Browsing Tag

Cinéma

Culture, Tous

Le monde de Dory, un voyage sous la mer et une quête extraordinaire

Dory, on la connaissait du monde de Nemo, c’était le personnage second du héros, l’amie qui conseille et qui fait sourire. Cette fois-ci, c’est elle l’héroïne du film ! On ne vous fait pas un résumé du monde de Nemo, mais pour resituer un peu…

 

 

Dory est un poisson chirurgien qui a rencontré Marin, un poisson clown, en lui fonçant dessus. Ce petit poisson orange était désespérément à la recherche de son fils Nemo, enlevé par des pêcheurs australiens. Ensemble, ils vont parcourir tout l’océan, faire de nombreuses rencontres, parfois touchantes et amusantes. A la fin du premier volet, on nous laisse avec une image de tout ce petit beau monde, bien en sécurité dans l’anémone de mer. C’est ici qu’on reprend l’histoire. Dory a des flashs de temps en temps, et il y en a un, un beau jour qu’elle se promène, qui lui rappelle quelque chose qui lui tient à coeur. Ça et là, on a tout le long du film, des clins d’oeil à la vie de Dory avant sa rencontre avec la famille Nemo/Marin.

ottElle décide donc de retrouver sa famille, car elle veut savoir d’où elle vient. Elle réussit à convaincre Nemo et Marin de l’accompagner dans cette quête qui ne sera pas de tout repos ! Par une succession d’événements plus ou moins attendus, Nemo et Marin perdent Dory de vue, et vont à leur tour, tout faire pour la retrouver…

Nous n’en disons pas plus, mais ce qui nous a le plus marqué dans ce film est le côté émotionnel. Le visuel est saisissant bien entendu, mais on remarque qu’au fil des ans, Disney a su créer une véritable identité à chaque personnage. Une histoire personnelle qui s’explique, où tout se recoupe ; il est amusant de faire une relecture, pour bien saisir les clins d’oeil de chaque personnage.  La double énonciation offre une dimension dynamique ; on suit à la fois Marin et Nemo qui se dépassent, et l’un qui apprend à l’autre ( mais pas toujours celui qu’on croit ). Et puis Dory, qui trace son chemin, vers ce qui semble être un désir profond qu’elle avait enfoui au fond d’elle. Elle va croiser des personnages qui vont l’aider, d’autres qui l’ont déjà aidé et d’autres qu’elle avait tout simplement…oublié.

pulp        C’est une jolie leçon de vie et d’amour, un moment passé aussi bien à admirer les décors et l’animation en 3D, que de réfléchir à sa propre histoire, et où se situe réellement notre famille. Est-ce les gens qu’on aime et qui nous entoure, ou bien est-ce les gens qui composent nos gênes et notre sang ? Ou un beau mélange entre ces valeurs de bienveillance et de sympathie sincère…

On vous le conseille, et promis, ce n’est pas réservé qu’aux enfants. On rit avec un poulpe hypocondriaque et plus jamais, vous ne verrez les coquillages comme avant… Bien qu’il n’égale pas le premier opus, cette suite se révèle être très divertissante, et avec cette chaleur, un petit plongeon ne sera pas de trop !

Anecdotes : Au niveau du doublage, on a Franck Dubosc qui reprend Marin , Céline Monsarrat en Dory, qu’on adore ( c’est la voix officielle de Julia Roberts , et oui elle vous disait quelque chose ? ) , Philippe Lellouche pour Hank,  Mathilde Seigner pour Destinée la baleine  , et KevAdams le béluga et Marie Lopez  (EnjoyPhoenix )Cindy la guide  invités en Guest.

 

 

Alors, prêt pour le plongeon ? Le monde de Dory, actuellement en salles.

Culture, Tous

Battle cinématographique : Minions VS Vice-Versa

On vous a déjà dit qu’on était deux grands enfants ? Quand il y a un Disney qui sort au cinéma, il est certain qu’on ira le voir ! Et les Minions était un incontournable de l’été, il fallait bien qu’on se fasse un avis ! Nous sommes donc allés voir ensemble les Minions et Vice-Versa, qui sont encore en salle en ce moment !

Petit rappel :

Les Minions est un film axé sur une tribu de petits bonshommes jaunes et farceurs. Cependant, trois se détachent du lot, Kevin, Stuart et Bob ! Ils vont décider de trouver un nouveau maître à servir, car au fil des époques, ils n’ont pas réussi à garder le leur ! Cela représente beaucoup pour eux, on pourrait même aller jusqu’à dire que c’est leur raison de vivre… On les suivra tout au long du film, afin de trouver LE plus grand méchant de tous les méchants !

 

 

Vice-Versa s’intéresse aux émotions intérieures d’une enfant de 12 ans, Riley, qui passe délicatement à l’adolescence… Les émotions sont représentées sous forme de petits personnages dans la tête de Riley, qui ont tous un rôle bien précis ! Mépris, Colère, Joie, Peur, Tristesse sont les émotions qui contrôlent le tableau de bord de l’humeur de Riley … Et ils nous promettent de grandes aventures !

Ce sont deux films bien différents qu’il est au premier abord, aisé de mettre en compétition puisqu’ils appartiennent tous deux à la catégorie film d’animation ! On a bien aimé les deux, même si on a une nette préférence…

Les Minions sert à se vider la tête, l’intrigue ( si on peut parler d’intrigue … )  n’est pas compliquée et il a un bon rythme, on ne s’ennuie pas, et on sourit et on rigole assez régulièrement ! De nombreuses références pour les adultes y sont glissées, c’est intéressant de voir que les producteurs ont aussi pensé à nous, le plus souvent parents de bambins qui ne connaissent pas Abbey Road à 5 ans ! On s’est souvent regardé lors de la projection, en fronçant les sourcils de surprise… Clairement , certains passages sont délirants ! On pense qu’il est accessible au plus petit, dès l’âge de 4 ans !

Vice-Versa est un film un peu plus compliqué…. L’histoire est bien présentée, et les méthodes pour stocker les souvenirs et gérer l’humeur sont faciles à comprendre ! On a aimé les moments de franche action, mais aussi ceux de vive émotion… Noémie a ENCORE pleuré. Les personnages sont tous très attachants, et on a eu un vrai coup de coeur pour le personnage secondaire Bing Bong et son moyen de transport si caractéristique ! On pense que ce film est plus adapté à partir de 6/7 ans !

On est arrivé à la conclusion que ces deux films ne s’adressaient pas à la même tranche d’âge ! Il est donc difficile de les mettre réellement en compétition … En tant qu’adultes on a préféré Vice-Versa pour son côté plus intellectuel et plus émotionnel, mais on a quand même bien ri devant Les Minions !

A vous de voir ce que vous attendez de votre séance de cinéma !