tout simplement un théâtre idéal pour ce drame. Elle laisse planer le mystère, et réussit à opposer fiction et rêve d’une façon complémentaire. Les enfants Crain sont tous atteints de troubles particuliers, intimement liés à leur expérience à Hill House. Qu’ils le veuillent ou non, leurs choix et leurs parcours les conduisent à assumer cette maison qui réussira à revenir à eux.

 

 

Une histoire de croyance 

Chacun des protagonistes de l’histoire reflète une facette de la maison. Qu’on soit dépendant, empathique ou clairement maniaque, tous les traits de caractère font sens et renforcent la Maison, qui devient à elle-seule un personnage. Qu’on croit en la Maison et ses pouvoirs, on ne peut nier son influence. Théo, en exerçant le métier de pédopsychiatre utilise son don, Luke reste prisonnier de ses peurs d’enfants, tout comme Nell la petite dernière qui fera face à ses démons. Tous les membres de la famille Crain croient de façon très différente. Steven est un bon exemple de non-croyance, il écrit des livres sur la maison qu’il a fréquenté plus jeune, sans jamais reconnaître la véracité de ses propres histoires.

Un découpage intéressant

Les épisodes s’enchaînent avec beaucoup de fluidité, et sont très prenants ! Un épisode par personnage, ce qui nous permet de comprendre les liens des personnages, ainsi que leur regard sur Hill House et la façon dont cette expérience les traumatise dans leur vie présente. La première moitié des épisodes est assez angoissante tandis que la seconde est plus psychologique. Une série en deux temps donc, qui laisse s’installer l’intrigue pour donner plus de corps aux explications. Dix épisodes s’avalent très vite, à raison d’une heure par épisode !

De l’émotion dans l’horreur ?

C’est là LE gros point fort de cette série. Elle réussit à laisser place à l’émotion, sans jamais la rendre superficielle. Les personnages sonnent tous très justes, et les acteurs, petits ou grands, les incarnent avec beaucoup de talent. On se prend d’affection pour certains, on se pose des questions sur les motivations des autres, on est ému par leurs choix. Avant d’être une série d’horreur, The Haunting of Hill House est un drame familial. Et c’est dans le dernier épisode qu’on saisit toutes les nuances de cette notion de famille. Préparez les mouchoirs !

 

The Hauting of Hill House est une série qui se regarde vite avec une mise en place de l’intrigue intéressante, qui pique vite la curiosité!  L’histoire offre une dimension inattendue aux séries classiques d’horreur et permet d’allier fond esthétique à intrigue ficelée. Un petit bijou qu’on ne vous conseille pas de regarder seul, mais accompagné d’une peluche ou de quelqu’un qui aura plus peur que vous ! 

 

Beauté, Tous

New Pharma, la parapharmacie en un clic !

Vous le savez, je suis loin d’être experte beauté. Ça n’a jamais été mon coeur de sujet, ni le thème de ce blog. Néanmoins, j’aime bien tester de nouveaux produits, en tant que consommatrice lambda !

 

NewPharma, c’est une parapharmacie en ligne, basée en Belgique mais qui livre aussi en France ! Ce sont des marques disponibles en point de vente physique, ou d’autres que je ne connaissais pas forcément. Avec plus de 30 000 références, c’est un eshop vraiment complet ! Clinique, René Furterer, La Roche Posay, Darphin, Topicrem… autant de références qu’on peut retrouver en parapharmacie « normale » . Une beauté accessible en un clic c’est toujours sympa et ça aide à prendre le temps de choisir ses produits aussi ! Il y a souvent des promotions et pour le coup le délai de livraison me semble assez avantageux.

Le site newpharma.fr livre en 48h en France et 24h en Belgique ( newpharma.be

 

Après un premier contact, Laura la chargée de partenariat a gentiment proposé de m’envoyer une box personnalisée. Je lui ai décris mon type de peau, la nature de mes cheveux, et c’était parti ! J’ai donc reçu :

-Un gel douche Bodysol à l’amande douce 200ml ( plus dispo sur l’eshop ) 
Le baume Lipikar était le produit que je savais génial avant de le recevoir.  La marque La Roche-Posay m’accompagne depuis toute petite, et ce sont des produits qui ne m’ont jamais déçue ! Le baume est vraiment gras mais c’est ce que ma peau desséchée réclame. « Nourris-moi » peut-on entendre si on écoute mes jambes ( mais personne n’écoute ses jambes dans la vraie vie ). Bien que la texture soit grasse, elle pénètre rapidement dans la peau, et permet d’enfiler un pantalon ou un collant juste après sans être gênée !
Je ne connaissais pas la marque Bodysol et ce gel douche correspondait bien à mes attentes. Assez hydratant, il sentait particulièrement bon, et pouvait s’utiliser également pour les cheveux. Ce n’est pas mon coup de coeur, mais Anthony a beaucoup aimé et le produit a de ce fait, descendu assez vite. L’eau thermale La Roche Posay est un produit que j’adore pendant les vacances d’été ! Il ne m’a pas quitté pendant tout l’été, et je l’avais dans mon sac pour me rafraîchir. C’est pour moi un indispensable au retour des chaleurs et son format mini permet de le glisser dans son sac de plage.
Concernant l’eau micellaire Uriage, là aussi, je savais que ce serait un sans-faute ! De cette marque, je ne connais que les lotions et eaux micellaires, et c’est toujours un plaisir de l’utiliser le matin pour se réveiller, et le soir au démaquillage.
Le démaquillant pureté thermale Vichy m’a un peu surprise au départ. J’ai un vrai problème avec les laits. Je n’apprécie pas forcément la texture que je trouve trop liquide, souvent ils sont trop parfumés et laisse un film gras sur ma peau. C’est donc avec beaucoup de précaution que j’ai testé ce produit. Efficace et à l’odeur vraiment agréable, je crois qu’il m’a réconcilié avec la texture du lait !
Concernant le mascara La Roche-Posay, j’ai été surprise de savoir que la marque La Roche-Posay faisait du maquillage ! La brosse est pratique, l’application plutôt facile et il tient vraiment bien. Pas d’effet wow au programme mais il fait le job ! Il est indiqué pour les yeux sensibles ou les porteurs de lentilles.
On termine par un gros coup de coeur et une très belle découverte pour moi : la marque Darphin ! J’ai pu recevoir plusieurs produits complémentaires, à intégrer dans une routine beauté. Commençons pas le produit qui m’a le plus étonné et que je pensais ne pas apprécier quand je l’ai déballé. Le baume démaquillant a une texture bien particulière, ça ressemble à du miel, c’est un peu collant et ça sent bon. Pas un parfum de synthèse ou autre, c’est une odeur assez naturelle qui se dégage du produit. Il suffit de se badigeonner le visage, et de se le rincer pour se démaquiller complètement. Le produit se transforme alors en mousse et laisse une sensation de fraîcheur après le soin. Très réticente au départ, à cause de la texture qui était toute nouvelle pour moi, j’ai fini par devenir vraiment fan de ce produit. C’est LE coup de coeur de ce paquet, et c’est l’un des produits que je me vois bien racheter après ce test ! Le gel crème illuminateur était agréable à utiliser, comme crème de jour ! Nourrissant, il a rajouté un éclat visible quand je l’utilisais. Je n’ai pas bien vu les effets du sérum, car la dose étant plutôt petite, je ne suis pas sûre d’en avoir saisi toutes les propriétés !

Je remercie Laura pour ce très beau partenariat qui m’a fait découvrir de nouvelles marques et de nouveaux produits ! N’hésitez pas à me donner vos produits préférés ou à me partager votre routine beauté en commentaire ! 

Culture, Tous, Voyage

Berlin, première étape de notre voyage de noces !

Berlin, une ville qui ne fait pas forcément rêver, mais que nous voulions inscrire dans notre périple de deux semaines. Pour notre voyage de noces, nous nous sommes vite rendus compte qu’une destination nous lasserait vite.

 

 

 

On a des caractères assez différents, mais un lien nous unit avec Anthony. Nous ne restons pas en place, nous ne savons pas ne rien faire, nous avons besoin de nous occuper. Même si cela peut être un défaut dans certains cas, lors de notre voyage de noces, c’était une vraie qualité de découverte. Ainsi, nous avons parcouru 4 villes en 2 semaines. Berlin, Prague, Vienne et Split. Quatre pays différents, et des cultures qui nous ont tantôt chahuté, tantôt brusqué.

 

Pour tout vous dire, Berlin a été la destination qui a failli disparaître du plan. Un peu trop ambitieux au départ, lorsque nous sommes allés voir une agence de voyage ( Havas ) pour nous aider, on avait programmé 5 villes en deux semaines. La conseillère nous a mise en garde, on n’aurait pas beaucoup de temps pour profiter, et on risquait de finir frustrés ! Maintenant que notre périple est terminé, nous nous disons qu’elle a eu bien raison. C’est finalement Budapest qu’on a délaissé, préférant Berlin. Ce pays, l’Allemagne, m’avait laissé un assez mauvais souvenir, lié à une correspondante antipathique, du temps où j’étais au collège. Je voulais lui redonner une chance de m’offrir de bons souvenirs, et c’était aussi l’occasion de parfaire mon allemand, langue que j’ai apprise pendant 10 ans, mais qui me vaut toujours deux bonnes minutes de réflexion lorsque je dois former une phrase.

Ainsi à Berlin, nous avons commencé doucement notre voyage, après un premier vol pour Anthony ! Un peu stressé au début, il a finalement été rassuré…ha ce n’est que ça ? C’est bon, on peut voyager en avion, son vertige n’a pas eu cours au décollage. Nous sommes arrivés à l’heure du déjeuner, et après nous être installés à l’hôtel Radisson, nous avons suivi les conseils d’une instacopine. C’est chez Momo Tavern que nous avons pris une première pause déjeuner ! Situé à quelques mètres de notre hôtel, nous avons pu découvrir la cuisine fusion. Celle qui mêle plusieurs spécialités de continent ou de culture différente, pour créer un nouveau plat. Fusion des cultures et des concepts, c’est un burger asiatique qui a ravi nos palais ce jour-là. Très bien accueillis, un burger aux crevettes et au boeuf mariné nous ont pleinement satisfaits.

Des amis revenus récemment de Berlin nous avait prévenu, la ville est très vaste, et à pieds cela peut être coriace ! Portés par l’élan des novices du voyage, ou une fougue aventurière, nous avons décidé d’explorer tout de même la ville en marchant. Ça permet toujours de découvrir des coins inaccessibles en transport en commun, et nous en avions le courage pour le moment ! C’était aussi l’occasion de se décider sur les activités que nous souhaitions faire ! Petit passage au CheckPoint Charlie, découverte de la porte de Brandebourg… Après une bonne bière et un bon repas, nous avons pu nous reposer les pieds et l’esprit ! C’était parti, nous étions en voyage ! Nous étions hors de chez nous !

Le lendemain, nous étions décidés, nous avons été mangé le meilleur kebab du monde, rien à voir avec ceux en France, c’était garni, coloré, et si peu cher ! Le kebab et la boisson ne nous ont coûté que 3.90 euros. Ces kebabs sont très réputés, et arrivés devant à 12h, nous avons pu nous rendre compte qu’à 13h30, il fallait attendre une bonne demi-heure pour être servi. Comme la petite gargotte était assez éloigné du centre-ville, nous avons pris le métro exprès et nous sommes baladés dans les rues environnantes. Mis à part quelques fresques streetart, rien de bien intéressant et nous sommes repartis assez vite.

Mustafa Gemüses Kebab
Mehringdamm 32
10961 Berlin

 

Avant de partir faire une croisière sur la Spree, le fleuve traversant Berlin, nous avons fait une pause dans un bâtiment qui a attiré notre attention. La Humboldt Box est un bâtiment exposition, expliquant aux berlinois l’intérêt de la reconstruction du palais de Berlin, situé juste derrière. Mise en scène intéressante et réflexion sur le patrimoine collectif, nous n’avons pas regretté notre visite. Une terrasse très sympathique nous attendait et nous offrait une vue sur le Berliner Dome, que nous avons le lendemain.

Les croisières sur les fleuves de villes sont des activités très touristiques, mais nous apprécions nous reposer et nous faire promener avec des commentaires sur la ville. Les audioguides étaient en français, et nous n’avons eu aucun mal à réserver notre visite directement sur le quai. Avec la Berliner Card, nous avons eu une réduction et Anthony s’est même pris un petit café à bord.

Le soir, nous avons découvert un quartier que nous n’avions pas remarqué, proche de notre hôtel. Le Nikolaiviertel, le quartier le plus ancien de Berlin, où il fait bon flâner dans les ruelles moyenâgeuses. Un bâtiment étrange a piqué notre curiosité, et ces bulles colorées nous ont invité à entrer. Une fois la porte franchie, nous avons pu découvrir un restaurant vietnamien décoré très joliment, et nous sommes bien reposés le temps d’un repas délicieux !

Ngong Restaurant Rathausstraße 23, 10178 Berlin

Le lendemain nous nous sommes décidés à faire le dôme de Berlin l’après-midi, un dôme très impressionnant, et une visite qui offre un point de vue somptueux sur la ville de Berlin, après 270 marches. Nous avons adoré, et la présence de casiers pour déposer nos affaires nous a permis d’être allégés pour la montée ! Nous avons poursuivi la journée par une visite au musée de la communication ! Nous étions tombés dessus lors de notre premier tour de la ville, et en tant que blogueurs, c’était pour nous une évidence. Très intéressant et plutôt calme, ce musée est ludique et nous a fait penser au palais de la découverte à Paris ! Beaucoup d’activités mises en scènes, et de vraies questions, pour mettre en avant la communication sous toutes ses formes, de l’antiquité à nos jours. Une visite vraiment géniale, où nous avons pu découvrir une exposition musicale sur la pop allemande, regardé une collection de boîtes aux lettres, réagir quant à l’évolution du téléphone et nous informer sur les pratiques de télécommunication en temps de guerre. Un réel coup de coeur culturel et nous n’avons vraiment pas regretté la visite.

Museum for Communication Berlin Leipziger Str. 16, 10117 Berlin

 

Anecdotes & points pratiques

Nous avons pris la Berlin Welcome Card, une carte payante, qui permet d’obtenir la gratuité dans les transports en commun, mais aussi des réductions intéressantes dans les musées ou les activités, et même certaines boutiques souvenirs ou points de restauration. Disponible en forfait, nous avons opté pour une qui couvrait une période de 48h.

Les spécialités allemandes tournent autour de la saucisse ou de la pomme de terre, le plus souvent. Anthony a pu goûter au curry wurst et j’ai validé les boulettes de viande. Nous avons déjeuné au Berliner Republik, inclus dans notre carte où nous avons pu avoir une réduction intéressante sur l’addition ( 10% )

Les transports en commun, que ce soit le métro ou le bus, sont très bien expliqués et vraiment propres. Nous n’avons eu aucun mal à nous repérer. Nous logions sur la Alexander Platz, juste au dessus du Primark et d’autres commerces très mauvais pour nos cartes bancaires. Nous avons assisté à quelques animations et concerts qui remplissent cette place plutôt bien animée.

Cherchez les ours ! Symbole berlinois, il y en a dans tous les coins de rue, et parfois même dans les magasins ! Une autre figure emblématique de cette ville reste le petit bonhomme qui traverse la rue. Il a des boutiques qui lui sont dédiées, et vous pourrez trouver des savons, des carnets et des tshirts à son effigie.

Les Ampelmännchen (mot allemand signifiant « petits bonshommes du feu [de signalisation] ») sont les personnages symboliques se trouvant sur les feux de signalisation lumineux destinés aux piétons en ex Allemagne de l’Est.

 

 

Pour terminer, une petite surprise pour nous, à l’heure du repas. il faut installer la table et lorsqu’on arrive au restaurant, aucun couvert n’est dressé. Lorsqu’on demande de l’eau, on nous apporte de l’eau pétillante, et il faut demander de la MineralWasser. Nous avons eu la surprise le premier soir, et le serveur n’a pas compris et Anthony a dû se contenter d’une bière. Plus tard pendant le séjour, on a bien pris soin de demander de l’eau plate, mais comme elle est minérale, elle est forcément payante. 4€ pour une bouteille d’eau de 75 Cl, ça fait un peu cher, mais servir de l’eau du robinet ne se fait vraiment pas chez eux. Une coutume que nous avons découvert, et ça nous semble tellement normal en France de demander une carafe d’eau ! Ici le verre d’eau ne vous est servi qu’avec le café, et il sert à… se rincer la bouche !

Nous espérons que ce récit vous a plu, nous avons essayé de compiler nos adresses et nos ressentis sans être trop bavard ! On se retrouve bientôt pour la deuxième étape : Prague ! 

Cuisine, Tous

PadThaï à ma façon, une recette délicieuse et facile !

 

Si vous êtes déjà venus manger chez nous, vous avez forcément goûté à ma version du padthaï. Plat originaire de la thaïlande, ce plat est à base de pâtes, et signifie littéralement « sauté de style thaï » . C’est un plat que j’interprète à ma façon, et en fonction de ce que j’ai dans mon frigo, même si la base reste la même, des nouilles sautées au wok !

 

Ingrédients ( pour 4 personnes ) 

Des nouilles à base de pâte de riz

De l’huile de sésame

Des haricots mungo

3 gros oignons

Des crevettes ou du boeuf en lamelles

De la sauce soja claire

Des noix de cajou

De la ciboule ( appelée aussi cive ou oignon vert ) ou de la coriandre

Du gingembre

De la sauce sriracha

 

Vous pourrez trouver tous ces produits en épicerie asiatique, ou bien sur internet.

à Orléans Pomme Rouge 14 rue Léon Delagrange ( quartier Madeleine ) 

 

 

RECETTE

Dans un grand wok, faîtes sauter vos oignons émincés et vos haricots mungo dans de l’huile de sésame. A côté, faites cuire vos nouilles dans de l’eau bouillante. Une fois vos nouilles cuites, ajoutez-les dans le wok. Ensuite, ajoutez vos crevettes ou vos lamelles de boeuf émincé, et finissez par 2 cuillères à soupe de sauce soja. Saupoudrez une pincée de gingembre en poudre par dessus en fin de cuisson. Dressez dans un bol, ajoutez de la ciboule ou de la coriandre et quelques traits de sauce sriracha. Une pincée de noix de cajou concassées pour terminer, et hop c’est parti pour la dégustation.

 

J’espère que vous apprécierez cette recette que j’adore et qui ne prend qu’une vingtaine de minutes. Bien dressé, cela fait toujours grand effet, et une fois que vous aurez mangé tout un bol, je vous garantis que vous n’aurez plus faim. 

Et vous, vous êtes fan du padthaï ?