Browsing Category

Culture

Culture, Tous

Foirexpo 2017 , la balade irlandaise investit les terres orléanaises

Si vous nous suivez depuis un moment, vous savez qu’on adore les foires, et les salons. Toujours une belle occasion de sortir le dimanche pour passer un bon moment, entre copains et dégustations !

La FoirExpo d’Orléans 2017 a choisi cette année pour thématique l’Irlande. Pas de budget pour voyager ( il est actuellement en attente pour le bel événement 2018 ) , on a voulu flâner entre les échoppes et boire une bière dans un pub. On a goûté à beaucoup de produits, dont le fameux saumon irlandais, le meilleur qu’on ait goûté de notre vie. Puis on s’est attardé devant les Fudges, ces gourmandises colorées en forme de barre, qu’on a choisi avec notre anglais approximatif. Une petite berceuse irlandaise, au son du violon et de l’harmonica, et on est un peu dépaysé par ce village très bien reconstitué. 

Toute l’exposition sur le pays invité est en hauteur, et permet un beau point de vue sur les stands d’en bas. Comme toutes les foires, c’est un événement convivial où se regroupent commerçants et artisans du coin, pour donner des conseils et des renseignements sur leurs activités. On sait où venir, le jour où on veut refaire notre toiture, acheter une caravane ou une tondeuse dernier cri, ou poser un nouveau sol. On aime bien cette ambiance, les vendeurs de gadgets, les enfants qui goûtent à tout, les couples qui veulent repeindre leurs volets ou s’offrir une nouvelle cuisine.

Les petites nouveautés qui nous ont tapées dans l’oeil cette année risquent bien de vous plaire également ! Un mini espace Geek, où trônent des vieilles consoles qui raviront les gamers d’un autre temps, bien loin des écrans tactiles et des millions de pixels de maintenant. Boutiques geek et cosplayeurs vendeurs font sourire, et vendent grigris artisanaux et peut-être même quelques incantations. On passe par l’exposition sur le Titanic ( construit en Irlande ) , on s’émerveille devant les photos des décors et paysage de Game Of Thrones et on s’arrête devant … Des Playmobils ! Une salle entière qui éveille des souvenirs d’enfance, et des reconstitutions adorables, de films et de dessins animés qui ont marqué nos premières sucettes et nos premières pyjama party. Anthony était d’autant plus ravi, quand il a vu que la place du Martroi, référence orléanaise, avait eu le droit à une belle mise en scène 

En résumé, un très bon moment entre amis, et une belle façon d’occuper son dimanche ! Amis du Loiret, dépéchez-vous, c’est jusqu’au 9 avril 🙂 et c’est gratuit, alors pourquoi s’en priver ?

Toi aussi tu aimes l’ambiance sur les foires / salons ? 

Culture, Tous

ROADS, Le projet-festival qui fait du bien !

Couleurs, sons urbains, ateliers participatifs et bonne humeur : nous étions à ROADS, le festival streetart organisé par les étudiants de l’IAE d’Orléans. Un bon cocktail sous le soleil, qui a fait parler de lui et qui en a étonné plus d’un !

On se souviendra encore de l’énergie de OPCREW, bande de jeunes danseurs au dynamisme impressionnant.

Ici, on nous apprend les mécaniques des lettrines façon streetart, là on peut écouter sur une scène ouverte des slameurs, on assiste à du graff en direct, et on peut poser son blaz’ sur une installation en grosses lettres !  Cet événement a fait du bien à Orléans, et va décorer encore un petit moment les rues grâce aux panneaux posés par Sean Hart dans les rues et aux arrêts de tramway !

 

Un mini-festival , posé comme un village au centre de la Place de Gaulle, et des passants qui s’étonnent, des vieillards qui sont curieux et des enfants qui n’en reviennent pas. On a aimé l’ambiance bonne enfant, et voir que le streetart peut faire parler de lui de façon très positive !

Des acteurs événementiels engagés, et une météo au top, on ne peut que rêver d’une seconde édition ?

Nous avions inauguré l’événement avec une réflexion intéressante autour de la légimité du Streetart , grâce au film de Banksy,  » Hors les murs «  , projeté aux Carmes lors d’une soirée débat commenté par l’artiste peintre orléanais Cieu et la blogueuse spécialisée Streetart Miss Acacia. On s’est intéressé sur ce qui fait le streetart, et l’aspect marketing qu’il peut à présent revêtir au travers de produits tirés en édition limitée, ou de dalles de l’artiste « Space Invader » qui s’arrachent pour être revendue en tant qu’originaux. Une projection qui questionne et qui remet en cause cet art urbain qui flirte entre l’illégalité et l’éphèmère.

Un goût du risque qui font des streetartists, des poètes masqués à la bombe de peinture vite ramassée ! 

On remercie et on complimente toute l’équipe ROADS, pour cet événement pêchu et plein de bonne humeur, qui fait du bien à notre ville. #MERCI 

Culture, Tous

Partir au soleil avec Vaiana, le dernier Disney !

Vaiana… ce nom vous dit peut-être quelque chose ? Et oui, c’est le dernier Disney, encore en salles ! Le prénom d’une princesse au caractère bien trempé et à la beauté exotique ! On vous en dit plus dans cet article !

08004_3

Résumé : Vaiana est une jeune fille destinée à un avenir brillant. Sur son île, elle est la fille du Chef, et doit donc poursuivre son travail de gestion de l’île pour permettre à son peuple de vivre dans la joie et la bonne humeur. Mais cela implique des responsabilités dont elle doute, et elle sent qu’elle est appelé « Ailleurs ». Dans cet ailleurs, réside une part de mystère, une part bleue, un bleu lumière qu’elle s’efforce de fuir car il l’éloigne de son destin tout tracé. Mais parfois, l’appel du large est plus fort que tout ! Entre légende tahitienne et beaux paysages, le film nous emporte loin, et nous donne envie de partir à l’aventure ( mais surtout de nous baigner ). 

 

Vaiana est un personnage très intéressant, qui nous a beaucoup rappelé Merida dans Rebelle. On suit cette jeune fille insouciante qui cultive l’envie farouche d’échapper aux règles sociales liées à son rang ! Tout comme Merida, Vaiana a un fort caractère !  Néanmoins, elle dégage quelque chose de très lumineux, et apparaît tout de même d’une douceur qui force la sympathie, sans toutefois passer pour une rebelle ! 

1457575_10153549633612182_2820443791690045900_n

vaianaLes personnages secondaires sont également très vivants, et on remarque que leurs expressions sont vraiment très travaillées, c’est un bonheur de les voir s’étonner, et faire des mimiques ou des grimaces amusantes. Le personnage secondaire, le terrible Maui, volerait presque la vedette à notre chère Vaiana, tant il a une personnalité piquante et un rôle important dans le film. Concernant l’animation, le film réussit avec brio à lier univers 3D et dessin plus traditionnel enrichi d’une patte ethnique ! Très beau et très fluide, on aime ce petit clin d’oeil graphique ! 

 

Quelques anecdotes 

Source : BFM

Source : BFM

Cerise Calixte est la doubleuse française de Vaiana, et vous avez peut-être pu reconnaître sa voix, puisqu’elle est passée dans The Voice il y a quelques années, sans toutefois retenir l’attention du Jury. Comme chanson, elle avait choisi « Libérée, délivrée », best seller d’un autre Disney bien connu ! 

Anthony Kavanagh qui double Maui, n’en est pas à son premier doublage labellisé jeunesse. Il a donné sa voix à des films comme Madagascar avec Marty le zèbre , Buck  dans La ferme se rebelle ou Ray avec La princesse et la grenouille. Il pousse également la chansonnette, puisqu’il est chanteur et nous offre un beau solo lors de la rencontre avec Vaiana ! 

source : RadioDisney

source : RadioDisney

Pour le film Vaiana, les réalisateurs John Musker et Ron Clements ont effectué d’importantes recherches sur la Polynésie, en effectuant plusieurs voyages afin d’étudier le paysage, et la faune locale pour rendre au mieux le rendu de l’eau et les textures bien particulières. Déjà aux commandes de la Petite Sirène, ils ont voulu un retour aux sources avec un film autour de l’Océan, qui se focalise sur les îles.

On ne peut que vous conseiller d’aller vous réchauffer dans les îles, avec Vaina, princesse de Motonui !  Un vrai moment d’évasion, et une belle prouesse d’animation ! 

 

Culture, Geek, Patrimoine, Tous

Découvrir un château autrement, et visiter en s’amusant !

Il y a peu, nous nous sommes rendus au château de Beaugency. Nous ne le connaissions pas, mais nous savions cependant qu’il était tenu par la même équipe que celui de Meung ( le fameux château rose ) , nous n’allions donc pas être déçus. S’est ajouté à ça, une petite surprise… une tablette tactile qui nous a fait découvrir le château avec un regard nouveau ! Ouf, nous y sommes allés le dernier jour de son ouverture, on a failli rater ça !

 

img_5655-copier

Superbe exemple de logis seigneurial, le château de Beaugency est successivement propriété des seigneurs de Beaugency, de la couronne de France, puis des ducs d’Orléans au XIVe siècle, qui en resteront propriétaires jusqu’à la Révolution Française. Aujourd’hui, au cœur de Beaugency, ce château exhume les vestiges du passé et vous présente la demeure de Jean de Dunois, Bâtard d’Orléans. img_5638-copier
Entre un élégant jardin suspendu et la cour d’honneur, la visite vous mènera de sa salle des Gardes à la cuisine, de la chapelle à sa chambre, de l’oratoire et sa fresque murale jusqu’aux superbes combles en coque de bateau renversé.
Sur les traces des hôtes de ces lieux, peut-être rencontrerez-vous François 1er, Louis XI ou Jeanne d’Arc, compagnon d’armes de Jean de Dunois…

Source : site du château 
img_5629-copier img_5635-copier

Les extérieurs sont agréables mais un peu petits, on a une vue sur les ruelles de la ville, que nous sommes allés visiter ensuite. Nous avions de la chance, car nous avions beau temps ! L’arche est magnifique et les couleurs d’automne nous ont réchauffé le coeur, car il ne faisait pas très chaud ce jour là. A nos pieds, nous avons pu apercevoir de jolis champignons, qu’on aurait bien mangé en omelette.

Lorsqu’on entre dans le château, on nous propose à l’accueil une tablette tactile, pour découvrir le château d’une drôle de façon. Elle est sans supplément et non obligatoire. img_5615-copier

On nous indique qu’il faut pointer les petits blasons pour avoir des informations, et activer une sphère pour voir les décors et l’ameublement d’une pièce à l’époque. Il y a aussi une fonction pour les enfants, avec des jeux différents et récréatifs qui permettront au terme de votre quête, de faire éclore un oeuf au grenier. Vous vous doutez évidemment que nous avons voulu prendre la tablette pour des raisons différentes … Anthony pour les reconstitutions historiques et moi pour… les jeux.


img_5681-copier
img_5676-copier img_5671-copier

Dans le château, se succèdent les pièces habilement meublées, les costumes d’époque et les reconstitutions. On passe dans la cuisine, où le décorateur a fait un clin d’oeil au château de Meung avec un poulet ( mais on ne vous en dit pas plus … ) et on a envie d’enfiler les belles côtes de maille qu’on croise au fil de la visite.  Je récolte les ingrédients nécessaires à la potion qui servira au trophée final et Anthony s’attarde sur les explications concernant les salles. La tablette est vraiment utile pour le coup, et on s’amuse bien à trouver les blasons et à utiliser la réalité augmentée. On admet que les châteaux moyenâgeux n’ont pas notre préférence, on les trouve un peu dépouillés et on apprécie le luxe des belles tentures à la Renaissance et les jolies petites dessertes Louis XVI. Néanmoins, comme on s’intéresse à l’histoire des royaumes de France et de Navarre, on adore les reconstitutions de scène et savoir qui vivait là. Les anecdotes sur les pièces secrètes restent nos histoires préférées.

img_5641-copier

affichette

En conclusion, on retiendra de ce château la beauté des accessoires, et la mise en scène mais surtout l’expérience de la TABULETTE ! C’est une façon ludique de visiter le château et comme nous sommes des visiteurs connectés, c’était une aubaine pour nous d’allier histoire et digital. Et en plus les jeux pour enfants ne sont pas si faciles que ça. Ou alors c’est moi qui suis un peu nulle.  Cette expérience amusante est vraiment intéressante pour les familles, car les enfants peuvent s’impliquer dans la visite, tout en apprenant et en découvrant. Nous avons des souvenirs de visite un peu ennuyantes, quand les dépliants sont trop longs ou que la visite guidée n’est pas accessible à notre niveau d’attention.

Février, mars : tous les WE de 14h à 18h (hors vacances) et du samedi 6 février au dimanche 21 février 2016 de 14h à 18h (fermé le lundi)

  • Avril, mai, juin : ouvert tous les jours de 10h à 18h (fermé le lundi) – OUVERT LE LUNDI DE PENTECOTE ( lundi 16 mai 2016)
  • Du lundi 4 juillet au dimanche 28 août : ouvert tous les jours sans interruption de 10h à 19h
  • Septembre et octobre : ouvert tous les jours de 10h à 18h (fermé le lundi)
  • Fermeture le dimanche 6 novembre
  • Plein tarif : 9 €
  • Tarif réduit : 7 € (étudiants, chômeurs)
  • Tarif enfant : 5,50 € (de 5 à 15 ans)
  • Gratuit pour les – de 5 ans

img_5687-copier

 

Cuisine, Culture, Tous

Découverte et rencontre à l’Atelier du Chocolat de Bayonne

C’est Carine, qui confectionne les chocolats et qui gère la boutique qui nous a convié à une dégustation. Dotée d’un CAP chocolatière, elle nous a accueilli avec le sourire et l’envie de partager sa passion : le chocolat !

 

 

Vous nous connaissez, bons gourmands, nous n’allions pas refuser cette jolie proposition. En plus d’une dégustation, nous avons pu poser des questions sur le magasin et sur la marque l’Atelier de Bayonne, que nous admettions ne pas beaucoup connaître, malgré quelques ballots déjà achetés !

 

img_5104-copier

L’Atelier de Bayonne n’est pas une franchise, contrairement à ce que nous croyions au début. C’est le travail d’un homme, Monsieur Andrieu qui a permis l’ouverture d’une bonne vingtaine de boutique dans toute la France !

L’Atelier du chocolat est une aventure de famille : en 1951, Joseph et Madeleine Andrieu créent une petite boutique de pâtisserie-chocolaterie-glacier-traiteur à Bayonne. Leurs fils Serge et sa femme Marie-Pierre reprennent le flambeau en 1982. En 1995, Serge Andrieu crée les Bouquets de Chocolat et les ateliers-boutiques. C’est le début de l’Atelier du chocolat tel que vous le connaissez. ( source : boutique en ligne )

img_5089-copier

Les chocolats y sont faits sur place en majeur partie, et d’autres sont livrés directement depuis l’usine mère à Bayonne. On a pu voir les artisans faire les belles plaquettes du célèbre bouquet, création de Monsieur Andrieu et produit phare de la marque. On peut choisir une composition déjà préparée comme chez le fleuriste, ou en créer une nous-même, selon nos envies et notre budget !

Goûter des chocolats à différents pourcentages nous a permis de réveiller notre palet. Anthony préfère le lait, je préfère le noir, mais il a tout de même été surpris d’apprécier le chocolat grand cru Sao Tomé, qui est sucré et profond.

Un chocolat à haut pourcentage de cacao n’est donc pas synonyme de goût amer ! Nous les premiers surpris, nous n’avons tout de même pas osé le 95%… Nous avons préféré une petite douceur qui nous a rappelé notre enfance : les feuillants d’or. Le pralin et la douceur qui fondent en bouche nous ont conquis !

img_5096-copier

D’autres produits ont retenu notre attention  …

🍫 Les chocolats au piment, mariage intéressant et dont les piments utilisés proviennent directement de Bayonne ( on peut les voir séchés dans la boutique en grappes )

🍫 Des grosses plaques à offrir, « je t’aime »  » félicitations » et d’autres messages disponibles ! Sympa pour une grande occasion, et idéales pour les gros mangeurs ! Pour changer des boîtes un peu trop classiques, c’est une idée surprenante.

🍫 La gamme pour cuisiner, avec des bocaux très pratiques et des gourmandises fines prête à utiliser et du chocolat à faire fondre pour de bons gâteaux ! Plutôt sympa à l’heure des émissions culinaires qui donnent envie de remonter ses manches .

 

img_5118-copier

 

En avant-première, on a pu découvrir le calendrier de l’Avent de l’enseigne ! Miam, du vrai bon chocolat et des figurines à croquer… on hésite mais on pense qu’on va craquer très vite ! 🙂 En résumé, une visite où on a pu en apprendre plus et découvrir des chocolats surprenants ! Merci à Carine et à toute l’équipe, pour ce moment instructif et gourmand !  On a pu répondre à une question qui nous taraudait : qu’arrive t-il au chocolat fondu ? Et bien, il est refondu et remélangé, afin d’en faire du chocolat tout neuf… perdre un produit rare et noble comme le chocolat, ce n’est pas possible !

Informations pratiques 

L’Atelier du chocolat de  Bayonne

12 rue de la République

45000 Orléans

Facebook  / Boutique