All Posts By

Anthony & Noémie

Blabla, Tous

Le cas du premier canapé

Quelle nouvelle ! Nous allons pouvoir avoir un canapé !  Notre premier, celui qui marquera les plateaux télé – sushi, et les soirées à s’endormir devant des films trop longs. On pense à sa couleur, on n’est pas bien sûr, faut-il un prune à fort caractère ou un taupe uniforme mais passe-partout ?  Un autre luminaire ne serait pas de trop également tiens ! Et d’autres meubles à venir, car notre appartement ressemble encore trop à un appartement d’étudiant, peu de décoration, beaucoup beaucoup trop de blanc ( et pourtant nous ne sommes pas si fan de la décoration épurée et minimaliste ) . Emménager dans un nouvel endroit, c’est toujours l’occasion de repartir du bon pied, de jeter des broutilles du passé, et d’en accumuler des nouvelles. Même si on ne peut pas tout avoir tout de suite ( la Senseo, le tapis, le paillasson et une nouvelle tringle à rideaux ) , il est évident qu’on va prendre plaisir à faire de cet espace, notre petit cocon à nous ! On dit que plus c’est petit, plus il y a d’amour, alors dans 45m2, on se dit que c’est plus que faisable d’avoir un appartement à notre image.

On a eu  de la chance que la propriétaire de notre appartement ait décidé de tout refaire à neuf cet été, et nous pouvons jouir d’une superbe cuisine aménagée, ainsi que d’une salle de bain vraiment jolie en plus d’être fonctionnelle. De bons petits plats sont en route déjà, et on a mis un micro-onde dans la niche au dessus du réfrigérateur. 

On a disposé ça et là des petites choses qui nous font sourire et on les partage avec vous, en plus d’idées décorations !

 

Oui, c’est blanc. Beaucoup trop. A la fois, cela donne un côté propre à l’appartement, mais on le trouve pas très chaleureux. Même si j’ai ajouté quelques touches de rouge dans la cuisine, il faut s’armer de patience pour réussir à rendre les lieux plus sympathiques. La cuisine est vraiment géniale, car il y a beaucoup de rangements et de placards ( même si j’avoue être trop petite pour les placards du haut ! ). Concernant le distributeur de savon liquide, je l’ai trouvé au magasin  » C’est 2euros «  et la petite succulente en pot rouge chez « L’Atelier après la Pluie », fleuriste place de la République à Orléans. Le bac à ustensiles vient de chez un bazar, rue des Carmes. J’ai récupéré mon orchidée, cadeau de pendaison de crémaillère l’an passé à Tours, et Anthony a rapatrié sa lampe d’architecte reçue à son anniversaire : 1 point partout. On a disposé quelques photos et des bibelots, mais on n’est pas très convaincu par cette combinaison. Ces deux étagères en bois habillent le mur du salon, mais en y regardant de plus près, on s’est rendu compte qu’elles n’étaient pas très droites !

L’idée Déco : Un serre-livre 

 

Toujours agréable de se réveiller avec cette vue, j’ai voulu aménager dans l’entrée, un endroit décoration avec un petit clin d’œil lumineux, sous forme de veilleuse lapin ( Casa ) . Une coupelle offerte par la grand-mère d’Anthony, et une petite bougie qui changera au fil du temps et des saisons !

Dans la salle de bain, c’est mon espace ! Et forcément, c’est doré ! Pour l’instant, ça matche plutôt bien avec les carreaux en faïence bleue ! Il faut qu’on trouve un rideau de douche et une barre de douche flexible. Un lave-linge est également sur notre liste… Le verre avec motifs dorés vient de chez Maisons du Monde

L’idée déco : un porte savon et un gobelet à dent en céramique dorée métalisée – ALINEA 

L’escalier me pose bien du soucis, car je ne sais pas encore quoi faire avec cet espace. Nous vivons dans un duplex, et c’est agréable d’avoir des pièces séparées d’une part, et à l’étage de l’autre part. C’est toujours de l’intimité de gagné !

Des cadres photos seraient une belle idée, mais je pense aussi à des plaques murales décoratives ! Pour la rambarde, j’avais l’idée d’une guirlande, mais il n’y a rien encore de bien défini dans ma tête…

L’idée déco : une plaque vintage 

Côté chambre, rien de bien fou, puisque tout y est aussi résolument blanc, et qu’il faut qu’on achète une suspension pour cacher cette ampoule qui pend honteusement. Je n’ai pas pris de photo de la chambre, parce qu’on n’avait pas fait notre lit aujourd’hui. Oui, désolée, tout n’est pas toujours parfait ! 

L’idée déco : Une suspension toute douce 

C’est toujours une étape d’aménager un chez soi, et on se rend compte au fur et à mesure que des petits objets de la vie parfois anodins sont vraiment utiles. Génial, c’est ceux qu’on a oublié ! Tu le vois le porte-torchon ? 

N’hésitez pas à nous partager vos souvenirs d’emménagement en commentaires ! 

Merci à tous de nous lire, et d’être de plus en plus nombreux, à nous encourager et nous suivre ici et sur nos réseaux sociaux respectifs. 💕

Blabla, Tous

On se souvient toujours du premier matin

On se souvient toujours du premier matin. Des premières fois, celles qui nous changent et dont on profite. On en a vécu une récemment, et ça nous a fait du bien. De la nouveauté, faire quelque chose pour la première fois. Il paraît qu’il faut savourer ces fois-là, parce qu’une fois passée, elles n’existeront plus.

On a trouvé un appartement en une semaine. WOW. Oui, nous aussi on a été soufflé par la rapidité. Il faut dire qu’Anthony est de très bons conseils ( voir l’article les pièges de la location ) et qu’une fois son CDI signé, il s’est très vite activé. Par le biais d’une agence, on a fait une visite, et il se trouve que c’était la bonne. Une visite, un appart… Bingo ! Et le dossier était bouclé en trois jours. On ne réalise pas encore notre nouvelle vie, et on pense parfois à l’ancienne, laissée juste avant-hier. On a logé pendant 6 mois chez nos parents, 2 mois en Sologne, et 4 à Orléans nord. A présent, nous résidons dans l’hyper-centre, et ça va en changer des choses ! Tous les matins, on se lève avec une vue agréable, si le temps le permet. On se dit qu’on est heureux d’être là, on savoure notre café soluble et on pense au jour où on pourra investir dans une Senseo. On profite de notre intimité retrouvée.

Bien entendu, il y a eu quelques petits couacs dans le déménagement, et je vous écris actuellement d’une pièce assez vide, on a encore un peu l’impression de faire du camping. C’est vrai que nous ne sommes là que depuis 3 jours. En un dimanche, on a monté des cartons, tenu des portes d’ascenseurs, plaisanté un peu et transpiré beaucoup. Et on a eu des bras amis et familiaux pour nous soutenir dans cette nouvelle aventure. On leur a promis un bon gratin dauphinois de ma composition, c’est-à-dire avec beaucoup de fromage et puis beaucoup d’amour aussi. On a oublié les serviettes de bain, des éponges, du liquide-vaisselle. Certains ustensiles de cuisine. Des sacs poubelles. On est rentré crevé lundi soir, après avoir fait nos premières courses, on s’est pris la tête à Auchan parce qu’on ne connaissait pas les rayons et qu’on a marché pour rien. Le premier soir, on a dû aller au restaurant parce qu’on n’avait même pas pensé à prendre assez de pâtes. Ça peut faire sourire, mais je vous assure qu’on était tellement fatigué… on n’avait pas très envie d’en rire. On aurait pu commander quelque chose, mais notre nom n’était pas encore sur l’interphone, alors on a préféré s’aérer un peu. Quelques mètres et nous étions attablés, mais si fatigués que la soirée a résonné comme une sourdine.

Il faut qu’on achète un canapé, parce qu’on a quand même une bonne télévision, et qu’on voudrait bien profiter d’une soirée film. On voudrait aussi un lave-linge, ça nous faciliterait la vie, on doit d’ailleurs bientôt aller à la laverie ! Par contre, on a un lave-vaisselle, et ça, nous n’en sommes pas peu fiers. Je pense sincèrement qu’on devient adulte, le jour où on commence à acheter des produits d’entretien, et qu’on prend du plaisir à le faire. Le matin on se réveille, on se dit qu’on est tous seuls dans notre appartement à nous, pour notre vie à nous, pour construire notre vie ensemble. L’air de rien, nos parents s’étaient habitués à notre présence, et on sent au téléphone qu’ils ont du mal à nous lâcher, et qu’ils s’inquiètent un peu. C’est rassurant de se dire qu’on manque quelque part.

Tout est allé très vite, et on reste confiant et heureux. Juste un peu sonné, et du mal à réaliser. C’est normal, il paraît. On se souvient toujours du premier matin.

 

Blabla, Tous

Les pièges de la location

Ta ta taaaaa !  Anthony est ravi de faire un article sur un sujet épineux mais très important et qu’il connaît bien ; c’est un ancien agent immobilier, alors prenez bien au sérieux tous ses conseils…
Pour vous permettre d’éviter quelques déconvenues et parce que c’est important, il a décidé de vous parler des pièges à éviter lors d’une recherche de logement. Mais plus que des pièges, ce sont avant tout des conseils, des « éléments » sur lesquels il faut rester vigilant avant de franchir le pas 🙂

1. Bien prendre connaissance de l’annonce !

C’est la base de toute recherche : l’A.N.N.O.N.C.E. Parfois courte, parfois longue, elle donne quelques informations
parfois essentielles pour éviter de perdre du temps… Ou avoir des problèmes.
Un bon moyen de prendre vite la mesure ce sont les « superlatifs » : Grand, beau, lumineux, bien situé, agréable… Ces annonces n’ont pas toutes quelque chose à cacher, mais bien souvent une surenchère cache un point négatif fréquemment rédhibitoire : Localisation particulière, aménagement intérieur biscornu…
Autre point important : Le prix. Même si l’on cherche absolument la bonne affaire, une annonce bien moins chère qu’une autre mérite d’être étudiée avec attention. Il ne faut pas hésiter à comparer, prendre le temps de faire un petit tableau récapitulatif avant de se lancer dans les visites.

2. Le mode de chauffage, un point qui mérite une attention particulière…

C’est un des éléments les plus importants et qui va fortement faire varier la note si on ne prend pas ses précautions. Avant même la visite il faut tout de suite définir le type de chauffage du logement : Electricité, gaz (individuel ou collectif), insert à bois…
En parallèle pensez à bien regarder la note obtenue par le « DPE » : Diagnostic de Performance Énergétique, qui apparaît sous la forme d’un petit graphique à barres avec des couleurs et des lettres allant de A (parfait) à G (énergivore) et n’hésitez pas à demander l’estimation de la consommation totale du logement qui se base sur l’ancien locataire (attention s’il n’y avait pas de locataire avant vous, cette estimation n’existe pas toujours ou est « estimée ».

Pas la peine de vous rappeler non plus qu’une bonne isolation du logement est à vérifier avec attention : Double vitrage, ancienneté des radiateurs électriques, fraîcheur des murs au toucher… ça en fait des choses à vérifier !

3.Ne pas hésiter à toucher à tout.

C’est un devoir, une obligation ! Toucher, prendre le temps de tester les robinets, de regarder dans les tiroirs, d’allumer et d’éteindre les lumières… C’est un bon moyen de prendre connaissance avec le logement et surtout de déceler des problèmes invisibles en temps normal. Rassurez-vous, la personne qui se charge de la visite ne sera pas surprise, au contraire c’est un gage de qualité et de transparence. Méfiez-vous néanmoins des personnes qui voient cela d’un mauvais œil, elles ont peut-être quelque chose à cacher.

4. Ne pas accumuler les visites

Si c’est possible, et comme l’indique le titre, éviter de multiplier les visites sous prétexte de ne pas trouver chaussure à son pied. Dans la majorité des cas une location peut très facilement se conclure en 2 à 3 visites maximum, au delà vous pouvez considérer que votre recherche n’est peut-être pas assez ciblée ou bien que vous êtes compliqués à vous de choisir  😯

5. Sachez faire des compromis

Bien sûr que vous la voulez cette baignoire, mais est-ce que le temps de trajet jusqu’au travail n’est pas plus important ? Sachez remettre en cause vos réels besoins, et décidez de ce qui est le plus attractif, en fonction de vos goûts et de vos attentes. Pensez pratique, vous voyez-vous habiter dans cet endroit ? Vous réveillez avec cette lumière ? Descendre tous les matins dans cette rue ? S’imaginer en situation peut largement vous aider quant aux choix à prendre. 

Bonne recherche, et bonnes trouvailles ! Nous on déménage  😛 

Culture, Tous

Partir au soleil avec Vaiana, le dernier Disney !

Vaiana… ce nom vous dit peut-être quelque chose ? Et oui, c’est le dernier Disney, encore en salles ! Le prénom d’une princesse au caractère bien trempé et à la beauté exotique ! On vous en dit plus dans cet article !

08004_3

Résumé : Vaiana est une jeune fille destinée à un avenir brillant. Sur son île, elle est la fille du Chef, et doit donc poursuivre son travail de gestion de l’île pour permettre à son peuple de vivre dans la joie et la bonne humeur. Mais cela implique des responsabilités dont elle doute, et elle sent qu’elle est appelé « Ailleurs ». Dans cet ailleurs, réside une part de mystère, une part bleue, un bleu lumière qu’elle s’efforce de fuir car il l’éloigne de son destin tout tracé. Mais parfois, l’appel du large est plus fort que tout ! Entre légende tahitienne et beaux paysages, le film nous emporte loin, et nous donne envie de partir à l’aventure ( mais surtout de nous baigner ). 

 

Vaiana est un personnage très intéressant, qui nous a beaucoup rappelé Merida dans Rebelle. On suit cette jeune fille insouciante qui cultive l’envie farouche d’échapper aux règles sociales liées à son rang ! Tout comme Merida, Vaiana a un fort caractère !  Néanmoins, elle dégage quelque chose de très lumineux, et apparaît tout de même d’une douceur qui force la sympathie, sans toutefois passer pour une rebelle ! 

1457575_10153549633612182_2820443791690045900_n

vaianaLes personnages secondaires sont également très vivants, et on remarque que leurs expressions sont vraiment très travaillées, c’est un bonheur de les voir s’étonner, et faire des mimiques ou des grimaces amusantes. Le personnage secondaire, le terrible Maui, volerait presque la vedette à notre chère Vaiana, tant il a une personnalité piquante et un rôle important dans le film. Concernant l’animation, le film réussit avec brio à lier univers 3D et dessin plus traditionnel enrichi d’une patte ethnique ! Très beau et très fluide, on aime ce petit clin d’oeil graphique ! 

 

Quelques anecdotes 

Source : BFM

Source : BFM

Cerise Calixte est la doubleuse française de Vaiana, et vous avez peut-être pu reconnaître sa voix, puisqu’elle est passée dans The Voice il y a quelques années, sans toutefois retenir l’attention du Jury. Comme chanson, elle avait choisi « Libérée, délivrée », best seller d’un autre Disney bien connu ! 

Anthony Kavanagh qui double Maui, n’en est pas à son premier doublage labellisé jeunesse. Il a donné sa voix à des films comme Madagascar avec Marty le zèbre , Buck  dans La ferme se rebelle ou Ray avec La princesse et la grenouille. Il pousse également la chansonnette, puisqu’il est chanteur et nous offre un beau solo lors de la rencontre avec Vaiana ! 

source : RadioDisney

source : RadioDisney

Pour le film Vaiana, les réalisateurs John Musker et Ron Clements ont effectué d’importantes recherches sur la Polynésie, en effectuant plusieurs voyages afin d’étudier le paysage, et la faune locale pour rendre au mieux le rendu de l’eau et les textures bien particulières. Déjà aux commandes de la Petite Sirène, ils ont voulu un retour aux sources avec un film autour de l’Océan, qui se focalise sur les îles.

On ne peut que vous conseiller d’aller vous réchauffer dans les îles, avec Vaina, princesse de Motonui !  Un vrai moment d’évasion, et une belle prouesse d’animation ! 

 

Look, Tous

Look d’hiver à l’orléanaise X Capucine CRAPEZ

Ding Dong ! Sonne l’heure d’un nouvel article… On ouvre une parenthèse mode, un des axes qu’on veut développer sur le blog. Une parenthèse agréable, puisqu’on s’intéresse aujourd’hui à la mode éthique, et encore plus incroyable, à la mode à l’orléanaise ! Orléans regorge de talents, de petits créateurs ou d’artisans cachés ! Toujours sympathique de les croiser lors de marchés de créateurs, et de parler avec eux.

 

lookhiverrrr

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une créatrice bien particulière, puisqu’il se trouve qu’elle a fréquenté les mêmes bancs lycéens que moi. Un clin d’oeil bien sympathique, pour une camarade de talent et qui a toujours vécu sa passion et a naturellement accepté de m’en parler ! Cette collaboration sur le blog est donc vraiment particulière pour moi, puisqu’elle met en lumière un talent croisé , en plus de mettre en valeur les créateurs orléanais.

La mode éthique reste vraiment intéressante et pertinente intégrée à une consommation plus responsable. Même s’il est impossible selon moi de consommer 100 % local ou français, j’essaie tout de même de privilégier le Made In France quand je peux, même si le coût reste élevé. Je commence à choisir la qualité plus que la quantité, et à acheter moins mais à acheter mieux. Une mode qui se veut maîtrisée, et toujours un amour des belles matières et des textures nobles. Cet article est donc l’occasion de vous présenter un peu de mon « style », rien de bien compliqué, mais dans lequel je me sens bien !

Capucine Crapez 

aaeaaqaaaaaaaameaaaajgfmngi5owm3ltnhzwytndmznc1izmjkltk4mtgxmtzmm2m0oqNée en 1994, Capucine CRAPEZ devient styliste design textile en sortant diplômée de l’école Parisienne : LISAA ( L’Institut Supérieur des Arts Appliqués ) .
Dorénavant, elle crée, dessine et assemble ses propres collections. Bercée par le sport depuis toute petite, c’est après un stage au Canada qu’elle tire ses inspirations définitives pour l’univers technique très utilisé et développé sur ce continent. Riches en couleurs, matières innovantes et détails ludiques, ses vêtements évoluent aux rythme de ceux qui les portent et se veulent être un véritable jeux, pour les petits comme les grands.

Ses mots d’ordres : Pratiques, Chic et Ludique !

 

1 / Tu es originaire d’Orléans. Aujourd’hui, est-ce que ta ville te manque ?

J’adore revenir passer quelques jours à Orléans voir mes amis et ma famille, je m’y sens bien. C’est même assez relaxant pour moi, une ville à échelle humaine où j’ai toutes mes petites habitudes. Mais je suis maintenant très attachée à ma vie lyonnaise.

2 / As-tu des lieux orléanais de prédilection ?  

Lorsque je rentre, j’aime aller me balader vers les halles Châtelet pour acheter de quoi faire un bon repas et marcher dans les petites rues piétonnes notamment rue Bannier ou il y a mon magasin de laine fétiche ! Je n’oublie jamais ma quête de nouvelles matières et finis souvent mes samedis orléanais par Tissus Jaurès à Fleury Les Aubrais .

3 / Peux-tu nous détailler ton parcours scolaire et les choix de vie qui t’ont amenés à devenir styliste ?

J’ai toujours été très manuelle et depuis toute petite,j’occupe mes temps libres en testant de nouvelles techniques de couture ou tricot. J’ai su que je voulais devenir styliste lorsque j’ai donné vie à un des mes dessins (pour la première fois), en faisant une robe pour ma soeur avec un vieux rideau de douche ! C’est cliché, mais j’ai compris que je voulais faire ca encore et encore ! 😀 Pour le parcours pro, j’ai fais un Bac ES, puis j’ai intégré Lisaa, une école de mode à paris ou j’ai fais une prépa et 2 ans de stylisme textile. Pour l’heure, je finis mon master 2 en e-learning marketing et management de la mode et du luxe à Paris. Cette formation par correspondance m’a permis de faire différents stage dont un au Canada ou j’ai puisé une grande partie de mes inspirations.

4 / Pourquoi 8700M ? 

11_32697_1450572501Ahaha La fameuse question qui fait que ce nom est ce qu’il est ! Mes collections s’inspirent de vêtements techniques, de trekkings et d’un album de manga en particulier : LE SOMMET DES DIEUX. Cet album relate l’aventure d’alpinistes escalant l’Everest sans oxygène jusqu’à 8700M …

5 / Comment élabores-tu une collection ? 

C’est un peu abstrait, je marche beaucoup au ressenti, à mes coups de cœur du moment, mes envies. Cela dit, après quelques coups de cœur et mes lignes conductrices établies je mets tout en page sur papier, pour créer mes gammes de couleurs, mon ambiance en faisant tout un tas de moodboard. Je fais beaucoup de listes et de penses-bête, cela me permet de me vider la tête et d’être sûre de ne rien oublier. Ensuite, je fais des recherches matières et c’est parti, je commence à dessiner des modèles, des envies et tout prend forme petit a petit.

6 / Quelles sont tes sources d’inspiration ? 

J’adore L’univers technique ! C’est la base même de toutes mes inspirations. J’achète beaucoup de magazines enfants, et sport pour nourrir mes collections et je me ballade aussi beaucoup dans les magasins de sport (MES MAGASINS PREFERES) pour observer tous les nouveaux détails pratiques … Je trouve ça très fonctionnel et ludique et j’aime que mes vêtements évoluent dans ce sens.

lookhiverrrrr

7 / Tu dis concevoir des vêtements ludiques, peux-tu nous en dire plus ? Comment un vêtement peut-il être jeu ? 

Oui en effet, lorsque je crée un vêtement, surtout pour enfant, j’aime qu’il évolue avec lui ! Pour moi, un vêtement pour enfant doit attirer celui qui le porte. J’aime créer des doublures de manteaux avec un personnage à la « chercher Charlie », des combinaisons qui se transforment en deux pièces distinctes, des détails que l’on peut enlever, changer, j’aime qu’il y ait pleins de détails de finitions à découvrir dans mes pièces !

8 / Que penses-tu de la mode actuelle, y a t’il une tendance que tu adores ? Une que tu détestes ? 

J’adore la mode, cela parait évident, Mais contrairement aux vêtements que je crée et l’univers créatif qui m’attire, je ne m’habille pas du tout en sportswear ! J’aime les tendances actuelles très « retour vers les années 60/80 » qui sont chargées de couleurs et motifs en tout genre. La tendance que j’adore et que j’utilise très souvent c’est le mixte entre un style très classique (pantalon de tailleur) et des baskets branché bien flashy ! L’incontournable all seasons : le perf en cuir ! Celle que je déteste : l’imprimé pied de poule et les chaussures à plateforme !

9 / Si tu devais inventer un vêtement magique, ça serait quoi ? 

Sans hésiter, le sac de Marie Poppins ! Tout petit, mignon et TRES pratique !

10 / Des conseils pour les apprentis stylistes ou ceux qui rêvent de faire le même métier que toi ? 

Beaucoup, beaucoup de passion ! C’est primordial pour faire ces études et pouvoir avancer et « réussir ».

lookhiverrr

Manteau : Vintage  / Laine et Cachemire

Sweat : Lagerfeld / Coton

Jean : Promod

Echarpe et bonnet : Comptoir des Cotonniers / Laine et Angora

Gants : Rodier / Cuir

Bottes : La Redoute ( ancienne collection ) / Cuir Suede

Totebag : Capucine Crapez 8700 M / Cuir et Coton