All Posts By

Anthony & Noémie

Culture, Patrimoine, Tous, Visite express

Un weekend à Troyes

Et si nous allions à Troyes ? Pas mal moqués par notre entourage, c’est pourtant la décision que nous avons prise, le temps d’un weekend.

On dit souvent qu’à Troyes il faut faire du shopping. Même si nous ne détestons pas ça, ce n’était pas la raison de notre venue à Troyes, pourtant en pleine période de soldes.

 

L’activité industrielle et commerciale à joué un rôle primordiale dans le développement de la cité et son rayonnement à travers le pays. Des premières foires de Champagnes en passant par la bonneterie (Petit Bateau) puis aux magasins d’usine modernes , elle est encore aujourd’hui une ville active et vivante où la gastronomie locale joue un rôle tout aussi important !

Troyes est avant tout une ville d’Art et d’Histoire qui conserve un patrimoine impressionnant et parfaitement préservé & restauré malgré le passage du temps. Le « Bouchon de Champagne », comme elle se fait appeler communément à cause de sa forme, est presque entièrement bâtie de maisons à pan de bois à colombages du XVIème siècle ; une caractéristique bien singulière !

View this post on Instagram

🛣️ CHEMIN DE TRAVERSE 🛣️ ⚜️ Rue Champeaux ⚜️ . Ambiance #harrypotter à Troyes, certaines rues nous imposent un retour en arrière assez brutal ! 😊 . Au delà de l'aspect moyenâgeux de la ville, c'est un témoignage unique en France d'une ville d'importance conservée en grande partie dans l'esprit du XVIème siècle, pas besoin d'aller très loin pour changer d'atmosphère ! 🏠⚜️ . . #troyes #troyestourisme #aube #grandest #frenchblogger #topfrance #urban #art #street #medieval #potd #photography #picoftheday #old #landscape #perspective #houses #bluesky #cloudy #archidaily #archilovers #architecture #huaweip20pro #igdaily #igptg #planeteig02

A post shared by Monsieur l'@moureux / Anthony (@monsieurlamoureux) on

Partis à 7h30, nous sommes arrivés à Troyes pour le petit-déjeuner. Garés en centre-ville sur un parking qui nous sera revenu à 13€ pour le weekend entier, nous avons commencé à flâner dans les rues troyennes. C’est au moulin de Pierre que nous nous sommes arrêtés prendre le petit-déjeuner, et la journée a pu vraiment débuté, avec un bon goût de croissant au beurre. 

Cela faisait un petit moment que nous voulions aller à Troyes, et ce n’est qu’à deux heures de route d’Orléans ! L’occasion d’un petit weekend bien sympathique, même si le temps était un peu taquin en février. Féru d’histoire et de patrimoine, nous étions ravis de découvrir cette ville qui sent bon l’authenticité ! Très bien accueillis par les locaux, c’était une parenthèse bien agréable et une petite coupure suffisamment dépaysante pour qu’elle remette nos compteurs de fatigue à zéro.

La spécialité culinaire de Troyes est l’andouillette. Anthony adore cela, et j’avoue que je lui laisse bien le loisir d’en profiter au restaurant nommé Tout Simplement, où nous nous arrêtons le midi. L’accueil est vraiment sympathique, les gens sont souriants, le gérant agréable, et le restaurant est à quelques mètres de l’office de tourisme où nous passons rapidement. Pas de chance pour nous, le musée du vitrail est fermé ! Heureusement, nous avons déjà une balade Greeter prévue dans l’après-midi. Un verre de Chablis et des tartines gigantesques plus tard, et nous voilà en compagnie de Christine, ancienne orthophoniste qui fait visiter sa ville avec coeur et générosité. Le système Greeter est installée à Troyes depuis 8 ans, et Anthony ouvre bien les oreilles quand Christine lui raconte des anecdotes sur ses nombreuses balades depuis.

Habitués des balades Greeter de l’autre côté, c’était le moment de copiner avec une camarade et d’échanger des avis ! Une bonne balade à pieds, qui nous aura permis de découvrir le fameux bouchon de champagne, de bout en bout. Des petites cours cachées, des coursives en bois, des détails sculptés à ne pas manquer…notre greeter Christine s’est révélée vraiment passionnante et bavarde comme on aime ! En plus de cela, elle nous a permis d’en savoir un peu plus sur l’origine de certaines expressions françaises.

Dans la fameuse ruelle des chats, elle nous a donné des indications sur  » Tenir le haut du pavé ». Cette expression signifie avoir une condition sociale élevée, et se rapporte à l’architecture du Moyen-Âge. Les rues étaient toutes pavées et les trottoirs n’existaient pas encore. Comme les rues étaient construites en forme de V, la chaussée remontait vers les façades, ce qui permettait l’évacuation des eaux usées dans une rigole au centre des rues. Une balade en ville n’était donc pas une partie de plaisir, et c’est pour cela qu’on marchait… en haut des pavés !

 » Faire banque-route » a une histoire plus compliquée. De l’italien banca rotta, les changeurs de monnaie se réunissaient sur des petites places, à l’heure des marchés et des foires qui ont fait jadis la réputation de la ville de Troyes. Ils ramenaient leurs bancs pour faire affaire, et si le temps des échanges ne leur était pas favorable et qu’il se retrouvait sans moyen de commercer, leur banc était rompu. D’où banque route , bancs rompus,  banca rotta en italien. Plus possible d’être sur la route.

Après une balade d’un bon pas, nous sommes allés poser nos bagages à l’hôtel , les comtes de Champagne, situé en plein centre de Troyes. Atypique et aux pans de bois apparents, nous avons apprécié dormir dans un bâtiment aussi authentique. Situé à quelques mètres de l’hôtel, un restaurant de sushi, Sushi Yaki ( 7 rue Colbert ), nous attendait ! La fatigue et la paresse aidant, c’était une solution facile et ça nous a bien plu. Les brochettes étaient particulièrement délicieuses. C’est ce que nous vous conseillons si vous y faites une halte.

Le lendemain, c’était visite de l’hôtel de Vauluisant au matin. Cet hôtel est un édifice en pierre du milieu du XVIe s. Le temps n’aidant pas trop, c’était une sortie qui tombait à pic ! L’hôtel de Vauluisant abrite deux musées, celui qui concerne la ville et son architecture ( musée de l’art Champenois )  et celui qui met en avant l’histoire de la bonneterie. Nous l’ignorions, mais Troyes est le berceau de la bonneterie. C’est même ici qu’est née la marque Petit Bateau.

La bonneterie est un secteur industriel concernant le commerce d’articles d’habillement en tissu à mailles, comme les bas ou les collants. Cette industrie a permis le rayonnant de la ville de Troyes au niveau national et a aussi joué un rôle économique et social. Deux temps deux richesses patrimoniales ! Une belle visite que nous recommandons à tous ceux qui veulent en savoir plus sur la ville de Troyes et ce qui fait ses richesses.

Avant d’aller déjeuner, nous sommes allés découvrir un atelier bien particulier, celui de Seschaou  ! Une belle surprise ouverte le dimanche… des fleurs, de la décoration et beaucoup d’élégance. Nous avons aimé l’ambiance de ce lieu, et les très jolies compositions qui le composaient. Avec deux femmes talentueuses et créatives aux commandes, cette boutique reste un véritable coup de coeur de notre séjour troyen !

Atelier Seschaou 3 place Audiffred Troyes

Un burger chez Rosa Parks avant de reprendre la route et notre séjour à Troyes touchait déjà à sa fin. Un court séjour que nous renouvellerons aux beaux jours car le temps ne nous a pas forcément montré les plus belles facettes de cette ville. Nous retenons l’accueil des locaux, et le patrimoine industriel découvert grâce au musée.

Tous, Voyage

Vienne, détour au pays de Sissi !

Suite de notre voyage de noces, dont nous vous faisons le récit au compte-goutte ! Après un passage à Prague, nous avons fait nos valises pour Vienne, un souffle romantique qu’on attendait.

Vienne est une ville qui nous a longtemps fait rêver. Pour son architecture oui, mais aussi pour l’ambiance particulière qui semble régner dans les rues et les différents quartiers. Vienne nous a accueilli avec la pluie, et nous lui avons d’emblée trouvé un petit air mélancolique qui ne nous a pas déplu.

Capitale du baroque et du romantisme, nous sommes arrivés à Vienne sans projet particulier, si ce n’est celui de visiter le château de Sissi. Duchesse en Bavière puis Impératrice d’Autriche par son mariage. Beaucoup de clins d’oeils lui sont glissés à Vienne, et c’est une figure incontournable qui donne son nom à beaucoup d’offres touristiques. On retrouve le portrait de l’impératrice sur bon nombre d’assiettes ou d’accessoires de papeterie. Les boutiques souvenirs sont présentes à chaque coin de rue, vous ne pourrez pas la manquer. 

Arrivés à mi-parcours de notre lune de miel, nous commencions à être un peu fatigués, c’est vrai. Un peu moins exigeant sur les cuisines locales, nous avons eu grand plaisir à explorer les cuisines du monde à Vienne. Arrivés en gare à 16h, nous avons pu prendre un déjeuner tardif dans un comptoir gourmand libanais par exemple ! 

Un restaurant chinois en face de notre hôtel le Mercure Wien Zentrum, le Kiang nous a servi une spécialité nommé Ants Climbing a tree, littéralement les fourmis montant l’arbre ! 

Rassurez-vous, nous n’avons pas fait que manger, nous avons aussi pu découvrir le château de Sissi le château de Schönbrunn, une attraction hautement touristique à Vienne. Le prix du Classic Pass  n’est pas donné ( 26,50€ par personne ) mais il donne accès à presque tout le site 

  • Grand Tour avec Audioguide
  • le jardin du prince héritier
  • le labyrinthe et le dédale
  • Jardin de l’Orangerie
  • la terrasse panoramique de la Gloriette 

Arrivés sur place, nous nous sommes rendus compte que nous n’avions pas conscience de l’immensité du domaine et nous avons vite compris qu’il nous faudrait passer la moitié de la journée sur le site, si nous voulions en profiter ! Pas de problème, comme dit précédemment, nous avions un peu relâché la bride sur le programme et nous avons pris plaisir à flâner dans les allées de l’impératrice et visiter son château. Pas de photos du château possible à l’intérieur, et la visite ne se fait qu’avec un audioguide. C’est la plus belle visite de château que nous avons fait de toute notre vie, même si elle était audioguidée. Magique, spectaculaire, joliment racontée et pleine d’anecdotes historiques, cette visite est véritablement géniale. Les pièces sont richement décorées, et nous avons pu également admirer quelques toilettes de l’époque. 

Ne soyez pas trop pressés, car les files de touristes sont assez longues, et le ruban pour accéder à la visite nécessitera un peu d’attente. Nous nous sommes dits que c’était un peu leur Versailles à eux ! 

L’heure du déjeuner approchant, et notre visite du château juste terminée, nous avons regardé s’il était possible de prendre une des fameuses calèches pour se promener dans le parc. Le temps était idéal mais les tarifs nous ont clairement stoppé. Nous avons constaté le véritable business de ce type d’activités en centre-ville… les balades en calèche ! 60€ les 20 minutes par personne, nous avons préféré nous accorder un moment gourmand à la place ! 

Le Café Restaurant Residenz nous a bien suffit, un lieu très fréquenté mais au service plutôt rapide. Les tarifs pratiqués sont plutôt abordables, et les serveurs sont habitués au passage. Ici on nous sert des plats traditionnels, et nous avons opté pour des spatzle et une bonne saucisse. Le cadre est ravissant même si le bruit ne donne pas envie de rester trop longtemps. 

Pour nous faire digérer, une petite promenade dans le jardin de l’orangerie était toute indiquée. Quel plaisir que de flâner parmi les allées, découvrir de superbes perspectives et des fontaines disposées ça et là. Nous n’avons eu aucune peine à nous imaginer l’impératrice, batifolant dans son parc… Puis une montée au sommet du belvédère de la Gloriette nous a offert un point de vue magnifique sur tout Vienne. Le jeu en vaut la chandelle, et c’est un moment qui se mérite ! Bien trop épuisés arrivés dans les hauteurs, nous n’avons pas pris de photo ! 

Plutôt musée ? Vous aurez l’occasion d’admirer le baiser de Gustav Klimt au Musée du Belvédère, un lieu magnifique construit sous l’égide d’Eugène de Savoie qui en fit sa résidence d’été ( oui rien que ça ) . Le Musée du Belvédère recèle beaucoup d’oeuvres picturales classiques mais propose aussi une expérience plus originale, avec le Belvédère 21, bâtiment plus axé sur les oeuvres modernes et contemporaines. Nous avons fait le choix de nous concentrer sur les oeuvres dites classiques, et ne regrettons absolument pas la visite ! Anthony a aussi trouvé son bonheur avec un magnifique tableau de Napoléon Bonaparte. 

Vienne est un petit joyau de flâneries. On se perd dans les ruelles, on découvre des bars ou des cafés assez familiaux. Les gens sont plutôt sympathiques, et la ville se fait facilement à pieds même si les transports en commun sont accessibles et faciles à comprendre. Nous avons été assez charmé par cette ville qui a su garder une âme malgré les flots de touristes.

Il est possible d’assister à des mini concerts de musique classique et c’est l’option que nous avons choisi. L’opéra est relativement onéreux, et nous avouons que ce n’était pas notre priorité. Vienne nous a permis de privilégier les balades extérieures, car le temps était radieux lors de ces deux jours, et nous avons beaucoup apprécié l’accueil réservé aux touristes.

Arrêtez-vous chez Demel ,rue (Kohlmarkt, 14) , un café authentique et superbement décoré ! Le Café Demel est reconnu depuis qu’il a servi la famille royale, aux hautes heures de l’aristocratie autrichiennes. Vous saliverez devant les pâtisseries joliment disposées, et l’ambiance qui y règne. Nous vous conseillons de venir en fin de journée, pour éviter le flux de gens curieux, qui comme vous rêvent de prendre une pause sucrée.

Que ramener absolument de votre passage à Vienne ?

Un produit gourmand dans un emballage rose acidulé que vous croiserez très souvent, inconnu en France…. Disponible dans les magasins de souvenirs mais également dans des boutiques dédiées, la filiale Manner est celle qui produit le plus de bonbons autrichiens.
Produites depuis 1898, les gaufres roses Manner connaissent un succès international. Vous trouverez également les fameuses boules de Mozart et tout un tas de produits dérivés qui vont de la balle de golf aux boîtes métalliques un peu désuètes. Entrer dans la boutique dédiée, le Manner Shop, est déjà une expérience visuelle. Située à côté de la cathédrale Saint-Etienne elle est ouverte jusque tard dans la nuit ( 22h ) !

Ne vous en faites pas, quoi qu’il arrive vous ne pourrez pas échapper à la folie Manner puisque on en retrouve à l’aéroport et à la gare !

Beauté, Tous

Massage ayurvé…ayurvéquoi ?

Terminer l’année, la commencer… j’ai pu la terminer avec un test bien particulier. L’espace d’un instant, je me suis sentie petit beignet grassouillet sur une table de massage. Détendue, repue, apaisée… en plus je sentais l’huile de sésame ! Retour sur cette expérience bien particulière et ô combien originale !

L’ayurveda (de « ayûr », vie ou longévité, et « veda », science ou sagesse, en sanskrit) est la médecine traditionnelle indienne dont les origines remontent à plusieurs millénaires. On en retrouve les premières traces dans les Vedas, notamment l’Atharva Veda, qui mentionne plusieurs mantras de guérison et plantes curatives. Les premiers traités d’ayurveda qui nous soient parvenus, la Charaka Samhita, la Sushruta Samhita et l’Ashtanga Hridaya, auraient été rédigés avant l’ère commune. L’ayurveda s’est très tôt répandue vers l’Est et l’Ouest, inspirant les médecines traditionnelles chinoise, tibétaine, et grecque antique.

Le massage ayurvédique ( massage abhyanga ) , est à base d’huile. Massage traditionnel indien, il permet d’agir sur plusieurs plans… bien évidemment de détendre physiquement mais également d’apporter un bien-être psychique et un mieux-être énergétique. Il se pratique avec énormément d’huile, et complètement nu. Je suis une personne qui n’est pas du tout pudique, alors ça ne me dérangeait pas le moins du monde. Seulement vêtue d’un string de papier, je me suis étalée sur la table avec l’élégance que vous me connaissez.

En pratique

Valérie m’a d’abord posé quelques questions pour connaître mes habitudes, mon hygiène de vie, si je connaissais déjà ce genre de massage. Peu habituée à lâcher prise, j’ai avoué que j’avais eu beaucoup de mal à prendre plaisir lors des premiers massages que j’avais pu recevoir. Qu’on me touche était un peu compliqué, et j’ai besoin d’avoir grande confiance en la personne qui me masse.

Je me pose sur la table, il n’y a pas de musique afin que je me concentre totalement sur les sensations. 1 heure de détente, de palper rouler, de petits tapotements et de douceur infime. La table chauffe suffisamment pour que je n’ai pas froid, et une couverture est disponible si besoin ! Valérie a été très attentive à mes réactions, et même si le silence était de mise, je n’ai pas hésité à lui dire si un endroit me dérangeait ou si au contraire j’avais besoin d’une pression plus marquée.

Surprise au premier abord par différents touchers, j’ai pu découvrir un massage relaxant et reposant et qui n’avait pas grand chose à voir avec ceux pratiqués en cabinet esthétique. Quelques respirations sont placées lors de mouvements, et j’avoue que je me suis sentie vraiment vidée, mais dans le bon sens. La respiration semble être vraiment importante dans ce genre de pratique et je crois que c’est ce qui m’a vraiment marquée, le fait de lier respirations et touchers.

Je suis sortie de chez Valérie détendue, reposée mais surtout avec une énergie différente. Je ne sais pas comment trop l’expliquer, mais elle a exercé une sorte de pression sans me toucher et cela m’a permis de reprendre mon souffle. Comme si j’avais un étau sur la poitrine qu’elle avait fait s’envoler.

Le massage ayurvédique c’est pour qui ?

Tout d’abord pour ceux qui n’ont pas peur d’être nu. C’est vrai que cela peut être gênant si vous n’avez pas l’habitude et je peux comprendre que l’idée vous rebute. En vérité, vous oubliez assez vite votre nudité, et c’est vraiment un côté intime plutôt rassurant car Valérie sait vous mettre à l’aise sans émettre aucun jugement.

Pour ceux qui font du yoga, car Valérie est prof de yoga et allie sa pratique du massage aux bienfaits du yoga dans son travail. Ceux qui n’en font pas sont bien entendu les bienvenus, mais c’est vrai qu’il y a une partie énergétique très intéressante si on choisit de s’y pencher un peu.

Combien ?

Une séance totale dure entre 1h et 1h30 entretien préparatoire et massage inclus ! 90€ la séance d’1h30 et 425€ la carte de 5 séances valable un an de date à date. 

Coordonnées 

Alix Réflexologie 2 rue de la Lionne 45000 Orléans ( à deux pas de la place du Martroi ) .  Plus d’informations sur le site Pardes Yoga 

Pour prendre rendez-vous, contactez Valérie au 06 99 64 00 95.

Culture, Resto, Tous, Visite express

Un weekend à Paris #hotelduoparis

Paris en décembre… un petit rêve de réalisé grâce à l’Hôtel Duo !

Nous aimons Paris pour son côté culturel, mais nous ne connaissions pas la ville avec les lumières de fin d’année ! En face du BHV, chez Hotel Duo Paris, nous avons pu profiter d’un confort 4 étoiles et d’une petite parenthèse bien agréable en cette période chargée !

Bien surpris de la localisation de l’hôtel où nous étions invités, nous avons pu nous rendre compte de son emplacement idéal lors de nos sorties. En face du BHV, où nous n’avons pas manqué de faire un tour, il y a quelques points de restauration autour, des friperies où je n’ai pas eu le temps de mettre mon nez ( et heureusement pour mon compte en banque ! ) , et une station de métro à 5 minutes ! Et le plus beau, nous sommes arrivés très tôt le matin, et nous avons pu profiter d’une place de l’hôtel de ville complètement vide… une ville endormie et un Paris que nous avons redécouvert, à l’heure hivernale ! Le quartier du marais est un quartier de Paris en pleine effervescence, et c’était un réel plaisir de résider en son coeur ! Toutes les activités touristiques n’étaient pas bien loin !

 

 

L’hôtel Duo Paris offre plusieurs chambres et suites, pour un séjour cocooning où tout est pensé pour lâcher du lest ! Le personnel est très agréable, et se rend disponible ! Ce qui nous a le plus charmé reste la décoration, moderne et élégante ! Plusieurs fauteuils sont installés au rez-de-chaussé et forment de ravissants espaces où il est possible de venir prendre un café, le temps d’un rendez-vous ou de se poser plus longtemps lors d’un tea time, le samedi et dimanche à partir de 15h ! Charmé par le patio à ciel ouvert, nous avons profité de retrouvailles avec notre amie Eugénie, pour nous permettre quelques photos ! Lors de votre séjour, un cocktail de bienvenue vous sera offert, ainsi qu’une petite réduction au BHV, situé juste en face ! Hotel Duo Paris propose également un service fitness et sauna, pour ceux qui voudraient lier détente et sport lors de leur séjour parisien !

 

Motivés et fringants le samedi matin, nous avons décidé de grimper jusqu’au Panthéon ! Un petit tour qui se passait très bien jusqu’à ce qu’on nous évacue pour manifestation. Nous sommes donc sortis par derrière, et un crachin assez désagréable commençait à se faire sentir ! Un peu dommage, mais nous reviendrons certainement pour en apprendre davantage sur ce lieu, dont les transformations architecturales sont impressionnantes ! Jadis monument religieux, la Panthéon est devenu un endroit qui célèbre et rend hommage à plusieurs personnalités.

Y sont notamment inhumés VoltaireJean-Jacques RousseauVictor HugoLouis BrailleSadi CarnotÉmile ZolaJean JaurèsJean MoulinJean MonnetPierre et Marie CurieAndré Malraux ou encore Alexandre Dumas, qui y fait son entrée en 2002Germaine TillionGeneviève de Gaulle-AnthoniozJean Zay et Pierre Brossolette y font leur entrée le Simone Veil, accompagnée de son époux Antoine Veil, y sont inhumés depuis le 1er juillet 2018  Wikipédia

Nous avons pu tester une expérience inédite au Panthéon, incontournable pour les passionnés des écrans que nous sommes !  Grâce à la réalité virtuelle, vous pourrez assister au discours de Clémenceau, qui a d’ailleurs une exposition dédiée à l’intérieur du monument ! L’expérience est incluse dans le prix du billet et dure 7 minutes et est accessible jusqu’au 10 février, le mercredi et samedi uniquement. Plus d’infos ici. 

11 novembre 1918. 16h00. Séance 129.
Clemenceau proclame l’armistice à l’Assemblée Nationale et délivre le
monde du conflit qui l’empoisonne depuis 4 ans. Face à lui, animés par une
joie immense, se pressent députés, journalistes, parisiens… Et vous.

Par la suite, nous avons mangé dans un restaurant de teppannyaki, une plaque chauffante japonaise, qui n’est pas sans rappeler une scène culte du film l’aile ou la cuisse ! Nous vous conseillons le Kagayakiau 79 boulevard Beaumarchais dans le 3ème,pas loin de la place des Vosges ! Vous pourrez vous attabler au comptoir si vous avez de la chance, afin de profiter du spectacle gourmand qui se joue devant vous. Le midi, les menus sont à partir de 16€ et sont très généreux, le restaurant comptait beaucoup d’habitués lors de notre passage, ce qui est un très bon signe en général !

Le reste de l’après-midi, nous l’avons passé à découvrir le quartier Bastille avec Anne, une amie ! Un bar à l’ambiance tamisée nous a accueilli, Chez Popeille au 15 rue de Charonne, alors que nous sortions juste du château éphémère, une boutique Ghibli officielle, qui n’est ouverte qu’à une période de l’année. Inutile de vous donner l’adresse car la boutique change de localisation avec les années. Quelques goodies en poche, un jeu de cartes collector Chihiro et un pins totoro ( 25  e le tout ! ) , et j’étais heureuse ! Anthony a pu se faire plaisir en découvrant une petite venelle cachée dans le coin et en dénichant une carte postale exclusive d’Orléans chez un bouquiniste.

Merci beaucoup à Hôtel Duo Paris pour son accueil ! C’était un réel plaisir de passer un weekend en ces murs, et de découvrir Paris autrement. 

Des idées d’activités à faire à Paris ? 

C'est TOP !, Geek, Tous

Netflix à l’heure gourmande, top 5 du miam !

Qu’on se le dise, Netflix est une plateforme de streaming riche et en perpétuel réassort. Nous ne regrettons pas l’abonnement que nous a offert mon petit frère, et c’est très souvent qu’on se pose devant une série ou un bon film.

L’offre de Netflix est assez incroyable, et il est assez facile de s’y perdre. Même si la fonction suggestion offre de belles surprises, je vous liste quelques séries ou documentaires gourmands, qu’il est agréable de voir pour saliver ou pour en apprendre un peu plus sur ce qui fait nos papilles. Et oui, même devant la télévision, je reste scotchée à la nourriture. 

Ugly Delicious , le plus pédagogique

J’ai commencé ma découverte du Miam Side de Netflix par celui-ci. Une petite pépite conçue par David Chang, chef bien connu des plateaux TV, et qui est à la tête d’une dizaine d’établissements dans le monde entier.  Riche de culture différente ( il est coréen né en Virginie ) , il se pose une question intéressante : une pizza peut-elle être appelée pizza si elle contient du poisson cru ? De la même façon, existe t-il une taille standard pour les raviolis ? Surpris par le postulat de départ, on se fait vite au rythme des épisodes. Beaucoup d’explications, un ton humoristique et un chef qui se révèle très charismatique. Il s’emporte avec sympathie, et j’ai découvert l’authenticité twistée, une façon de renouer avec ses racines, en n’oubliant pas les différentes cultures qui peuvent nous imprégner, qu’elles quelles soient. Une belle ode au manger de par le monde, et une vraie critique de la nourriture qui voyage !

Midnight Restaurant, le plus poétique

Au Japon, à partir de minuit, un restaurant énigmatique ouvre ses portes. Ici, on peut commander ce que l’on souhaite, du moment que le chef a les ingrédients à sa disposition. Et à la bonne surprise du quidam, ce restaurant est bien plus rempli qu’on ne le pense ! L’occasion de se faire croiser des personnages, avec des histoires tantôt joyeuses, tantôt teintées d’une morale. La série est relativement lente, ce qui est très agréable ! Reposante, il se dégage de Midnight Restaurant une véritable ode à la plénitude et toujours avec gourmandise puisque chaque épisode parle d’un plat particulier, souvent issu de la streetfood japonaise.

A pleines dents, le plus gargantuesque

Je ne sais pas vous, mais j’ai une affection particulière pour Gérard Depardieu.  Le personnage, ce qu’il incarne, sa franche camaraderie et son appétit de géant… Quand j’ai appris qu’il sortait une série culinaire, j’ai été très curieuse de savoir ce qu’il en ressortait. Et je n’ai pas été déçue ! On retrouve un Gérard généreux, un ponte des grandes tables, qui n’hésite pas à mordre à pleines dents dans tout ce qui est comestible. De très belles images, et une qualité photographique impressionnante. De quoi apprécier la nourriture à son essence, et y ajouter un côté terroir surprenant. Sortie sur Arte, cette série signe une belle surprise qui a du chien et du goût !

The Mind of a chef, le plus scientifique

Les chefs ont-ils un fonctionnement cérébral différent ? C’est la vraie question que pose cette série documentaire. Une question de méthode, de pratique ou de passion ? Découvrez des chefs de différentes nationalités qui partageront leurs points de vue. Alors, le goût pourrait-il se travailler ou bien serait-ce un don ? Avec des histoires bien différentes, on se met à la place des chefs, et on découvre avec curiosité leur petite manie ! Attractif et pertinent, une vraie pause documentaire teintée de témoignages vivants !

Samuraï Gourmet, le plus dingue

 » Cette histoire est celle d’un homme ordinaire, qui protégé par un samouraï sans maître, mange sans retenue tout ce qu’il lui plaît.  » De cette phrase, découle une fable humoristique et clairement parodique. Un homme à la retraite se découvre une nouvelle vie, et s’associe à un samouraï, qui lui donne la force et le courage de dire tout ce qu’il taisait tout bas. Des épisodes courts à la saveur surprenante… Un vrai ovni du genre !

J’espère que toutes ces séries Netflix vous auront donné faim… n’hésitez pas à me partager vos coups de coeur !