C'est TOP !, Resto, Tous

Où bruncher à Orléans ?

Aux beaux jours, les habitudes changent. On devient plus paresseux, moins motivé, surtout le weekend !

Orléans est une ville où les brunchs ont le vent en poupe, et où chacun y va de sa formule. Petit tour d’horizon d’une offre qui s’est considérablement enrichie ces derniers temps. Service à table, buffet à volonté, service mixte… Lequel aura votre préférence ?

Notre préféré – Le café du théâtre – Boulevard Pierre Ségelle 

Eté comme hiver le brunch du café du théâtre est celui que je préfère ! C’est le plus fourni et le plus varié qu’on ait pu testé. Tous les plats sont préparés le jour-même, et la cuisine reste ouverte pour les demandes gourmandes ! Au menu, des oeufs à toutes les sauces ( brouillés, oeuf au plat, oeuf dur… ) des pancakes, des crêpes… les buffets sont à volonté et régulièrement remplis. Poissons fumés maison, charcuterie, salades composés, différents petits pains. Un article entier est consacré au brunch du café du théâtre ici. 

25€ réservation obligatoire tous les dimanches 02 38 54 36 74

Pour l’ambiance – L’Antidote – 32 rue de l’Empereur 

Convivialité et sympathie sont les maîtres mots ici. Au bar l’Antidote, on réserve de préférence… mais il est possible qu’il reste quelques places si vous tentez ! Le brunch de l’Antidote promet un moment gourmand et sans prise de tête. L’été on profite de la terrasse, et l’hiver on se réchauffe à l’intérieur. Une tartiflette, des oeufs cocottes avec des recettes qui changent au gré de l’humeur du patron… la formule a un rapport qualité prix imbattable, et vaut le détour ! Boisson chaude au choix, un plat selon la saison, dessert. Service à table et de bonne humeur.

18€  réservation conseillée 02 38 42 73 17

Le plus tendance – Le Shannon – 45 rue du Poirier 

Le Shannon n’est pas seulement un bar, c’est aussi un lieu où il fait bon bruncher le dimanche. Avec une formule entièrement à table, il faut avoir de la place ! Tartines, granola bowl, grands smoothie… c’est le brunch le plus photogénique du coin. Avec un service aux petits oignons et un accueil souriant, c’est la dose de bonne humeur qu’il nous faut pour bien débuter un dimanche. La terrasse est le spot prisé dès les premiers rayons du soleil. On exhibe sa nouvelle paire de lunettes sans complexe en sirotant un smoothie de saison.

20€ la formule , brunch un dimanche sur deux, réservation conseillée mais pas obligatoire 02 38 52 16 00

Le plus secret – L’hôtel de l’Abeille – 64 rue Alsace Lorraine 

La particularité de l’hôtel de l’Abeille, c’est de proposer un brunch le samedi et le dimanche. Dans un cadre historique, on retrouve un brunch en deux temps. Quelques plats sont servis à table mais la charcuterie, les fruits et les yaourts sont à disposition. On reprend son souffle dans un cadre hors du temps, une décoration désuète qui donne corps à l’ambiance en un clin d’oeil. Tasses ouvragées, moulures aux murs et statues de Jeanne d’Arc, le décor est posé. Un moment doux et privilégié à quelques minutes de la gare d’Orléans.

20€ sur réservation 02 38 53 54 87

Le plus familial – Le Lutétia – 2 rue Jeanne d’Arc 

Nous devons le tester prochainement, en terrasse avec les beaux jours de préférence. Avec une offre large qui conviendra au plus grand nombre, on apprécie le prix réduit pour les enfants. L’occasion de venir le dimanche profiter d’une vue sur la cathédrale, entre cousins ou avec sa belle-famille. Le buffet est régulièrement alimenté, et est à volonté ! L’occasion de ne pas avoir à choisir entre les différentes salades ou les poissons disponibles.

25€ et 15,50€ pour enfants réservation conseillée 02 38 53 39 63

Le plus chic – Restaurant le 128 – 128 Avenue du Loiret Olivet 

Le 128 est un brunch à l’italienne, avec une formule à table très conviviale. Orléanais, il vous faudra faire quelques kilomètres, mais le moment vaut le détour. Au menu, boisson chaude, viennoiseries, tartines, antipasti, plat au choix, dessert…. c’est la formule la plus complète qu’on ait testé ! Et le tout servi à table, c’est l’occasion de jouer les paresseux. Les bords du Loiret sont près du restaurant, et ça permet une balade qui facilitera la digestion.

30€ réservation fortement conseillée 02 38 66 18 40

 

Le privilégié – Empreinte hôtel – 80 Quai du Châtelet 

Avec un cadre chic et une décoration lounge, l’Empreinte hôtel ouvre son brunch à la clientèle extérieure. Au menu, du local et du frais, cuisiné par un chef invité. Une occasion de se faire plaisir ou de faire plaisir avec un brunch à réserver absolument ! Les brunchs sont donc tous différents car les chefs varient selon les dimanches. Un service sur-mesure digne de cet hôtel qui éclaire de ses 4 étoiles les bords de Loire. 

Tarif variable / sur réservation uniquement 02 38 75 10 52

 

Le ludique – La Bonne Pioche – 204 rue de Bourgogne 

Jouer et manger en même temps, vous pensez que ce n’est pas possible ? Chez La Bonne Pioche, on vous ramène des bagels, des viennoiseries et vous choisissez un jeu. Ce bar à jeux à Orléans est vraiment sympathique, et propose une formule à table pour le brunch du dimanche. L’occasion de passer un moment convivial et de commencer le dimanche en mettant votre appétit et vos cartes sur tables ! Bonus : on peut réserver en ligne. 

à partir de 12€ la formule brunch + l’accès aux jeux / sur réservation  09 51 97 04 22

Et toi, tu es fan de brunchs ou ce n’est pas dans tes habitudes ? N’hésite pas à nous recommander les brunchs de ta ville !  

 

 

 

 

 

Culture, Patrimoine, Tous, Visite express

Un weekend à Troyes

Et si nous allions à Troyes ? Pas mal moqués par notre entourage, c’est pourtant la décision que nous avons prise, le temps d’un weekend.

On dit souvent qu’à Troyes il faut faire du shopping. Même si nous ne détestons pas ça, ce n’était pas la raison de notre venue à Troyes, pourtant en pleine période de soldes.

 

L’activité industrielle et commerciale à joué un rôle primordiale dans le développement de la cité et son rayonnement à travers le pays. Des premières foires de Champagnes en passant par la bonneterie (Petit Bateau) puis aux magasins d’usine modernes , elle est encore aujourd’hui une ville active et vivante où la gastronomie locale joue un rôle tout aussi important !

Troyes est avant tout une ville d’Art et d’Histoire qui conserve un patrimoine impressionnant et parfaitement préservé & restauré malgré le passage du temps. Le « Bouchon de Champagne », comme elle se fait appeler communément à cause de sa forme, est presque entièrement bâtie de maisons à pan de bois à colombages du XVIème siècle ; une caractéristique bien singulière !

View this post on Instagram

🛣️ CHEMIN DE TRAVERSE 🛣️ ⚜️ Rue Champeaux ⚜️ . Ambiance #harrypotter à Troyes, certaines rues nous imposent un retour en arrière assez brutal ! 😊 . Au delà de l'aspect moyenâgeux de la ville, c'est un témoignage unique en France d'une ville d'importance conservée en grande partie dans l'esprit du XVIème siècle, pas besoin d'aller très loin pour changer d'atmosphère ! 🏠⚜️ . . #troyes #troyestourisme #aube #grandest #frenchblogger #topfrance #urban #art #street #medieval #potd #photography #picoftheday #old #landscape #perspective #houses #bluesky #cloudy #archidaily #archilovers #architecture #huaweip20pro #igdaily #igptg #planeteig02

A post shared by Monsieur l'@moureux / Anthony (@monsieurlamoureux) on

Partis à 7h30, nous sommes arrivés à Troyes pour le petit-déjeuner. Garés en centre-ville sur un parking qui nous sera revenu à 13€ pour le weekend entier, nous avons commencé à flâner dans les rues troyennes. C’est au moulin de Pierre que nous nous sommes arrêtés prendre le petit-déjeuner, et la journée a pu vraiment débuté, avec un bon goût de croissant au beurre. 

Cela faisait un petit moment que nous voulions aller à Troyes, et ce n’est qu’à deux heures de route d’Orléans ! L’occasion d’un petit weekend bien sympathique, même si le temps était un peu taquin en février. Féru d’histoire et de patrimoine, nous étions ravis de découvrir cette ville qui sent bon l’authenticité ! Très bien accueillis par les locaux, c’était une parenthèse bien agréable et une petite coupure suffisamment dépaysante pour qu’elle remette nos compteurs de fatigue à zéro.

La spécialité culinaire de Troyes est l’andouillette. Anthony adore cela, et j’avoue que je lui laisse bien le loisir d’en profiter au restaurant nommé Tout Simplement, où nous nous arrêtons le midi. L’accueil est vraiment sympathique, les gens sont souriants, le gérant agréable, et le restaurant est à quelques mètres de l’office de tourisme où nous passons rapidement. Pas de chance pour nous, le musée du vitrail est fermé ! Heureusement, nous avons déjà une balade Greeter prévue dans l’après-midi. Un verre de Chablis et des tartines gigantesques plus tard, et nous voilà en compagnie de Christine, ancienne orthophoniste qui fait visiter sa ville avec coeur et générosité. Le système Greeter est installée à Troyes depuis 8 ans, et Anthony ouvre bien les oreilles quand Christine lui raconte des anecdotes sur ses nombreuses balades depuis.

Habitués des balades Greeter de l’autre côté, c’était le moment de copiner avec une camarade et d’échanger des avis ! Une bonne balade à pieds, qui nous aura permis de découvrir le fameux bouchon de champagne, de bout en bout. Des petites cours cachées, des coursives en bois, des détails sculptés à ne pas manquer…notre greeter Christine s’est révélée vraiment passionnante et bavarde comme on aime ! En plus de cela, elle nous a permis d’en savoir un peu plus sur l’origine de certaines expressions françaises.

Dans la fameuse ruelle des chats, elle nous a donné des indications sur  » Tenir le haut du pavé ». Cette expression signifie avoir une condition sociale élevée, et se rapporte à l’architecture du Moyen-Âge. Les rues étaient toutes pavées et les trottoirs n’existaient pas encore. Comme les rues étaient construites en forme de V, la chaussée remontait vers les façades, ce qui permettait l’évacuation des eaux usées dans une rigole au centre des rues. Une balade en ville n’était donc pas une partie de plaisir, et c’est pour cela qu’on marchait… en haut des pavés !

 » Faire banque-route » a une histoire plus compliquée. De l’italien banca rotta, les changeurs de monnaie se réunissaient sur des petites places, à l’heure des marchés et des foires qui ont fait jadis la réputation de la ville de Troyes. Ils ramenaient leurs bancs pour faire affaire, et si le temps des échanges ne leur était pas favorable et qu’il se retrouvait sans moyen de commercer, leur banc était rompu. D’où banque route , bancs rompus,  banca rotta en italien. Plus possible d’être sur la route.

Après une balade d’un bon pas, nous sommes allés poser nos bagages à l’hôtel , les comtes de Champagne, situé en plein centre de Troyes. Atypique et aux pans de bois apparents, nous avons apprécié dormir dans un bâtiment aussi authentique. Situé à quelques mètres de l’hôtel, un restaurant de sushi, Sushi Yaki ( 7 rue Colbert ), nous attendait ! La fatigue et la paresse aidant, c’était une solution facile et ça nous a bien plu. Les brochettes étaient particulièrement délicieuses. C’est ce que nous vous conseillons si vous y faites une halte.

Le lendemain, c’était visite de l’hôtel de Vauluisant au matin. Cet hôtel est un édifice en pierre du milieu du XVIe s. Le temps n’aidant pas trop, c’était une sortie qui tombait à pic ! L’hôtel de Vauluisant abrite deux musées, celui qui concerne la ville et son architecture ( musée de l’art Champenois )  et celui qui met en avant l’histoire de la bonneterie. Nous l’ignorions, mais Troyes est le berceau de la bonneterie. C’est même ici qu’est née la marque Petit Bateau.

La bonneterie est un secteur industriel concernant le commerce d’articles d’habillement en tissu à mailles, comme les bas ou les collants. Cette industrie a permis le rayonnant de la ville de Troyes au niveau national et a aussi joué un rôle économique et social. Deux temps deux richesses patrimoniales ! Une belle visite que nous recommandons à tous ceux qui veulent en savoir plus sur la ville de Troyes et ce qui fait ses richesses.

Avant d’aller déjeuner, nous sommes allés découvrir un atelier bien particulier, celui de Seschaou  ! Une belle surprise ouverte le dimanche… des fleurs, de la décoration et beaucoup d’élégance. Nous avons aimé l’ambiance de ce lieu, et les très jolies compositions qui le composaient. Avec deux femmes talentueuses et créatives aux commandes, cette boutique reste un véritable coup de coeur de notre séjour troyen !

Atelier Seschaou 3 place Audiffred Troyes

Un burger chez Rosa Parks avant de reprendre la route et notre séjour à Troyes touchait déjà à sa fin. Un court séjour que nous renouvellerons aux beaux jours car le temps ne nous a pas forcément montré les plus belles facettes de cette ville. Nous retenons l’accueil des locaux, et le patrimoine industriel découvert grâce au musée.

Tous, Voyage

Vienne, détour au pays de Sissi !

Suite de notre voyage de noces, dont nous vous faisons le récit au compte-goutte ! Après un passage à Prague, nous avons fait nos valises pour Vienne, un souffle romantique qu’on attendait.

Vienne est une ville qui nous a longtemps fait rêver. Pour son architecture oui, mais aussi pour l’ambiance particulière qui semble régner dans les rues et les différents quartiers. Vienne nous a accueilli avec la pluie, et nous lui avons d’emblée trouvé un petit air mélancolique qui ne nous a pas déplu.

Capitale du baroque et du romantisme, nous sommes arrivés à Vienne sans projet particulier, si ce n’est celui de visiter le château de Sissi. Duchesse en Bavière puis Impératrice d’Autriche par son mariage. Beaucoup de clins d’oeils lui sont glissés à Vienne, et c’est une figure incontournable qui donne son nom à beaucoup d’offres touristiques. On retrouve le portrait de l’impératrice sur bon nombre d’assiettes ou d’accessoires de papeterie. Les boutiques souvenirs sont présentes à chaque coin de rue, vous ne pourrez pas la manquer. 

Arrivés à mi-parcours de notre lune de miel, nous commencions à être un peu fatigués, c’est vrai. Un peu moins exigeant sur les cuisines locales, nous avons eu grand plaisir à explorer les cuisines du monde à Vienne. Arrivés en gare à 16h, nous avons pu prendre un déjeuner tardif dans un comptoir gourmand libanais par exemple ! 

Un restaurant chinois en face de notre hôtel le Mercure Wien Zentrum, le Kiang nous a servi une spécialité nommé Ants Climbing a tree, littéralement les fourmis montant l’arbre ! 

Rassurez-vous, nous n’avons pas fait que manger, nous avons aussi pu découvrir le château de Sissi le château de Schönbrunn, une attraction hautement touristique à Vienne. Le prix du Classic Pass  n’est pas donné ( 26,50€ par personne ) mais il donne accès à presque tout le site 

  • Grand Tour avec Audioguide
  • le jardin du prince héritier
  • le labyrinthe et le dédale
  • Jardin de l’Orangerie
  • la terrasse panoramique de la Gloriette 

Arrivés sur place, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas conscience de l’immensité du domaine et nous avons vite compris qu’il nous faudrait passer la moitié de la journée sur le site, si nous voulions en profiter ! Pas de problème, comme dit précédemment, nous avions un peu relâché la bride sur le programme et nous avons pris plaisir à flâner dans les allées de l’impératrice et visiter son château. Pas de photos du château possible à l’intérieur, et la visite ne se fait qu’avec un audioguide. C’est la plus belle visite de château que nous avons fait de toute notre vie, même si elle était audioguidée. Magique, spectaculaire, joliment racontée et pleine d’anecdotes historiques, cette visite est véritablement géniale. Les pièces sont richement décorées, et nous avons pu également admirer quelques toilettes de l’époque. 

Ne soyez pas trop pressés, car les files de touristes sont assez longues, et le ruban pour accéder à la visite nécessitera un peu d’attente. Nous nous sommes dits que c’était un peu leur Versailles à eux ! 

L’heure du déjeuner approchant, et notre visite du château juste terminée, nous avons regardé s’il était possible de prendre une des fameuses calèches pour se promener dans le parc. Le temps était idéal mais les tarifs nous ont clairement stoppé. Nous avons constaté le véritable business de ce type d’activités en centre-ville… les balades en calèche ! 60€ les 20 minutes par personne, nous avons préféré nous accorder un moment gourmand à la place ! 

Le Café Restaurant Residenz nous a bien suffit, un lieu très fréquenté mais au service plutôt rapide. Les tarifs pratiqués sont plutôt abordables, et les serveurs sont habitués au passage. Ici on nous sert des plats traditionnels, et nous avons opté pour des spatzle et une bonne saucisse. Le cadre est ravissant même si le bruit ne donne pas envie de rester trop longtemps. 

Pour nous faire digérer, une petite promenade dans le jardin de l’orangerie était toute indiquée. Quel plaisir que de flâner parmi les allées, découvrir de superbes perspectives et des fontaines disposées ça et là. Nous n’avons eu aucune peine à nous imaginer l’impératrice, batifolant dans son parc… Puis une montée au sommet du belvédère de la Gloriette nous a offert un point de vue magnifique sur tout Vienne. Le jeu en vaut la chandelle, et c’est un moment qui se mérite ! Bien trop épuisés arrivés dans les hauteurs, nous n’avons pas pris de photo ! 

Plutôt musée ? Vous aurez l’occasion d’admirer le baiser de Gustav Klimt au Musée du Belvédère, un lieu magnifique construit sous l’égide d’Eugène de Savoie qui en fit sa résidence d’été ( oui rien que ça ) . Le Musée du Belvédère recèle beaucoup d’oeuvres picturales classiques mais propose aussi une expérience plus originale, avec le Belvédère 21, bâtiment plus axé sur les oeuvres modernes et contemporaines. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur les oeuvres dites classiques, et ne regrettons absolument pas la visite ! Anthony a aussi trouvé son bonheur avec un magnifique tableau de Napoléon Bonaparte. 

Vienne est un petit joyau de flâneries. On se perd dans les ruelles, on découvre des bars ou des cafés assez familiaux. Les gens sont plutôt sympathiques, et la ville se fait facilement à pieds même si les transports en commun sont accessibles et faciles à comprendre. Nous avons été assez charmé par cette ville qui a su garder une âme malgré les flots de touristes.

Il est possible d’assister à des mini concerts de musique classique et c’est l’option que nous avons choisi. L’opéra est relativement onéreux, et nous avouons que ce n’était pas notre priorité. Vienne nous a permis de privilégier les balades extérieures, car le temps était radieux lors de ces deux jours, et nous avons beaucoup apprécié l’accueil réservé aux touristes.

Arrêtez-vous chez Demel ,rue (Kohlmarkt, 14) , un café authentique et superbement décoré ! Le Café Demel est reconnu depuis qu’il a servi la famille royale, aux hautes heures de l’aristocratie autrichiennes. Vous saliverez devant les pâtisseries joliment disposées, et l’ambiance qui y règne. Nous vous conseillons de venir en fin de journée, pour éviter le flux de gens curieux, qui comme vous rêvent de prendre une pause sucrée.

Que ramener absolument de votre passage à Vienne ?

Un produit gourmand dans un emballage rose acidulé que vous croiserez très souvent, inconnu en France…. Disponible dans les magasins de souvenirs mais également dans des boutiques dédiées, la filiale Manner est celle qui produit le plus de bonbons autrichiens.
Produites depuis 1898, les gaufres roses Manner connaissent un succès international. Vous trouverez également les fameuses boules de Mozart et tout un tas de produits dérivés qui vont de la balle de golf aux boîtes métalliques un peu désuètes. Entrer dans la boutique dédiée, le Manner Shop, est déjà une expérience visuelle. Située à côté de la cathédrale Saint-Etienne elle est ouverte jusque tard dans la nuit ( 22h ) !

Ne vous en faites pas, quoi qu’il arrive vous ne pourrez pas échapper à la folie Manner puisque on en retrouve à l’aéroport et à la gare !

Blabla, Tous

Indépendants mais aimants !

Comment ça solitude et couple ça ne va pas ensemble ? Et si, justement, ces deux mots trouvaient un terrain d’entente… une sorte d’indépendance réfléchie ?

Parfois, il est important de s’accorder des moments loin l’un de l’autre pour se retrouver. Certains couples en ont besoin plus que d’autres, et la distance peut être variable d’une relation à l’autre ! Si loin veut parfois dire à l’étage ou à quelques kilomètres, apprécier son indépendance reste la même variable.

Avoir un espace à soi est important dans un couple, car on a souvent tendance à s’oublier pour son couple. On pense à son couple comme à une entité, quelque chose d’entier et d’inaltérable, on se sent les plus forts parce qu’on est ensemble.

Avec Monsieur l’Amoureux, nous n’avons pas toujours les mêmes centres d’intérêts, mais nous respectons l’autre et ses passions même si on ne les comprend pas. Il ne  faut pas oublier qu’on est un, avant d’être deux. Ni s’obliger à suivre l’autre, alors qu’une autre activité nous plairait. Je ne suis pas forcément Anthony dans ses balades photos, et lui me laisse tranquille quand je veux faire une sieste ou prendre un moment dans les draps, afin de finir un livre !

La solitude, c’est surtout un moyen de se retrouver avec soi-même, de s’éclipser dans ses pensées, comme une petite bulle à préserver.

On se dit que c’est comme un jardin secret, mais avec la porte ouverte si besoin. Avec notre appartement loué ensemble, on a construit notre routine bien agréable, avec des pièces séparées. Je ne supporte pas d’être observée quand je suis plongée dans un bon livre, et Anthony a besoin de calme lorsqu’il fait des recherches sur Orléans. L’un est à l’étage au calme et l’autre tranquille en bas. Et ça nous va très bien, on ne se sent pas coupable d’être chacun dans nos activités. On respecte l’intimité de l’autre, et on ne lui crée pas de désordre inutile.

Certains couples voyagent séparément, d’autres ne se retrouvent que le weekend. D’autres couples encore, ne vivent pas ensemble, mais sont tout de même un couple.

C’est intéressant de connaître la place qu’on laisse à l’autre quand il n’est pas présent. Parce que nous existons indépendamment de  l’autre, et nous ne voulons surtout pas l’oublier.

Assez admiratifs des couples fusionnels, nous ne pourrions pas être tout le temps collés l’un à l’autre. Ne rien faire l’un sans l’autre. Nous aurions un peu l’impression de perdre ce qui nous unit, les petites différences qui nous rapproche quand nous sommes ensemble. Pourtant nous nous aimons, et profondément. Mais voilà, vivre l’un sur l’autre reviendrait à ne faire plus qu’un, alors que notre couple est très complémentaire.

Nous ne souhaitons pas devoir demander à l’autre l’autorisation de sortir, nous ne voulons pas non plus devoir lui rendre des comptes, ni être pressé de questions sur nos agissements. On pense sincèrement qu’une relation repose sur la confiance, et on n’a pas besoin de poser plus de questions à l’autre car on sait ce qu’on doit savoir. Nous passons parfois des soirées chacun de nos côtés, sans qu’on s’inquiète sur ce que fait l’autre. Parfois c’est vrai, nous nous attendons pour dormir.

Pour être sûr que l’autre soit bien rentré. 

Et toi, est-ce que tu penses que la solitude a sa place dans un couple ? 

Beauté, Tous

Massage ayurvé…ayurvéquoi ?

Terminer l’année, la commencer… j’ai pu la terminer avec un test bien particulier. L’espace d’un instant, je me suis sentie petit beignet grassouillet sur une table de massage. Détendue, repue, apaisée… en plus je sentais l’huile de sésame ! Retour sur cette expérience bien particulière et ô combien originale !

L’ayurveda (de « ayûr », vie ou longévité, et « veda », science ou sagesse, en sanskrit) est la médecine traditionnelle indienne dont les origines remontent à plusieurs millénaires. On en retrouve les premières traces dans les Vedas, notamment l’Atharva Veda, qui mentionne plusieurs mantras de guérison et plantes curatives. Les premiers traités d’ayurveda qui nous soient parvenus, la Charaka Samhita, la Sushruta Samhita et l’Ashtanga Hridaya, auraient été rédigés avant l’ère commune. L’ayurveda s’est très tôt répandue vers l’Est et l’Ouest, inspirant les médecines traditionnelles chinoise, tibétaine, et grecque antique.

Le massage ayurvédique ( massage abhyanga ) , est à base d’huile. Massage traditionnel indien, il permet d’agir sur plusieurs plans… bien évidemment de détendre physiquement mais également d’apporter un bien-être psychique et un mieux-être énergétique. Il se pratique avec énormément d’huile, et complètement nu. Je suis une personne qui n’est pas du tout pudique, alors ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Seulement vêtue d’un string de papier, je me suis étalée sur la table avec l’élégance que vous me connaissez.

En pratique

Valérie m’a d’abord posé quelques questions pour connaître mes habitudes, mon hygiène de vie, si je connaissais déjà ce genre de massage. Peu habituée à lâcher prise, j’ai avoué que j’avais eu beaucoup de mal à prendre plaisir lors des premiers massages que j’avais pu recevoir. Qu’on me touche était un peu compliqué, et j’ai besoin d’avoir grande confiance en la personne qui me masse.

Je me pose sur la table, il n’y a pas de musique afin que je me concentre totalement sur les sensations. 1 heure de détente, de palper rouler, de petits tapotements et de douceur infime. La table chauffe suffisamment pour que je n’ai pas froid, et une couverture est disponible si besoin ! Valérie a été très attentive à mes réactions, et même si le silence était de mise, je n’ai pas hésité à lui dire si un endroit me dérangeait ou si au contraire j’avais besoin d’une pression plus marquée.

Surprise au premier abord par différents touchers, j’ai pu découvrir un massage relaxant et reposant et qui n’avait pas grand chose à voir avec ceux pratiqués en cabinet esthétique. Quelques respirations sont placées lors de mouvements, et j’avoue que je me suis sentie vraiment vidée, mais dans le bon sens. La respiration semble être vraiment importante dans ce genre de pratique et je crois que c’est ce qui m’a vraiment marquée, le fait de lier respirations et touchers.

Je suis sortie de chez Valérie détendue, reposée mais surtout avec une énergie différente. Je ne sais pas comment trop l’expliquer, mais elle a exercé une sorte de pression sans me toucher et cela m’a permis de reprendre mon souffle. Comme si j’avais un étau sur la poitrine qu’elle avait fait s’envoler.

Le massage ayurvédique c’est pour qui ?

Tout d’abord pour ceux qui n’ont pas peur d’être nu. C’est vrai que cela peut être gênant si vous n’avez pas l’habitude et je peux comprendre que l’idée vous rebute. En vérité, vous oubliez assez vite votre nudité, et c’est vraiment un côté intime plutôt rassurant car Valérie sait vous mettre à l’aise sans émettre aucun jugement.

Pour ceux qui font du yoga, car Valérie est prof de yoga et allie sa pratique du massage aux bienfaits du yoga dans son travail. Ceux qui n’en font pas sont bien entendu les bienvenus, mais c’est vrai qu’il y a une partie énergétique très intéressante si on choisit de s’y pencher un peu.

Combien ?

Une séance totale dure entre 1h et 1h30 entretien préparatoire et massage inclus ! 90€ la séance d’1h30 et 425€ la carte de 5 séances valable un an de date à date. 

Coordonnées 

Alix Réflexologie 2 rue de la Lionne 45000 Orléans ( à deux pas de la place du Martroi ) .  Plus d’informations sur le site Pardes Yoga 

Pour prendre rendez-vous, contactez Valérie au 06 99 64 00 95.