Browsing Category

Patrimoine

Patrimoine, Tous

Spécialités berrichonnes à l’honneur !

Qu’on se le dise, nos régions ont du talent. C’est le Berry, cette fois-ci, qui nous invite à sa table.

 

Lors d’un Instameet avec le comité régional du tourisme, nous avons pu déjeuner dans une loge de vigne. Servant habituellement aux vignerons pour se restaurer et se reposer, il était également possible de laisser ses chevaux se détendre. Nous voilà bercés par le terroir dans un abri ancré dans le temps et dans l’histoire de Valençay. Jean-François Roy nous accueille dans sa vigne, et nous explique sa passion et son héritage familial. Propriétaire récoltant depuis 1989, on peut lire dans ses yeux son dévouement et son attachement aux terres dont il prend grand soin. Le domaine couvre actuellement 30 hectares et se répartit sur plusieurs communes.

Cas unique en France, Valençay est la seule région où s’ancrent deux produits AOC différents sous le même nom :

  • La pyramide Valençay AOP , fromage de chèvre dont la forme originale de pyramide tronquée et les qualités gustatives en font un fromage réputé
  • Les vins de Valençay AOC ( blancs, rosés et rouges )

Sur la table, saladiers, plateaux et couverts dressés n’attendent que nous. On se presse autour et on écoute attentivement toutes les explications sur ces spécialités du pays.

 

 

Sur la table, véritable symphonie des sens avec du Valençay à boire et à manger, des galettes de pomme de terre, une salade de lentille, des feuilletés au boudin à la moutarde, de la terrine de sanglier et pour finir un gâteau crée il y a 6 ans , le caprice berrichon. Véritable banquet dressé devant nous, c’est la curiosité qui nous gagne lorsque le verre de vin est bu. Dégustation conviviale et anecdotes partagées, l’un s’en va raconter ses souvenirs d’enfance, liés à sa grand-mère, l’autre fait remarquer la croûte légèrement cendrée de la fameuse pyramide tronquée. Chacun pioche en désordre et je pense que le terme ripailler a ici sa place. Nous avons à table, Alexandrine, une experte dans l’appellation Valençay vin et fromage. Très surprise par ce métier hors du commun, je me laisse aller à quelques questions. J’apprends alors qu’il n’y a pas de formation particulière pour devenir expert en vin et fromage, qu’il faut éventuellement avoir touché au métier de bouche et qu’il faudra forcément se former auprès des producteurs. Nous n’imaginons pas tout le parcours d’un produit fini, de son idée il y a parfois des siècles, à notre planche de dégustation. Quand elle me parle des contrôles qualité pour le fromage, de l’aspect qu’il doit avoir, j’avoue que je suis un peu émue. Je comprends tout à coup toute l’importance du patrimoine culinaire et l’intérêt du terroir. C’est peut-être mon grand amour de la nourriture qui parle, mais il y a bien plus qu’une dégustation ce jour-là, autour de la table. Affaire de transmission et de savoir-faire, j’aime énormément entendre toutes ces histoires pleines de vie, qui racontent des vendanges orageuses, des pertes subies et incontrôlables, mais aussi de bons moments tous autour de cette grande table en bois que nous partageons aujourd’hui.

faire bonne chère \fɛʁ bɔn ʃɛʁ\ intransitif (se conjugue, voir la conjugaison de faire)

  1. Bien mangerfaire ripaille, faire débauche de table.

Je redécouvre le pâté de Pâques, Anthony se jette sur les galettes de pomme de terre. Un peu de rafraîchissement avec la salade de lentilles, et j’avoue avoir eu un gros faible pour les feuilletés au boudin. Le fromage quant à lui, nous était servi en trois déclinaisons affinées. Ma préférence va pour la pâte fraîche ( affinage normal d’une dizaine de jour ) et Anthony le préfère avec plus de caractère ( 11 mois ). Il est d’ailleurs intéressant de savoir qu’un fromage ne se périme pas. Il évolue juste. C’est selon les goûts de chacun, il est appréciable ou non ! Je suis un peu déçue par la terrine de sanglier que je pensais plus forte mais c’est peut-être la jeune fille solognote qui est trop exigeante. Le caprice berrichon nous étonne, et nous nous attendions tous à un gâteau un peu bourratif alors qu’il n’en est rien. Des fruits rouges au milieu, une pâte comme un nuage et du sucre en veux-tu en voilà. Une véritable douceur pour le palais, qui sonne bon et juste comme le gâteau de grand-mère.

Un grand merci au CRT pour cette invitation, à Jean-François Roy, Elise et Alexandrine pour cette belle démonstration d’amour et de partage. Vive le Berry, et vive la France !  

Patrimoine, Tous

La Forteresse de Chinon à l’heure d’hiver

Au mois de décembre, nous avons pu découvrir la forteresse de Chinon. Située à quelques kilomètres de Tours, elle offre une vue imprenable sur la ville et domine la Vienne !

 

Nous ne connaissions pas cet endroit, mais en avions entendu beaucoup de bien. Une forteresse de ce style, située non loin de là, nous avait beaucoup plu ( Langeais ) et nous aimons beaucoup admirer les vastes enceintes, et nous imaginer à la place des habitants de ces lieux. Il faut savoir que cette forteresse date des gaulois, et est occupé depuis 3000 ans. Un pan d’histoire se dresse devant nous, et nous apprenons que Jeanne d’Arc, chère à Anthony, y a aussi séjourné, portant fièrement la couronne en or, sa promesse de mener au sacre le futur roi Charles VII .

Ici, nous avons une forteresse et non un château. Ne vous attendez donc pas à des pièces meublées ou à des costumes d’ornement. Les parcours qui s’offrent à vous sont libres ou bien guidés, et peuvent également s’accompagner d’un

Ipad pour des vues interactives et des jeux adaptés aux petits comme aux grands. Nous avons beaucoup apprécié cette forteresse, car la balade était plutôt sportive, et prendre le grand air en haut de la Tour reste un petit plaisir bien particulier. Au temps de Noël, des sapins étaient installés un peu partout, et cela sous différentes formes tantôt amusantes, tantôt poétiques.

Quelle agréable surprise, que de voir qu’un atelier culinaire nous était préparé ! L’occasion de mettre Monsieur aux fourneaux, ce qui est, je l’admets, un réel exploit ! Un très bon moment passé en compagnie des autres blogueurs et une dégustation de produits locaux pour le déjeuner. Que de petites attentions qui nous touchent à chaque fois, encore plus quand les organisateurs viennent nous saluer.

 

Entre marches, corridors et escaliers étroits, on ne s’arrête pas ! La forteresse se divise en trois parties, qui sont d’ailleurs signifiées par trois tours sur le blason de la ville de Chinon. Résidence royale, elle a vu défiler le comte d’Anjou Foulques IV, Henri II Plantagenêt, Philippe Auguste, Charles VII… Plus tard, elle sera abandonnée et dépourvue de rôle important, au profit de résidences plus modernes et plus stratégiques. Vendue comme bien national à la Révolution, cela ne l’empêche pas de tomber en ruines. Ce n’est qu’en 1840 qu’elle est classée monument historique, et une grande restauration s’avance alors…

 

L’Atelier culinaire nous aura vraiment charmé, et Anthony  a pris autant de plaisir à confectionner ses biscuits qu’à les déguster. Il s’en est pas mal sorti, et était forcément fier comme Artaban. Un peu de sucre, un peu de sel et un zeste de cannelle ! Pour plus d’audace, quelques emportes-pièces et une jolie boîte pour les emporter bien au chaud et les déguster près du sapin !

En conclusion, un très bon moment, plein de fraîcheur et de culture, et une belle première visite pour cette forteresse qui défie le temps ! 

Forteresse Royale de Chinon  37500 CHINON

À 40 MINUTES DE TOURS
PAR L’A85, SORTIE N°9 CHINON
PUIS D751
À 2H30 DE PARIS
PAR L’A10 PUIS PAR L’A85

Horaires d’ouverture

Janvier – février – novembre – décembre : 9 h 30 – 17 h (16h les 24 et 31 décembre)
Mars – avril et septembre – octobre : 9 h 30 – 18 h
1er mai – 31 août : 9 h 30 – 19 h

Plein tarif : 9 €

Tarif réduit* ( étudiant, personne en situation de handicap, 7-18 ans, enseignant… )  : 7 €

Gratuité : Enfant – 7 ans, demandeur d’emploi, journaliste…

www.forteressechinon.fr

Culture, Patrimoine, Tous, Visite express

Des idées de sortie à Chartres ? #blogtrip

Pour terminer notre trio d’articles à Chartres, on vous propose des idées de sortie ! Nous comptons revenir à Chartres au printemps, pour monter en haut de la cathédrale, fermée à ce moment, et visiter la maison Picassiette.

Une visite avec un greeter

Proposée par l’office de tourisme, on a vraiment apprécié expérimenter ce service, qu’Anthony propose à Orléans. L’occasion de visiter une ville avec un habitant passionnée, qui partage ses anecdotes et sa connaissance des lieux. Une petite balade toujours agréable, puisque c’est l’occasion d’aller dans des coins que nous n’aurions pas exploré de nous-mêmes.

Accompagnés de Françoise, nous avons parcouru la ville haute et ses belles rues parsemées de maisons à pans de bois et d’églises centenaires. Riche d’un passé ancien et prestigieux : La ville de Chartres, ancienne capitale Celte du peuple des Carnutes propose au fil de ses balades de nombreux monuments civils, religieux et culturels importants. La cité étant bâtie sur un promontoire naturel mais renfoncé dans une cuvette, elle, et sa magnifique cathédrale sont visibles à plusieurs kilomètres à la ronde !

En descendant dans la ville basse (qui se situe au pied de la ville haute, le long de l’Eure) nous avons pu profiter de la superbe vue offerte sur la cathédrale et les nombreuses autres églises, le tout formant une « Montagne de toits » hors du commun ; bien que située au coeur de la beauce (très plate), la cité présente un relief pentu voir très pentu par endroit, de quoi faire du sport le temps d’une petite promenade dominicale.

Cette belle visite s’est achevée au pied du pavillon de l’Horloge le long de la façade Nord de la Cathédrale, l’occasion d’admirer les innombrables détails de ce gigantesque vaisseau de pierres, considéré comme l’une des plus belles de France. Un petit regret de n’avoir pas pu monter en haut de ce bel édifice, fermé à ce moment.

 

Réservez une balade greeter ici 

Le Conservatoire de l’agriculture ( COMPA ) 

Les gens qui nous suivent sur les réseaux sociaux étaient au courant que nous passions à Chartres, et l’idée de ce musée original est revenu à plusieurs reprises. Toujours soucieux du monde qui nous entoure, et curieux de savoir comment les choses fonctionnent, nous vous avons écouté et nous avons beaucoup appris sur ce monde qui nous était assez étranger.

Très surpris par ce musée, nous avons apprécié toutes les installations pédagogiques, retraçant l’histoire des tracteurs, expliquant les évolutions de l’agriculture populaire, à l’agriculture industrielle. Ce musée est particulièrement impressionnant, et vaut vraiment le détour. Une très belle sortie culturelle, qui pose également des questions sur la société de consommation, via des expositions permanentes ou non ( culture biologique, nouveaux agriculteurs…) .

Notons que ce lieu est complètement ouvert aux enfants, et qu’il est aménagé pour eux. De nombreuses activités sont prévues, et des conférences régulières sont proposées tout au long de l’année. Lors de notre visite, il y avait une conférence sur le jeu par Claude Imhof, créateur de jeux, expliquant l’importance de ceux-ci dans le développement psychomoteur et sensoriel. Très inspirant, et nous avons pris plaisir à tester divers jeux cultes, afin de tester notre motricité ou notre logique.

Anthony a beaucoup apprécié l’exposition des tracteurs ( surtout celui inscrit au guiness des records, entièrement constitué de LEGO ) et s’est senti vraiment tout petit à côté de ces monstres d’ingéniosité, datant du siècle dernier. Un musée à visiter et à pratiquer, pour les petits comme les grands.

 

Le musée du vitrail

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le musée du vitrail est situé dans le centre international du vitrail qui comporte également une école du vitrail et du patrimoine ainsi qu’un centre de formation professionnel. Les collections sont riches et atypiques, et comportent des vitraux originaux de l’époque de la Renaissance. En sous-sol, on peut également découvrir des vitraux plus contemporains, qui mettent des techniques différentes en avant. En conclusion, une très belle collection de vitraux, avec beaucoup d’explications permettant de connaître leur origine, et de décrypter certains symboles qui s’avèrent récurrents dans leur composition.

Cette visite est évidemment illustrée par bons nombres de dessins et de schémas, ayant servis à leur réalisations. Un musée que nous conseillons aux amoureux du patrimoine, et aux chercheurs de détails.  Il doit se révéler plus accessible lors des visites groupées, qui comprennent des démonstrations techniques apparemment très instructives.

Office de tourisme de Chartres : 8 rue de la Poissonnerie

Conservatoire de l’Agriculture : Le Compa  1, rue de la République 28300 MAINVILLIERS

Musée du vitrail de Chartres : 5, rue du Cardinal Pie – 28000 CHARTRES

Tous nos remerciements aux sites touristiques de la ville de Chartres pour leur accueil, ainsi qu’à l’office de tourisme pour sa disponibilité et ses propositions. Nous comptons revenir au printemps pour Chartres en Lumière.

Culture, Patrimoine, Tous

Le château de Chambord et nous, histoire d’un (dés)amour

Cher Château de Chambord, soyons francs avec toi, jouons carte sur table. Au début, c’est vrai, on ne t’appréciait pas. D’un côté comme de l’autre, on te connaissait vide et terne, froid et distant. Nos visites scolaires, nos pas qui se traînent dans tes escaliers et tes salles… ha ce fameux escalier à double révolution ! Il n’y a qu’en ta terrasse que nous retrouvions du souffle, perchés dans les hauteurs, jouissant d’une vue incomparable sur ton domaine.

Et puis…

Tu as opéré un changement radical, de travaux en travaux on t’a vu évolué, grandir, te remettre à la page. Tes pièces jadis froides et vides se sont emplies d’une chaleur différente. Tu as décidé de meubler tes intérieurs, et tu as même accueilli en ton sein, de bien belles expositions. C’est donc avec surprise que nous t’avons redécouvert, flambant neuf, tout clinquant d’une belle remise en question, à la fois pédagogique et même un peu ludique. De nombreuses interactions sont possibles, à ceux qui veulent apprendre ou juste en savoir plus sur le domaine en lui-même, ou sur le Comte de Chambord.

Nombreux visiteurs se retrouvent plongés dans les histopads ( tablette interactive ) , mais nous ne sommes pas de ceux-là cette fois-ci, pourtant accro du numérique, on aime bien découvrir avec nos vrais yeux.

Tes cheminées sont toujours impressionnantes, et nous oublions qu’on peut en compter 282.

Si on continue dans l’immensité, tu as aussi 77 escaliers ( on n’a pas compté toutes les marches ) , et ça nous a causé quelques pauses, le temps de reprendre notre souffle. Ton architecture nous fascine, et tu mérites bien ton titre de château incontournable. Il faut savoir aussi que tu es le préféré de beaucoup de nos proches, et on comprend pourquoi ! Symbole de faste et d’élégance, on ne peut qu’admirer tes moulures et tes nombreux autres parements. Dire que dans 2 ans, tu auras 500 ans !

 

Cela faisait 2 ans que nous n’étions pas venus en tes murs, un peu flemmards de te retrouver, pas super motivées, mais curieux parce qu’on entendait de nouveaux échos à ton propos. Et il a fallu un dimanche de novembre, enfin, pour nous décider. On te l’avoue, c’est surtout l’exposition Pompidou qui nous a fait bouger ! De visites scolaires en visites obligatoires, on connaît déjà plutôt bien ton histoire, ce domaine de Chasse et ce haut lieu de villégiature, à l’époque de François Ier, qui décida de te faire construire en pleine forêt, pour oublier la luxure et le petit monde de Versailles. Tu devins alors le plus grand parc forestier clos d’Europe, et te distingua en 1981 de la fameuse mention  » inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO » .

On a découvert au cours de notre visite, un lieu lumineux, toujours très actif, et qui a gagné en chaleur culturelle et humaine. De nombreux documents, authentiques et reproductions sont mis à disposition, et les pièces sont meublées et bien agencées.

On découvre également ta cuisine, nouvellement ouverte depuis notre dernière visite, et je t’avoue, c’est bien la pièce que je préfère dans les châteaux. Les fiches explicatives nous apprennent de nouveaux mots, et nous sommes bien étonnés de voir qu’à l’époque, déjà, on parlait de lèche-frites !

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tu nous sembles tout à coup assez grandiose, et même si le temps n’est pas avec nous ce jour-là, tu dévoiles tout de même ta superbe. Une petite pause dans les jardins, les arbres tous alignés en rang d’oignons, on reviendra sans doute au printemps ? On espère très fort que tu accueilleras d’autres expositions, surprenantes et toutes aussi complètes que celle-ci. Un vrai plaisir de voir se côtoyer diverses installations, sculptures et autres oeuvres d’art. Tu fais un véritable honneur aux collections, en les accueillant dans un tel monument !

On te dit à très vite, et n’hésite pas à nous surprendre ! 

Château de Chambord

41250 Chambord – FRANCE
+33 (0)2 54 50 40 00

Le site est accessible via un parking gratuit en P1 mais payant en P2 ( 4€ / jour )

Le parc est ouvert en libre accès tous les jours.

Le château est ouvert toute l’année sauf les 1er janvier et le 25 décembre. Le château sera également fermé le 26 novembre 2018.

du 30 octobre au 31 mars : de 9h à 17h (Basse saison)

du 1er avril au 29 octobre : de 9h à 18h (Haute saison)

Plein tarif : 13 € (château + jardins)

Tarif réduit : 11 €

– Visiteur ayant acheté une prestation « forêt ou animation » destinée aux groupes ou aux individuels vendue par le domaine national de Chambord.
– Enseignant non titulaire du pass éducation, responsable de centre de documentation et d’information et chef d’établissement
– Jeune de 18 à 25 ans (hors union européenne)
– Accompagnant du détenteur de la carte d’abonnement
– Demandeur d’emploi, bénéficiaire du RSA ou d’aide sociale

Gratuité :

  • Moins de 18 ans (pour public individuel)
  • 18-25 ans ressortissants de l’Union Européenne (pour public individuel)
  • Les enseignants français du primaire et du secondaire (Enseignant titulaire du pass éducation nationale en cours de validité)
  • Titulaire de la carte Culture
  • Personne en situation de handicap + 1 accompagnant

Site internet / Facebook / Instagram 

Patrimoine, Tous, Visite express

Un weekend à Nantes #2

On continue notre weekend à Nantes, avec la partie 2, qui concerne notre dimanche. Retrouvez la première partie en cliquant ici ! 

 

8h30 On se réveille dans notre Airbnb, ce matin gros programme pour nous ! On a bien envie de prendre un café en haut d’un lieu bien particulier et incontournable à Nantes ! Mais pour se réveiller, un petit tour au jardin des plantes ne sera pas de trop !

Quelques installations artistiques comme des clins d’oeil et une promenade vraiment idéale pour s’éveiller. Le jardin est situé en face de la gare, et nous avons dû marcher un peu pour nous y rendre. Prendre le temps, flâner dans les allées, profiter de la lumière, et faire bien attention à ne pas réveiller le Dormanron, oeuvre végétale adorable imaginée par Claude Ponti. Le jardin a en son sein beaucoup d’espèces végétales différentes, et propose une ambiance semi-naturelle, avec une belle collection de végétaux joliment disposés. Nous avons apprécié les plans d’eau, très nombreux dans ce jardin ! La serre n’était pas ouverte ce dimanche matin, et nous y retournerons sûrement, car l’extérieur donnait bien envie !

Avec la distinction jardin remarquable, ce jardin s’étend sur plus de 70000 m². On y trouve également une collection de camélias qui en font un jardin international d’excellence camelia ! 

10h Bon il est temps de monter… Mais où ? Au nid pardi ! Un bar qui surplombe la ville du haut du 32ème étage, à 144m de haut ! Le nid propose une vue à 360 degrés impressionnante et nous voulions voir ça de plus près ! L’auteur de ce projet un peu fou est un artiste nantais, prénommé Jean Jullien, qui a voulu faire de ce lieu un endroit arty et convivial. Des sièges-oeufs, un héron… c’est certain, on vit un rêve éveillé !

On trouve la tour Bretagne vraiment très haute de loin, et c’est vraiment impressionnant de se dire qu’on va monter aussi haut !

Anthony a le vertige, et c’est vrai qu’il était un peu mal à l’aise avec cette vue assez dingue ! Des grillages tout autour du toit vous assurent une sécurité bien rassurante, et il faut passer le téléphone à travers la grille pour prendre une photo ! Alors, tu l’oses ? Cette vue est à couper le souffle, et justement… un vent frais se fait ressentir ! Ce n’est pas le moment de choper un rhume nantais oh !

12h30 Allez on se met en quête d’une bonne adresse avant de quitter la ville vers 18h ! Nous avons encore un peu de temps, alors on flâne de rues en rues. La ville est plutôt active, et on réussit même à prendre en photo le passage Pommeraye sans grand monde. Nous passons dans une rue, puis une autre, et une vitrine nous interpelle… Le nom est sympathique et nous rappelle l’histoire pour enfants Roule-Galette !

La  crêpe est délicieuse et généreuse, le service plus qu’agréable et nous nous régalons ! Une adresse qu’on recommande vraiment, car la décoration est adorable, et la situation idéale !  Les illustrations sont vraiment originales, et l’esprit du lieu change un peu des crêperies traditionnelles, parfois un peu poussiéreuses ! Une adresse jeune et cosy, avec un rapport qualité prix au top !

Le temps de digérer sur le chemin, et on se rend au château de Nantes ! Un beau temps toujours de la partie, on se dit qu’on bien de la chance !

14h Le château des Ducs de Nantes n’a de château que l’extérieur. La veille, nous nous étions promené avec Marion sur ses hauteurs, grâce au chemin de ronde qui est gratuit ! Une fois entrés, nous nous rendons vite compte que l’intérieur est résolument très moderne. En effet, c’est plus un musée qu’un château ! Bien loin de nous les reconstitutions de pièces de vie, ou les lits à baldaquins dont nous sommes si friands. Accoutumés à ce genre de château dans la région Centre, c’est tout étonné qu’on se laisse surprendre. Ce musée est vraiment bien garni, beaucoup de films et d’installations interactives qui nous invitent à découvrir l’histoire de la ville de Nantes. Entre histoire royale, industrie et guerre, de très belles vitrines et des petits objets précieux bien mis en valeur.

La partie qui nous a le plus plu reste celle sur la guerre, puisque la scénographie y est très immersive. Un parcours sonore et beaucoup de décors ajoutent un peu d’émotion aux costumes, casques et autres traités qui y sont exposés. Concernant les beaux objets de collection, vos yeux se régaleront et donneront envie à votre estomac d’en faire autant. Vous le saviez peut-être mais la marque LU signifie Lefèvre-Utile et est profondément ancrée dans l’histoire de la ville de Nantes, d’où elle est originaire !

Votre billet d’entrée vous donne également accès à l’exposition temporaire, en ce moment sur l’or des incas, mais nous n’avons pas eu le temps d’y aller ! Comptez bien 2 heures pour faire ce château des ducs !

16h30 Il est l’heure de goûter, et on rejoint une amie nantaise avant de repartir. On lui fait découvrir une adresse qu’elle ne connaissait pas, une franchise sur laquelle nous étions tombés déjà hier ! On a bien aimé le principe du disque qui clignote et sonne comme au bowling, une fois la commande prête, et le service était bien chaleureux. On ne sait pas trop si ça a ouvert depuis longtemps, mais on a apprécié l’atmosphère du lieu ( et en plus, il y a plein de prises pour charger son téléphone… c’est bête mais pour nous ce critère compte beaucoup ! )

18h Le temps se gâte, hop on retourne vers Orléans ! Comme prévu, nous n’avons rien de plus à régler au parking, car nous avions déjà réservé notre place avant notre séjour et payé en ligne !

 

De ce weekend nantais, nous gardons de très bons souvenirs. Mais nous ne choisirions pas Nantes pour vivre ! Loin d’être des bonnets de nuit, cette ville bouge un peu trop pour nous, et même si on se repère assez rapidement, l’effervescence qu’elle dégage n’est pas pour nous. Nous reviendrons bien entendu, puisque nous sentons qu’il y a d’autres incontournables dont nous n’avons pas pu profiter. On pense notamment à Trentemoult, à la croisière sur l’estuaire, au carrousel des mondes marins qu’on choisira la prochaine fois. Nantes est une ville riche d’attractions touristiques, mais jouit surtout d’un énorme potentiel artistique. Beaucoup d’expositions, de streetart et pas mal de galeries ouvertes également ! Les bonnes adresses ont l’air également nombreuses, et pour faire du shopping, elle reste très intéressante. 

Retrouvez les adresses pour les activités qui ont composé notre journée !

Jardin des Plantes 

Rue Stanislas Baudry, 44000 Nantes / ouvert de 8h30 à 20h tous les jours

Le Nid 

Tour de Bretagne, Place de Bretagne 44000 Nantes / ouvert le mercredi et jeudi de 14h15 à 00 et le samedi et dimanche de 10h à 00 ( ferme à 2h le samedi ) / entrée 1€  ( inclus dans le pass Nantes )

Le loup, le renard et la galette 

19 rue de la Juiverie, 44000 Nantes / ouvert le lundi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche de 12h à 22h30

 02 40 47 12 71

Château des Ducs de Nantes

4 place Marc Elder 44000 Nantes / ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h / tarif : 8€ et 5€