Browsing Category

Culture

Culture, Geek, Tous

7 raisons d’aimer Stranger Things

sevenseven seventumblr_ofinrdigzd1qfvj4co3_r1_400Le bruit court sur les internets que c’est en début 2017 ( en février ? ) que la série Stranger Things fera son grand retour… On ne parle pas beaucoup de séries ici, tout simplement parce qu’on n’en regarde pas énormément. On ne privilégie pas forcément la qualité à la quantité, mais nous sommes durs en affaire, et on  a du mal à trouver une série qui nous captive et nous tient suffisamment en haleine pour arriver au final.

✔ Ce qui nous a le plus plu dans la série, c’est tout d’abord sa durée. Elle ne fait que 6 épisodes, compter donc 6×48 minutes. Ça s’avale rapidement, et en une semaine, on avait déjà tout bouclé !

✔ On s’attache rapidement aux personnages. Le fait que les héros soient des enfants y est sans doute pour quelque chose. On apprécie l’humour et les maladresses qui rajoutent un petit côté touchant à cette série rythmée et pleine de suspense.

✔ C’est un hommage. Un hommage aux années 90, avec des clins d’oeils aux séries  SF comme X-Files ou à des jeux vidéos comme Half-Life. On se rapproche des Goonies pour l’esprit aventures et la série exploite au maximum les codes du cinéma d’horreur.  Plans, lumières, scènes, musique… on se réjouit et on est heureux d’être surpris !

tumblr_static_8tt9xlqleyw4c04kggsggco4s✔ Ça ne fait pas peur. Un peu de suspense mêlé à une ambiance particulière, et nous avons là une série qui nous offre de belles images, de beaux décors et une vraie trame narrative. Un mélange réussi entre SF, suspense et film d’aventures…

 

Mais ça parle de quoi au juste ?

Nous sommes dans les années 80, dans l’Indiana en Amérique. Petit village perdu et hors du temps Hawkins semble être à mille lieux d’une grande ville, et les décors immenses accentuent cet effet. Lorsque Will disparaît, ses amis vont tout faire pour le retrouver. Quitte à déterrer les secrets d’un petit village si calme, et à se lier d’amitié avec une étrange fillette, Eleven au crâne rasé et au mutisme dérangeant.

 

 

 

✔ C’est une série déroutante et très bien ficelée. Les épisodes sont justement dosés pour qu’on ait envie de connaître la suite, on va d’intrigue en intrigue même si on admet avoir connu quelques longueurs pendant les deux premiers épisodes.

✔ Ça change de ce qu’on voit en ce moment. Des gamins comme héros, et un petit village perdu avec une enquête… on n’avait pas fait ça depuis Twin Peaks !

✔ Eleven est vraiment badass.

tumblr_ofj0mbuapz1vg0tqho2_r1_500

Spoiler sur nos théories : ( à surligner pour voir apparaître ) On pense très fort à un univers parallèle passé futur ou à un univers plus compliqué en miroir. Peut-être que toute la série n’est que l’imagination de Will. Le Monstre est une part extérieure d’Eleven, puisqu’elle le dit dans un épisode : elle est le monstre. Eleven est la fille du sergent. 

Et vous, vous regardez quoi en ce moment ? 

Culture, Patrimoine, Tous

Pourquoi aller dans un musée des beaux arts ?

La question est simple, mais relève pourtant d’une belle interrogation. Pourquoi aller au musée, et qu’est-ce qu’on y trouve de si intéressant ? Est-ce qu’on est vraiment passionné d’art ? Doit-on absolument s’y connaître pour oser franchir des portes souvent imposantes ?

 

Le Calme 

C’est étrange, mais dans les musées des beaux arts, il règne une atmosphère bien particulière qu’on affectionne énormément. Un mélange de repos, de silence apaisant et d’interrogations légères. On aime déambuler, et prendre notre temps. Chacun fait le musée à son rythme, et nous ne nous attendons pas forcément, car l’un n’entretient pas forcément la même passion pour un siècle ou une époque. Anthony préfère les portraits et les statues, et je m’intéresse plus aux paysages ou aux scènes de la vie quotidienne. J’ai un intérêt marqué pour l’art moderne et contemporain, et Anthony reste plus dans les époques classiques et baroques ( il adore les scènes mythologiques et historiques ) .

p1140021-copier

Nous aimons tous les deux cependant les petits objets d’antan et le travail d’orfèvre de naguère.

Anthony apprécie le travail du bois sur les encadrements de certains médaillons,  et de mon côté je cultive une vraie passion pour la marqueterie et  je prends plaisir à m’attarder sur les consoles et autres commodes si peu souvent exposées et légendées.

 

p1140023-copier

p1140020-copier

Se poser des questions 

L’art a une vertu qui nous est vraiment plaisante. On aime beaucoup se poser des questions sur une oeuvre. Pourquoi a t-il mis un personnage de ce côté, ce choix de cadrage, cette technique en particulier ? Anthony qui apprécie l’art figuratif se projette assez facilement dans les fresques historiques, et adore retrouver des personnages qu’il connaît ( surtout les généraux et Napoléon en particulier…. ) . Dans l’art moderne et contemporain, réfléchir à ce que l’artiste a ressenti en créant peut se révéler un vrai défi. Il faut un peu plus d’imagination pour décrypter certaines oeuvres, et ce qu’on aime profondément dans l’art c’est sa valeur universelle. Tout le monde peut y voir ou y comprendre ce qu’il veut.

p1140014-copier

Découvrir 

On aime beaucoup les collections temporaires des musées, ou découvrir de nouveaux lieux d’expositions. Certains musées organisent des conférences autour d’un mouvement pictural particulier ou une technique spéciale. On aime se laisser surprendre, et découvrir des artiste qu’on ne connaît pas ! Le plus souvent, il y a des explications sous forme de petites plaquettes plastifiées, et on prend plaisir à les lire quand on est intéressé par quelque chose en particulier. On n’aime pas particulièrement les oreillettes ou les audioguides qui ne nous permettent pas de communiquer entre nous. Nous réservons les guides aux châteaux et belles demeures, car nous préférons visiter dans le calme et construire nos propres interrogations personnelles intérieures. C’est vrai qu’on fuit aussi les groupes pour le personnage je-sais-tout qui nous met vraiment mal à l’aise en plus de mettre mal à l’aise le guide. 

S'enrichir 

C’est toujours intéressant de rajouter des oeuvres à sa collection. On peut ainsi faire le lien entre les oeuvres, et on est toujours agréablement surpris quand on s’aperçoit qu’on connaît cette oeuvre grâce à nos livres d’histoire-géographie ! Certaines oeuvres sont également des copies et c’est assez troublant de retrouver les mêmes oeuvres dans certains musées. Dans d’autres cas, des esquisses ou statues préparatoires miniatures préparent de grandes oeuvres, et c’est toujours intéressant de comparer avec l’oeuvre achevée ( en particulier les grandes statues parisiennes ou les monuments aux morts ).

Les musées des beaux-arts ont la particularité d’explorer des courants et techniques et des pays différents, et ce sont ces arts pluriels réunis qu’on affectionne aussi. Tout le monde y trouve son compte ! 

Apprendre 

On en apprend tous les jours, et on prend plaisir à comprendre les mouvements picturaux et les artistes qu’on croise au fur et à mesure des musées et des années. Loin de pouvoir citer une dizaine de noms pour une période donnée, on aime pouvoir se dire qu’on aime la peinture hollandaise ou que les impressionnistes titillent notre sensibilité. Repérer des grands axes et contextualiser les toiles nous intéressent également car on se dit que les artistes d’antan n’avaient pas d’autres moyens de représentation à leurs époques. Cela force encore plus le travail de patience et ça nous rend d’autant plus admiratifs… Les peintres étaient les journalistes et les photographes d’actualités de l’époque ! Retranscrire un événement, une scène de vie, une lignée royale tout en y ajoutant sa patte artistique… quel métier prenant et passionnant cela devait être !

L’art relève d’un véritable patrimoine culturel, et nous aimons en être les témoins curieux.

p1140019-copier

C’est vrai qu’on aimerait bien un portrait de nous deux pour passer à la postérité, mais c’est un peu démodé ! Tant pis, on prendra une photo ou on trouvera les mêmes chaussons d’intérieur !

Merci à tout le personnel du musée d’Orléans, pour son accueil chaleureux

Adresse
1, rue Fernand Rabier 45000 Orléans

Téléphone
02 38 79 21 83

Horaires

Mardi au samedi : 10h -18h (accueil des scolaires dès 9h30)

Vendredi jusqu’à 20h
Dimanche : 13h à 18h

Tarifs 
5€  / tarif réduit : 3€

Culture, Tous

Le FRAC – ballet de volumes et de matières

On s’était dit depuis un moment que le lieu avait l’air chouette. De l’extérieur surtout. On a voulu y aller à maintes et maintes reprises, mais soit on se heurtait à des horaires non compatibles aux nôtres ou bien on était trop fatigués et on remettait à plus tard. Ce qui nous a motivé à y aller, c’est l’exposition temporaire La Ville au Loin qui s’est terminée peu après notre visite.

L’exposition La Ville au Loin interroge plusieurs artistes sur la capacité à créer une ville et sur le ressenti de chacun. Ici des feuilles de papier en mouvement, qui crée une expérience aérienne. Là une réalisation en argile qui nous fait penser au film Dune et ses villes enfouies dans un univers futuriste. Des collages, des assemblages d’idées qui amènent le spectateur à se placer au centre de sa propre conception de la ville. Que faut-il pour faire une ville, un ensemble d’objets ? Des gens ? Juste du béton ?

img_3769-copier

img_3770-copier

img_3767-copier

Des structures interrogeant l’espace et les volumes sont exposées et surélevées, on se demande si on pourrait vraiment vivre dans ce type d’habitacles. Design et esthétique, mais pas très pratique !

img_3783-copier

A l’étage, on a une collection d’oeuvres jouant sur les tendances architecturales au fil du temps et des modes. Des designs intéressant, des structures oniriques souvent et une étonnante utilisation des matériaux et du volume. Collectionner les espaces, s’approprier une idée et la retranscrire de manière plus ou moins inspirante.

 

Horaires

Du mercredi au dimanche : 14h – 19h

Fermeture de la caisse : 18h30
Nocturne jusqu’à 20h chaque 1er jeudi du mois
Fermeture exceptionnelle : 25 décembre, 1er janvier, 1er mai

 img_3778-copier

Tarifs

Expositions

  • Plein tarif : 4 €
  • Tarif réduit : 2 €
  • Pass annuel : 10€
  • Passeport pour la création contemporaine : 8€
  • Gratuit : étudiants, lycéens, apprentis / – de 18

Gratuité le 1er dimanche du mois

http://www.frac-centre.fr/

 

 

Culture, Tous

Vivre un événement backstage #VIBRATIONTOUR

14368621_10209452643826106_4196191475389603695_nDans le cadre du #vibrationtour, nous avons pu vivre un événement en backstage et nous nous devions de revenir sur ce moment de musique hors du commun. Après avoir été à la conférence de presse qui présentait l’événement, nous avions compris que plusieurs espaces se distinguaient. L’espace VIP pour les auditeurs et invités, les backstages pour les artistes et organisateurs, et la zone normale où le public se presserait. Nous pensions avoir un pass VIP et nous avons été bien étonné sur place d’avoir un pass Backstage ( autrement dit STAFF ) . Celui-ci nous permettait d’être en arrière-scène, en avant-scène juste en bas des enceintes, d’avoir accès au parking VIP ( et ceux qui vont souvent à ce genre d’événement ou festivals se doutent que c’était ce qu’on espérait le plus ) , au cocktail et de parler aux artistes voire de les interviewer. Néanmoins, nous avons préféré ne pas les ennuyer après leurs performances et certains ne venaient que pour leur prestation et repartaient ensuite. Bénéficier de tous ses avantages nous allait déjà bien, et nous ne nous voyions pas demander plus.img_4000-copier

A l’inverse du FORUM Live Tour où nous avions pu interviewer Superbus avant le concert, il n’y avait pas d’espace fermé et c’est ce qui nous a aussi motivé à annuler les interviews demandés. Beaucoup de bruit et une agitation nécessaire tout autour de nous, on était nous-mêmes déjà un peu fatigués en arrivant.

Au programme ce soir là, une liste d’artistes actuels, et des noms plus émergents. Dans un cas comme dans l’autre, vous les avez forcément entendu à la radio, puisque c’était un événement organisé par la radio Vibration, et plus généralement le groupe 1981. Question de goût, j’y allais surtout pour Zaho, Soprano et Julian Perretta. Anthony préférait Synapson et Florent Mothe. On a vibré en coeur avec plus de 25 000 personnes présentes ce soir-là !

14446026_10154013776300838_2519110699714619195_n

 

Etre en avant-scène c’est bénéficier d’une vue magique sur les artistes qu’on écoute habituellement. C’est pouvoir capter les mimiques, les gouttes de sueur et les regards passionnés. Certains artistes dégagent vraiment quelque chose, et savent investir la scène d’une manière intéressante. Makassy a fait monter la température avec « Doucement » tout en présentant un titre plus tendre qu’il dédiait à toutes les mères, Zaho m’a fait sourire avec sa chanson « C’est Chelou »( que j’apprécie bien plus que sa nouvelle car elle marque une période ) , Evangeline avait une énergie puissante et hypnotisante, et quand les Frero Delavega se sont installés, j’avais l’impression qu’ils ne jouaient que pour moi et que le monde autour n’existait plus… Pour Julian Perretta, inutile de dire que la groupie qui le suit depuis 6 ans s’est réveillée. Pour finir le concert en beauté, Soprano a mis le feu tout en prenant beaucoup de plaisir sur scène. Découvrir et redécouvrir des artistes à 2 mètres d’eux, c’est bel et bien une expérience que j’ai vécu passionnément. Anthony ne supportait pas vraiment les « bounces » qui donnaient vite la nausée et était à quelques mètres de moi sur le côté. Et bien entendu, nous avions tous les deux des bouchons dans les oreilles… à une distance si forte et à sentir les basses sur son coeur, ce n’était pas possible de faire autrement.

On a apprécié retrouver Laurine et Charlotte, présentées à la conférence de presse comme les gagnantes du concours « jeunes talents » organisé par Vibration ! Un joli duo et une belle complicité, on leur souhaite du courage pour les auditions The Voice ! img_4027-copier

Clique sur les photos pour les agrandir ! 

img_4132-copier

On retiendra de cette soirée, beaucoup beaucoup d’énergie, de l’émotion et de très belles performances ! Se sentir émus et privilégiés, une combinaison de sentiments particuliers. On remercie l’agence ALCHIMIA, le groupe 1981 et tous les acteurs de cet événement qui clôturait en beauté la tournée Tour Vibration ! Et on ne résiste pas à vous offrir d’autres photos d’artistes, parce qu’on a bien shooté ce soir-là !

img_4042-copier img_4080-copier img_4226-copier img_4255-copier img_4301-copier img_4305-copier img_4348-copier img_4387-copier

Blabla, Culture, Tous

Mais vous ne vous ennuyez jamais ?

On nous demande souvent, comment on trouve des idées de choses à faire. On sait s’ennuyer de temps à autre, et c’est vrai qu’il est important, au vu des différentes stimulations digitales qui nous envahissent, de laisser son téléphone portable et d’éteindre les écrans. On a donc décidé de dresser une liste d’idées, pour que vous en sachiez plus sur notre côté déconnecté !

 

 

Parler du futur 

On est un couple bavard, on se projette beaucoup et on aime bien en discuter pour confronter nos idées, nos espoirs et pour être certain d’être sur la même longueur d’ondes. On rêve ensemble, on fantasme, on se fait des châteaux en Espagne, on s’imagine et ça nous plait. Avant de dormir ou dès potron minet, on papote sur l’oreiller.  » Dis, tu crois qu’on ressemblera à quoi quand on sera vieux ?  »  » Et puis d’ailleurs c’est quoi être vieux? »  » Oh mais j’ai peur de devenir un couple chiant, blasé, et on sortirait jamais  »  » Ca serait bien un jardin, non ? »  » Tu penses qu’on sera de bons parents ? » Ca nous fait du bien d’extérioriser, et on a souffert tous deux de relations passées pleines de non-dits et de supposition.

p1110357-copier

Préparer nos prochaines sorties 

Châteaux, parcs, parcs d’attraction, balades on ne manque pas d’idée !  On est souvent sur les sites des villes ou les offices de tourisme. On se renseigne également sur les réseaux, en demandant sur Twitter ou sur Instagram des bonnes adresses ou des petites astuces. Et quand on part un peu loin, on fait des plannings pour avoir une idée d’une journée tracée. Même si on s’écarte souvent du planning, c’est important de savoir ce qu’on peut faire ou caser dans une tranche horaire définie. Et ça nous rassure également.

 

Marcher

On adore se promener, alors qu’on soit en ville ou à la campagne, on prend de bonnes chaussures et on marche dans des rues qu’on connaît déjà ou bien on se perd dans une ville inconnu et on trouve des trésors visuels ( street-art, galets, fougères… ) .

img_3223-copier

img_3189-copier

 

Constituer notre album photo

Et oui, le carnet d’aventures existe vraiment ! Et c’est un album photo très gros, avec des films décollables et des souvenirs à collectionner. On y met nos tickets de métro, nos places de cinéma et nos entrées dans les monuments. Et les gens qu’on aime et qui ont marqué nos vies aussi.

 

Ecrire / Lire / Faire des recherches

Anthony est féru d’histoire et d’anecdotes, et est souvent en train de lire un article sur son smartphone ou dans un de ces vieux livres légués par sa grand-mère. Il aime faire des recherches et savoir pourquoi l’urbanisme en est où elle est, et ce qu’on pourrait changer. Sa passion est déformation professionnelle, puisqu’il est dessinateur en bâtiment ! Moi je suis plutôt à lire des nouvelles , à écrire pour moi.

Faire la cuisine / Dessiner

14288116_657459244429089_162645420_nJe mitonne beaucoup de petits plats ! Quand j’ai du temps libre, j’aime bien essayer de nouvelles associations et Anthony se fait un plaisir de faire le goûteur. Je désespère qu’il me cuisine un jour quelque chose, mais il fait déjà la vaisselle alors on ne peut raisonnablement pas être sur les deux fronts.

Monsieur préfère dessiner, faire des croquis, reproduire des photographies de vieux bâtiment sur un de ses multiples cahiers. Ca peut lui prendre des heures, mais le résultat en vaut la peine ! 

12424757_1591917001130329_1622927372_n

Voilà ! Vous nous connaissez mieux grâce à nos activités de l’autre côté de l’écran ! Peut-être que ça vous donnera des idées.. Que faites-vous pour vous occuper en couple ? Ces activités semblent bien communes, mais ces petits moments sont encore une fois une occasion de nous émerveiller, ensemble ou séparément.  On s’est vite rendu compte qu’on appréciait les mêmes choses, les mêmes domaines, mais à des niveaux différents. En balade, Anthony commente les façades, moi je regarde les passants pour écrire des histoires. Dans nos moments créatifs, on est seul et ça fait du bien de confronter nos « oeuvres » une fois la journée terminée. Dans les musées, et dernièrement au FRAC, Anthony s’attache aux structures, moi je préfère les textures. Encore une fois, question de goût et de complémentarité ! C’est important pour nous de trouver un équilibre entre des moments seuls et des activités réalisés à côté. On est bien content d’avoir trouvé une sorte de routine de l’ennui, qui nous conforte dans l’idée qu’on peut partager et se séparer, sans pour autant totalement se quitter !