Browsing Category

Patrimoine

Culture, Patrimoine, Tous, Visite express

Un weekend à Troyes

Et si nous allions à Troyes ? Pas mal moqués par notre entourage, c’est pourtant la décision que nous avons prise, le temps d’un weekend.

On dit souvent qu’à Troyes il faut faire du shopping. Même si nous ne détestons pas ça, ce n’était pas la raison de notre venue à Troyes, pourtant en pleine période de soldes.

 

L’activité industrielle et commerciale à joué un rôle primordiale dans le développement de la cité et son rayonnement à travers le pays. Des premières foires de Champagnes en passant par la bonneterie (Petit Bateau) puis aux magasins d’usine modernes , elle est encore aujourd’hui une ville active et vivante où la gastronomie locale joue un rôle tout aussi important !

Troyes est avant tout une ville d’Art et d’Histoire qui conserve un patrimoine impressionnant et parfaitement préservé & restauré malgré le passage du temps. Le « Bouchon de Champagne », comme elle se fait appeler communément à cause de sa forme, est presque entièrement bâtie de maisons à pan de bois à colombages du XVIème siècle ; une caractéristique bien singulière !

View this post on Instagram

🛣️ CHEMIN DE TRAVERSE 🛣️ ⚜️ Rue Champeaux ⚜️ . Ambiance #harrypotter à Troyes, certaines rues nous imposent un retour en arrière assez brutal ! 😊 . Au delà de l'aspect moyenâgeux de la ville, c'est un témoignage unique en France d'une ville d'importance conservée en grande partie dans l'esprit du XVIème siècle, pas besoin d'aller très loin pour changer d'atmosphère ! 🏠⚜️ . . #troyes #troyestourisme #aube #grandest #frenchblogger #topfrance #urban #art #street #medieval #potd #photography #picoftheday #old #landscape #perspective #houses #bluesky #cloudy #archidaily #archilovers #architecture #huaweip20pro #igdaily #igptg #planeteig02

A post shared by Monsieur l'@moureux / Anthony (@monsieurlamoureux) on

Partis à 7h30, nous sommes arrivés à Troyes pour le petit-déjeuner. Garés en centre-ville sur un parking qui nous sera revenu à 13€ pour le weekend entier, nous avons commencé à flâner dans les rues troyennes. C’est au moulin de Pierre que nous nous sommes arrêtés prendre le petit-déjeuner, et la journée a pu vraiment débuté, avec un bon goût de croissant au beurre. 

Cela faisait un petit moment que nous voulions aller à Troyes, et ce n’est qu’à deux heures de route d’Orléans ! L’occasion d’un petit weekend bien sympathique, même si le temps était un peu taquin en février. Féru d’histoire et de patrimoine, nous étions ravis de découvrir cette ville qui sent bon l’authenticité ! Très bien accueillis par les locaux, c’était une parenthèse bien agréable et une petite coupure suffisamment dépaysante pour qu’elle remette nos compteurs de fatigue à zéro.

La spécialité culinaire de Troyes est l’andouillette. Anthony adore cela, et j’avoue que je lui laisse bien le loisir d’en profiter au restaurant nommé Tout Simplement, où nous nous arrêtons le midi. L’accueil est vraiment sympathique, les gens sont souriants, le gérant agréable, et le restaurant est à quelques mètres de l’office de tourisme où nous passons rapidement. Pas de chance pour nous, le musée du vitrail est fermé ! Heureusement, nous avons déjà une balade Greeter prévue dans l’après-midi. Un verre de Chablis et des tartines gigantesques plus tard, et nous voilà en compagnie de Christine, ancienne orthophoniste qui fait visiter sa ville avec coeur et générosité. Le système Greeter est installée à Troyes depuis 8 ans, et Anthony ouvre bien les oreilles quand Christine lui raconte des anecdotes sur ses nombreuses balades depuis.

Habitués des balades Greeter de l’autre côté, c’était le moment de copiner avec une camarade et d’échanger des avis ! Une bonne balade à pieds, qui nous aura permis de découvrir le fameux bouchon de champagne, de bout en bout. Des petites cours cachées, des coursives en bois, des détails sculptés à ne pas manquer…notre greeter Christine s’est révélée vraiment passionnante et bavarde comme on aime ! En plus de cela, elle nous a permis d’en savoir un peu plus sur l’origine de certaines expressions françaises.

Dans la fameuse ruelle des chats, elle nous a donné des indications sur  » Tenir le haut du pavé ». Cette expression signifie avoir une condition sociale élevée, et se rapporte à l’architecture du Moyen-Âge. Les rues étaient toutes pavées et les trottoirs n’existaient pas encore. Comme les rues étaient construites en forme de V, la chaussée remontait vers les façades, ce qui permettait l’évacuation des eaux usées dans une rigole au centre des rues. Une balade en ville n’était donc pas une partie de plaisir, et c’est pour cela qu’on marchait… en haut des pavés !

 » Faire banque-route » a une histoire plus compliquée. De l’italien banca rotta, les changeurs de monnaie se réunissaient sur des petites places, à l’heure des marchés et des foires qui ont fait jadis la réputation de la ville de Troyes. Ils ramenaient leurs bancs pour faire affaire, et si le temps des échanges ne leur était pas favorable et qu’il se retrouvait sans moyen de commercer, leur banc était rompu. D’où banque route , bancs rompus,  banca rotta en italien. Plus possible d’être sur la route.

Après une balade d’un bon pas, nous sommes allés poser nos bagages à l’hôtel , les comtes de Champagne, situé en plein centre de Troyes. Atypique et aux pans de bois apparents, nous avons apprécié dormir dans un bâtiment aussi authentique. Situé à quelques mètres de l’hôtel, un restaurant de sushi, Sushi Yaki ( 7 rue Colbert ), nous attendait ! La fatigue et la paresse aidant, c’était une solution facile et ça nous a bien plu. Les brochettes étaient particulièrement délicieuses. C’est ce que nous vous conseillons si vous y faites une halte.

Le lendemain, c’était visite de l’hôtel de Vauluisant au matin. Cet hôtel est un édifice en pierre du milieu du XVIe s. Le temps n’aidant pas trop, c’était une sortie qui tombait à pic ! L’hôtel de Vauluisant abrite deux musées, celui qui concerne la ville et son architecture ( musée de l’art Champenois )  et celui qui met en avant l’histoire de la bonneterie. Nous l’ignorions, mais Troyes est le berceau de la bonneterie. C’est même ici qu’est née la marque Petit Bateau.

La bonneterie est un secteur industriel concernant le commerce d’articles d’habillement en tissu à mailles, comme les bas ou les collants. Cette industrie a permis le rayonnant de la ville de Troyes au niveau national et a aussi joué un rôle économique et social. Deux temps deux richesses patrimoniales ! Une belle visite que nous recommandons à tous ceux qui veulent en savoir plus sur la ville de Troyes et ce qui fait ses richesses.

Avant d’aller déjeuner, nous sommes allés découvrir un atelier bien particulier, celui de Seschaou  ! Une belle surprise ouverte le dimanche… des fleurs, de la décoration et beaucoup d’élégance. Nous avons aimé l’ambiance de ce lieu, et les très jolies compositions qui le composaient. Avec deux femmes talentueuses et créatives aux commandes, cette boutique reste un véritable coup de coeur de notre séjour troyen !

Atelier Seschaou 3 place Audiffred Troyes

Un burger chez Rosa Parks avant de reprendre la route et notre séjour à Troyes touchait déjà à sa fin. Un court séjour que nous renouvellerons aux beaux jours car le temps ne nous a pas forcément montré les plus belles facettes de cette ville. Nous retenons l’accueil des locaux, et le patrimoine industriel découvert grâce au musée.

Culture, Patrimoine, Resto, Tous, Visite express

Culture et gourmandise à Honfleur

Découvrir Honfleur était évident lors de notre virée normande. Même si la ballade sur le port reste un incontournable, voici quelques adresses qu’on vous partage volontiers !

Nous avons quitté Rouen au matin, et sommes arrivés à Honfleur pile pour déjeuner. Un soleil radieux nous a accueilli, et la brise était aux abonnés absents. Prévenus à plusieurs reprises quant aux attrapes-touristes sur le port, nous avons préféré marcher 10 minutes dans les petites ruelles et nous avons trouvé table à notre goût. Il est vrai que les terrasses proche de l’eau semblaient attractives, mais que dire du bruit et de la foule environnante et des cartes à 5 pages… Une fois à table, nous avons été rassuré de constater que Le Gambetta se classait 9ème sur Tripadvisor. Du nez mon cher, du nez !

La serveuse est sympathique et nous place très vite. S’ensuit un défilé de plats délicieux, avec des présentations toutes plus alléchantes les unes que les autres. Deux menus s’offraient à nous, et le choix fût assez rapide. Nous voulions tous deux du poisson, et monsieur insistant sur le fait que nous étions en vacances, je me suis laissée tenter par le menu alliant plateau de fruits de mer, et gambas ! Anthony a préféré une terrine en entrée, et un cabillaud ! Le menu complet comprenait également des desserts, et au vu de nos estomacs en fin de repas, nous avons choisi une simple salade de fruits de saison.

Le gambetta, 58 rue haute 14600 Honfleur / 02 31 87 05 01

Le ventre rempli et heureux, nous avons cheminé là où bon nous semblait, nous arrêtant parfois dans les ruelles ou profitant d’un marché. Nous sommes également rentrés dans l’église Sainte-Catherine, très impressionnante grâce à son architecture en bois. Un peu surpris par les détours et recoins de cette ville, nous n’avons pas rechigné à monter des volées de marches ! J’ai trouvé un artisan savonnier, chez Bruno au 4 rue de la ville. Aujourd’hui encore, je regrette de n’avoir pas fait plus de stocks chez lui… un shampoing solide et un savon à la goyave et à la fraise ont été mon seul butin ! Une odeur géniale et c’est un arrêt incontournable si vous passez à Honfleur et que vous aimez les cosmétiques artisanaux.

oznor

Notre balade hasardeuse nous a mené devant la maison Satie. On nous l’avait conseillée, et c’est de bon coeur que nous sommes rentrés dans cette maison assez particulière ! Nous en sommes ressortis agréablement surpris ! Une visite comme jamais nous n’en avions fait, guidée par un audioguide qui réagit à vos déplacements. L’occasion de découvrir ce personnage que nous ne connaissions pas tant que ça… Erik Satie est surtout connu pour son rapport à la musique, et il est également précurseur des mouvements surréalistes et minimalistes. Une véritable rencontre avec une figure inclassable honfleuraise, qui marqua le paysage artistique et culturel du XIXe siècle. Un parcours un peu absurde et très poétique, que l’on vous conseille si vous aimez les surprises !

La maison Satie, 67 boulevard Charles V 14600 Honfleur

Pour terminer la journée, et avant de nous rendre à notre maison d’hôtes, c’est une glace dont nous avions besoin ! C’est chez les Glaces de la ferme du bois Louvet que notre gourmandise s’est tournée, et nous n’avons pas regretté ! Jamais nous n’avions mangé de glaces aussi crémeuses ! Un pur moment de détente, la glace à la main, tous les deux assis à contempler les bateaux du port.

Glaces de la ferme du bois Louvet, 4 place de l’hôtel de ville, 14600 Honfleur

Une belle journée à Honfleur, et nous sommes ravis d’avoir découvert cette ville ! Vous la connaissiez ?