Mots clés

resto

Resto, Tous

La Petite Folie orléanaise

La petite folie , une adresse que nous n’avions pas testée avant le mois dernier ! Chaque fois que nous passions ce n’était pas le jour d’ouverture, ou bien c’était clairement bondé ! Et puis, comme on est du genre à forcer le destin…

La suite SVP !

Resto, Tous

Chez Mian, des nouilles tirées qui font miam !

Nous avions déjà entendu parler de cette nouvelle adresse, Chez Mian,  et c’est donc avec un couple d’amis que nous nous y sommes rendus, un soir très neigeux mais un soir bel et bien affamé !

 

Chez Mian est un restaurant situé quartier Saint Marceau, tenu par un duo chinois : la gérante et le chef ! Las de voir que la cuisine chinoise se réduit trop souvent à de la friture, ils ont souhaité insuffler un vent traditionnel dans les palais orléanais.

Ici on mange comme là-bas, c’est à dire à des prix très réduits, et avec beaucoup de convivialité. 

Sur la carte, des salades d’algues et de radis marinés en entrée, des raviolis vapeur, des galettes de viande de porc hachée, mais surtout les nouilles tirées maison et à la minute ( les mian, qui donnent le nom au restaurant ), par le chef juste à côté de nous. Un spectacle vraiment magique, pour une recette très physique de nouilles au blé… 100 mouvements pour faire rentrer 500g de nouilles dans un seul et même bol. Les nouilles sont confectionnées à la main, comme dans les petites échoppes en Chine qui ont pignon sur rue, ce qu’on appelle la « street-food ».

Bon à savoir, le chef est également titulaire d’un diplôme de diététicien nutritionniste, et saura parfaitement doser et vous parler des qualités nutritives de vos plats. La prochaine carte contiendra des indications pour les plats les plus adaptés aux régimes végétariens ainsi que les calories ingérées.

Plat dont les premières versions étaient d’origine chinoise1, les rāmen (ラーメン/拉麺/老麺/柳麺?)2 tireraient leur nom actuel des la mian (拉面 / 拉麺lā miàn, « nouilles tirées »), des pâtes de blé tirées à la main par le cuisinier. De nos jours, les la mian sont une spécialité de la minorité musulmaneHui de Lanzhou dans la province du Gansu en Chine. source : Wikipédia

Lorsque vous commanderez ce bol de la spécialité maison, on vous demandera si vous le souhaitez épicé ou non. Anthony a préféré choisir la version non épicé, et il a beaucoup apprécié car le bouillon en lui-même a beaucoup de goût, et n’est pas fade.

J’ai forcément pris la version épicée, et ça a été ( mais je ne suis pas sûre d’être un bon exemple car je mange très épicé ! ).

Dans ce bol à 8,50€, on trouve un bouillon à base d’épices, du radis, du boeuf effilé et les nouilles au blé qu’on voyait naître par le chef il y a une dizaine de minutes ! 

Un très bon moment passé pour une addition très juste à 25€ hors boisson, avec une entrée, 2 galettes de porc et 2 bols de nouilles. Ouvert depuis un petit mois, ce restaurant mérite le déplacement, puisqu’il n’est pas situé en centre-ville mais après le pont ! Une petite marche post-prandiale ne sera pas de trop pour digérer, et l’attente pour les nouilles fait qu’il est bon de savoir prendre son temps. Ne prévoyez rien après et armez vos estomacs de patience, car le spectacle en vaut la baguette !

Chez Mian 

19 Place de la Bascule 45100 Orléans 

Comme le restaurant a ouvert, il y a peu, il n’y a pas encore de numéro pour réserver…

 

Resto, Tous

Le Meat, un repaire de carnivores !

Ho une belle entrecôte, et ici un joli magret, et je sens déjà les frites maisons ! Stop, amis carnivores, vous êtes au bon endroit. Amis végétariens, je vous conseille de passer votre chemin pour cet article…

 

Cela fait un moment qu’on entendait parler de ce restaurant, Le Meat, situé rue de Bourgogne. Un restaurant de viandes, et le premier à s’installer sur Orléans. Au menu, des viandes de qualité, et pour tous les goûts, du tartare pour les amateurs de viande crue, un confit de canard pour les amoureux de la cuisine traditionnel, des burgers pour les plus classiques, et bien entendu des pièces de choix comme le coeur de rumsteak ou la côte de boeuf de 500g. En entrée, nous avons choisi une planche, et pour le petit format, elle était vraiment très bien garnie et variée, ce que nous avons apprécié, car nous avons un peu l’habitude des planches avec trois tranches de saucisson qui se battent en duel avec du chèvre et du camembert !

Concernant le cadre nous avons trouvé l’endroit plutôt original, quoique un peu sombre, et nous étions placés à l’étage. Les trophées au mur peuvent être dérangeants, mais nous n’avons pas été gêné lors de notre repas. Le service était plus qu’agréable, et aux petits oignons sans être trop insistant. Il est tout de même conseillé de réserver, car le restaurant est assez petit !

Saucissons en fines tranches, jambon sec, fromages et rillettes se côtoient sur cette planche très généreuse ! Mention spéciale pour la terrine qui rimait avec divine.

 

Après cette planche plus que conséquente ( nous n’osons pas imaginer le grand format ! ) , nous avons fait une petite pause, car on se l’avoue entre nous maintenant, on ne s’attendait pas à ce qu’elle soit aussi complète ! Pour 8€, c’était les victuailles inattendues ! Après avoir un peu hésité sur les burgers, Anthony s’est plutôt dirigé vers un magret de canard, plat qu’il peut rarement prendre ailleurs car il n’est pas souvent présent aux cartes orléanaises. J’ai un peu hésité avec un tartare, mais j’avais surtout envie de nouveauté et de tester ce que je ne peux pas prendre ailleurs. Je réserve les tartares aux brasseries, et j’ai choisi ce jour-là un tataki de boeuf, plat que je connais plutôt bien puisque j’en fais de temps en temps !

Le tataki a une cuisson particulière, et c’est un plat d’origine japonaise. Consommé plutôt en été pour son côté très frais, c’est souvent un délice que je me permets facilement.

Le poisson (ou la viande) est très brièvement saisi au-dessus d’une flamme chaude ou à la poêle, puis mariné brièvement dans du vinaigre, coupé en tranches fines et assaisonné avec du gingembre (qui est broyé et réduit en pâte, d’où l’étymologie du nom) via Wikipédia

 

Comme vous pouvez le constater sur ces délicieux clichés, les portions sont réellement généreuses, et quand les assiettes sont arrivées, nous avons un peu regretté la planche apéritive ! La viande était, du côté du canard ou du boeuf, vraiment délicieuse, tendre et pleine de goût ! Le magret d’Anthony s’accompagnait de 3 sauces maisons, toutes complémentaires et très surprenantes ( oui c’est possible que j’ai trempé une ou deux frites pour goûter ! ). L’une était plutôt sucrée, une autre était au roquefort et la dernière était plutôt forestière. La cuisson de mon tataki était parfaite, et c’est indécent d’avoir pris autant de plaisir à le déguster ! La salade offrait un côté très rafraîchissant, même si j’ai tout de même apprécié avoir un bol de frites à portée de mains.

 

En conclusion, pour le rapport qualité prix c’est un restaurant qu’on ne peut que vous recommander, car ça les vaut largement. Avec un verre de vin chacun en début de repas, et nos deux plats, nous nous en sommes tirés pour une cinquantaine d’euros, un bon restaurant qu’on ne peut pas faire tous les jours, mais une adresse qu’on conservera précieusement, car pour nous elle vaut vraiment le coup !

Le Meat

224 rue de Bourgogne 45000 Orléans

02 38 43 39 59 

Du lundi au samedi : de 12h-14h à 19h-23h

C'est TOP !, Resto, Tous

Top 5 des Bobun à Orléans

Le Bobun, plat typiquement asiatique, nous vient du Vietnam. A l’origine, une salade qu’on peut consommer à toute heure, on retrouve le Bobun servi dans divers restaurants asiatiques.

Vermicelles, crudités, boeuf sauté et oignons frits côtoient coriandre, citronnelle et menthe. Celui qu’on consomme en restaurant est le bún chả giò, garni en plus de nems coupés.

Le terme « bobun » n’est cependant pas vietnamien, probablement emprunté et modifié par les voisins cambodgiens ou laotiens. Le terme exact est bún bò car en vietnamien, le terme désignant le plat principal doit précéder l’accompagnement. ( source : Wikipédia )  

Plaisir Phô – 7€

Le plus simple, mais pas le moins cher d’Orléans, ni le moins garni. Je l’apprécie tout particulièrement pour la simplicité qui le caractérise, qui en fait celui que je pourrais cuisiner à la maison. La portion est copieuse et suffit pour un déjeuner. Je demande toujours de la sauce en plus, car j’aime tellement le nuoc-mâm que je peux le boire tout seul s’il en reste.

➕Situation géographique & l’accueil toujours très agréable / ➖ Un peu fade sans sauce.

Chez Tang – 7,90 €

Bon, sur celui-ci, je triche un peu. Il n’est pas à Orléans mais à Saran. Nous avions déjà fait un article sur ce restaurant et il sert un bobun de très bonne qualité. Le petit plus qui fait craquer mon coeur et mon estomac, ce sont les morceaux de boeuf en lamelles tièdes avec des oignons caramélisés, servi sur le dessus.

➕Un Bobun très gourmand / ➖ La situation géographique

Angkor – 7,90 €

Un peu surprise par ce bobun qui est, comme son confrère situé à quelques pas ( le Kogi ) , en version curry. Peut-être un peu trop attachée à la recette traditionnelle, j’ai eu un peu de mal au début, mais il faut bien avouer qu’il est complet et très bon, sans en plus être trop lourd.

➕ le service conciliant et attentionné / ➖ Le curry

Bangkok à Osaka – 10€

https://www.instagram.com/p/BVpA_cHlGG6/?taken-by=madamelamoureuse

On passe souvent devant ce restaurant, en allant au cinéma où on allant vers les bords de Loire. Il mérite qu’on s’y attarde ! Le bobun est bon, plutôt bien équilibré, on ressort repu. Les nems sont craquants et les meilleurs qu’on puisse trouver dans un bobun !

➕ Rapide / ➖ la salle est un peu sombre !

Meï – 13€

Impossible de finir cette sélection sans vous parler du Meï ! Un restaurant où il faut que nous retournions, afin de faire un article plus élaboré sur cette adresse. Un peu déçue par ce bobun, pourtant délicieux mais insuffisant en terme de quantité. Rien de neuf dans l’assiette, et pour le prix, je m’attendais à mieux. Le cadre est néanmoins dépaysant et le service très agréable.

➕Un cadre très zen et original / ➖  La quantité

D’autres bobun sont disponibles, mais j’ai choisi mes préférés. Libre à vous de vous faire un avis en testant celui du Kogi, du New China, du Siams, du Studio 16 ou du Mandarin ! 

Avez-vous déjà testé le Bobun par chez vous ?