Mots clés

miam

Resto, Tous

Un p’tit sushi ?

Bien évidemment, j’avais envie de faire la blague t’as un souci ? Tu veux un sushi ? Mais elle est nulle, alors on va dire que vous n’avez rien lu.

Mercredi soir, il est tard, je sais que je finis à 20H30, et je ne vais pas avoir envie de faire à manger. Anthony a eu une journée un peu trop fatigante à son goût, et c’est tout naturellement qu’il me propose un sushi. Hop hop hop, je cours je vole, et mon estomac d’affamé répond à l’appel.

Les menus sont très avantageux, les sushis consistants et le poisson avec du goût. Nous nous sommes laissés surprendre ce jour-là par des californias aux oignons frits, et Anthony a adoré. Un peu trop lourds pour moi, je n’ai pas regretté d’avoir pris des makis concombres ! La gamme est plutôt large, et on trouve de tout à la carte, des spécialités chaudes panés ( du poulet principalement ) , des brochettes, les fameuses Udon ( des pâtes de blés tendres originaires du Japon ) mais aussi une spécialité introuvable ailleurs : l’okonomiyaki.

Avec l’effet de chaleur du plat, le poisson séché en lamelles ( katsuobushi ) qui est disposé sur cette omelette, ondule doucement. Une petite surprise peu ragoûtante pour certains, mais plutôt amusante pour d’autres. C’est délicieux en tout cas, et je vais chez Sushi Ninja exprès pour cette spécialité qu’on ne retrouve dans aucun autre restaurant à Orléans.

On trouve aussi de très bons gyozas, juste rôtis à point et avec une sauce vinaigrée qui va bien. Les brochettes sont aussi bonnes qu’elles en ont l’air, et Anthony est un convaincu ( bientôt un expert même ! ). La taille des makis et des california est raisonnable, bien que je trouve qu’ils soient un peu trop généreux en riz.

Un décor qu’on apprécie tout particulièrement, et lorsque nous ne nous déplaçons pas, nous nous faisons livrer via Alloresto.

Toujours très bien reçu, on vous conseille cette adresse, pour ceux qui aiment les sushis… mais pas que ! Un très bon rapport qualité prix, et un restaurant situé tout au bout de la rue de Bourgogne, un peu loin du tumulte des bars du jeudi soir !

 

 

SUSHI NINJA

156 rue de Bourgogne

02 38 83 72 91

Ouvert le lundi de 18h à 23h

Du mardi au dimanche de 11h-15h à 18h-23h

 

 

Geek, Resto, Tous

La cuisine du monde en test avec Just Eat

 

Toujours soucieux de contenter nos estomacs, c’est avec les papilles joyeuses qu’on a accepté cette collaboration ! Just Eat était d’accord avec notre idée, réaliser un article découverte des cuisines du monde ! Ce sera donc au menu : un japonais, un indien et un libanais ! Avec un total d’environ 30€ par commande, on a réussi à se faire plaisir à deux et à faire voyager nos appétits !

Ce que  nous aimons le plus dans les cuisines étrangères, c’est découvrir de nouvelles saveurs, textures et nous étonner d’apprécier des plats tous très différents. Dans la cuisine japonaise, on apprécie le raffinement, présent dans cette cuisine fine et très technique. Au liban, c’est le mélange des saveurs qui nous étonne le plus, on est toujours agréablement surpris de voir que les herbes et autres épices se marient aussi bien entre elles. Et pour finir l’Inde nous fait toujours craquer, surtout avec ses nombreuses marinades et ses petites portions qui, comme au Liban, se picorent en toute convivialité !

Nous connaissons bien ce restaurant, car nous habitons à quelques mètres ! La cuisine libanaise a l’avantage de bien caler, en plus d’être très saine. On trouve des salades de crudités, les fameuses feuilles de vigne au riz assaisonné, de la viande marinée, ainsi que des choses plus particulières comme le makdous, de l’aubergine farcie fermentée. Le taboulé, qui n’a rien à voir avec celui qu’on nous sert au supermarché, est quant à lui plein de saveurs mais risquez-vous à avoir quelques herbes coincées dans les dents car sa base reste le…persil ! 

 

Nous avons apprécié les quantités plutôt généreuses, et pour deux c’était largement suffisant ! La seule chose qu’on pourrait ajouter selon nous, reste quelques petites sauces, histoire de tremper ce pain libanais ou bien le kafta ( brochettes de viande hâchée assaisonnés ) . En dessert, on a testé les baklavas, à base d’amande et fleurs d’orangers. Un peu trop original pour Anthony, j’ai trouvé ça excellent mais il me manquait le thé à la menthe pour parfaire justement la dégustation !

En terme de cuisine du monde, l’indienne n’a pas la préférence d’Anthony. Trop épicée pour lui, il a fallut le convaincre avec de bons arguments ! Les lentilles corails qu’il adore en était un bon, et les nombreuses fritures commandées aussi ! 

Le dahl de lentilles corail est un plat que j’apprécie tout particulièrement, incluses dans le menu végétarien c’était parfait ! Ce menu, pour 14€ contenait : 1 salade de crudités, 1 samoussa (crêpe farcie aux légumes), 1 aloo pakora (beignets de rondelles de pommes de terre, 1 palak paneer (épinard au fromage), 1 dal (lentilles indiennes), 1 cheese naan et 1 riz. Rapport qualité prix imbattable, et nous avons ajouté des beignets de crevettes, ainsi que des seekh kebab !

Petite surprise pour les épinards au fromage sur lesquels nous n’avons pas du tout accroché. Texture étonnante, et grumeaux, on ne le reprendra plus ! Les fritures étaient excellentes et Anthony a adoré les beignets de rondelles de pomme de terre ! Un repas bien complet et inutile d’en commander plus, nous avions des restes pour le lendemain !

Niveau cuisine asiatique, dur dur de faire autrement que de choisir les sushis ! Incontournables pour nous, on a préféré Sushi Ninja, restaurant indépendant et familial aux deux autres restaurants franchisés, présents sur l’application. 

Chez les restaurants japonais particulièrement, il peut être intéressant de faire des simulations et de mélanger les menus, parfois vous pensez économiser mais vous gagneriez à acheter à part, si vous avez le temps, n’hésitez pas à regarder et à faire attention à la différence par rapport aux menus basiques qui vous apportent la fameuses soupe + salade dont vous n’avez pas forcément envie.

La passion d’Anthony chez les japonais, ça reste les brochettes boeufs fromages…conscient que cette spécialité n’est pas du tout japonaise et a été crée pour les occidentaux, il reste têtu et il les commande à chaque fois ! Je craque toujours pour la salade d’algues ( wakamé ) que je trouve très rafraîchissante, à laquelle je rajoute des futomakis ( des makis XXL qui font le double d’un maki normal ! ). On se partagera des californias, et d’autres makis auxquels nous sommes habitués. Le riz en plus ira, comme toutes les fois, au frigo pour le lendemain !

Et vous, vous quelle cuisine a votre préférence ? 

 

 

 

Geek, Mariage, Tous

Avoir un chef le jour de son mariage #invite1chef

La nourriture, bien entendu ! Voici notre réponse à cette question qui revient souvent, aussi bien de la part de nos prestataires de mariage, que par nos amis : Quel est le poste de dépenses le plus important ? Nos amis, et proches nous connaissent, nous écumons les restaurants, toujours à la recherche d’un it gustatif, jamais rassasiés et toujours heureux de découvrir de nouvelles saveurs, prêtes à épater nos papilles.

Afin de tester notre repas, nous avons dû nous y prendre tôt. Nous nous marions en mai prochain, et nous souhaitions une cuisine de saison d’une part, et locale d’autre part. C’est un engagement éthique, que nous essayons de suivre, et je cuisine moi-même au plus proche des saisons ! Choisir des prestataires de mariage orléanais était une évidence pour nous, et nous étions ravis de savoir que Invite1chef avait dans son « catalogue » un chef qui jouait avec les saisons et la localité. Notre rôti de porc viendra de Fleury-Les-Aubrais, nos petits légumes de Saint Denis en Val.

Le chef Roberto Ortiz a donc pris ses quartiers dans notre cuisine, avec sa femme qui est également son assistante. Au menu… beaucoup de mets délicieux, des textures différentes et une vraie recherche, de l’entrée au dessert ! Pour des raisons évidentes de secret, nous publierons juste une seule photo, tirée de l’assortiment apéritif !

Buffet ou service à table ? 

C’est une question importante qu’il faut se poser. Si certains trouvent le service à table plus classe, c’est vrai que c’est aussi une question de budget. Payer des serveurs en plus représente un coût important, et nous n’avons pas choisi cette formule-ci. Bien entendu, un buffet fait peut-être penser à la cantine, mais le potentiel convivialité monte en flèche ! Après avoir pris conseil auprès de nos proches, le buffet peut se révéler très intéressant, pour faire la connaissance de tous les invités présents, et il est vrai qu’il permet en plus d’être plutôt libre dans son repas.  Si on veut reprendre d’une garniture, c’est plus facile ! S’ajoute aux frais de bouche la location de vaisselle et autres fournitures.

Organisation de table avec des tables carrés ou rondes ? Ou rectangulaires ? 

Finalement, après avoir longtemps discuté, j’ai cédé à l’idée d’Anthony. Ce sera tables rondes ! Très sympa à décorer, et même si j’appréciais le côté chaleureux des tables en rectangles façon banquet, j’ai craqué pour ce côté un peu plus classique.

Et le plan de table ?

Nous avons 2 témoins chacun à la mairie, et 2 également à l’église pour l’un comme pour l’autre. Il est normalement d’usage de partager son repas avec sa famille et les témoins. Mais, sachant qu’ils sont presque tous en couple, on se retrouverait vite avec une table de 18 convives. On réfléchit donc à ce qu’on fera, sans pour autant froisser personne. J’avais eu l’idée de ne manger qu’entre nous, pour profiter de notre couple et de notre situation de jeunes mariés, mais Anthony a refusé. Il trouve l’idée étrange, et c’est vrai que les gens auront peut-être envie de profiter de notre présence à table. Un collègue d’Anthony avait trouvé un compromis, installer une chaise en plus à chaque table, pour nous permettre de rendre visite à nos invités au cours du repas.

Mais Invite1chef, c’est quoi ? 

Une plateforme comme un catalogue, qui permet de s’offrir un chef pour un dîner en amoureux, ou pour un événement privé ou professionnel, dans la France entière. On envoie sa demande, et Emilie se charge de répondre à nos attentes, en nous proposant un menu, selon nos goûts et nos envies ! Nous avons été ravi de rencontrer le chef au Lab’O, et de pouvoir faire connaissance avec lui, ses habitudes, ses conseils et sa passion du partage dans l’assiette. Pour organiser au mieux notre repas test, il fallait être dans les temps niveau saison, organisé début juin, on était pile à l’heure !

Le chef débarque chez nous, avec tout son matériel, et s’occupe de faire de la magie dans notre cuisine ! On ressort de cette expérience ravis, et véritablement repus. Nous avons été charmé par l’audace de ses propositions, et par la franche convivialité qui ressort dans sa cuisine, et qu’il nous a dit avoir ressenti aussi dans notre façon d’être. Bien entendu, avoir un chef à son mariage à un coût, mais nous souhaitions vraiment offrir l’exception aux gens que nous aimons.

www.invite1chef.com

De toutes les passions, la plus compliquée, la plus difficile à pratiquer supérieurement, la plus inaccessible au commun, la plus sensuelle au vrai sens du mot, la plus digne des artistes en raffinements, est assurément la gourmandise.
Citation de Guy de Maupassant ; Amoureux et primeurs (1881)

Resto, Tous

Une terrasse intérieure chez Le p’tit Gavroche

Notre propre ville arrive parfois à nous surprendre. C’est avec une terrasse intérieure qu’elle a conquis notre coeur, ce soir-là.

 

Nous ne cherchions pas une terrasse particulière, et nous sommes retournés deux fois dans ce restaurant, tant le service et les produits nous avaient plu. Il faut dire que nous n’avions pas pu profiter de la terrasse la première fois, à cause d’une averse imprévue ! Obligés de rentrer presto à l’intérieur, nous avons apprécié le confort des banquettes. Ce n’est que la seconde fois que nous avons pu manger en amoureux, avec un petit vent frais qui ponctuait notre repas. L’intérieur est également très charmant, avec des banquettes en cuir et un esprit bistrot. On peut venir en groupe, et je compte bien fêter mon anniversaire ici car ils ont des plats très conviviaux à la carte, comme des fondues savoyardes, des fondues royales, des fondues bourguignonnes ( oui j’aime bien les fondues… )

 

Une tarte tatin à la tomate et mozzarella qui fond en bouche et avec une pâte maison, un pavé de boeuf tendre à souhait et des frites juste craquantes comme il faut, un burger satisfaisant, une tartiflette gourmande et dorée à point, un tartare de boeuf à assaisonner… tels sont les plats que vous pourrez trouver au P’tit Gavroche ! Nous avons tout particulièrement apprécié l’accueil qui nous a été réservé, les serveurs ont été adorables, d’un jour comme à l’autre. Le cadre est particulièrement charmant, très calme, et la terrasse propose vraiment un écrin hors du brouhaha si commun à la rue de Bourgogne. C’est calme, mais on est en plein centre-ville… le P’tit Gavroche réussit un exploit, celui de nous transporter un peu loin, et d’être un havre de paix en hyper centre.

D’abord pas trop rassurés par cette terrasse vide côté rue, nous nous sommes vite rendus compte que le restaurant était plein côté terrasse intérieure…alors on vous refile ce spot caché, mais interdiction d’y être trop souvent, on veut avoir notre place assurée quand même !

Le p’tit Gavroche

Service le midi jusqu’à 14h30 et le soir jusqu’à 22h30 ( fermé le samedi midi et le dimanche )

145 rue de Bourgogne  / 02 38 77 17 90

lepetitgavroche.fr

 

Patrimoine, Resto, Tous

Bien dormir et bien manger #midweek près de Châteauneuf Sur Loire

Et non, pas de vacances cette année, pour cause de mariage à préparer ! Conviés par Tourisme Loiret à découvrir les activités de notre région, nous avons bien entendu accepté, car l’aventure est partout, à commencer par à côté !

Quelques kilomètres, et nous voici à la Bonnée d’âne, un écogite de charme, en plein coeur des champs près de Germigny des Prés. Bien entendu, le GPS est obligatoire, car c’est un petit écrin de nature préservé qui est bien caché. Pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes, ce gîte propose des chambres d’hôtes à la décoration romantique et simple. Nous avons beaucoup apprécié les fleurs fraîches disposées un peu partout, et la présence des deux ânes, qui ont inspiré le nom du gîte. 

A notre arrivée, un goûter nous est servi, avec un jus à base de carottes, et des gaufres maisons délicieuses. On peut se promener dans le petit jardin, et voir qu’une piscine chauffée est également à notre disposition. Les fruits et légumes cultivés sont directement servis dans l’assiette, quand un panier repas est réservé. Il y a également quelques jeux pour enfants près de la piscine, et des poules qui donnent de bons oeufs. Si on aime les balades à pédales, des vélos peuvent être prêtés.

Cette ferme de caractère du XIXème siècle est entièrement rénovée par Hélène et son compagnon, et offre un cadre très agréable, propice à la détente. La décoration est pensée tout naturellement avec des matériaux locaux, et nous avons été ravi d’apprendre que les lambris en bois de notre chambre venaient directement des scieries environnantes.

Une chambre vraiment romantique, avec des petits détails qui font beaucoup. Le sol tressé a retenu toute notre attention, et la terrasse avec les sièges en bois a fait le bonheur d’Anthony, à l’heure du coucher de soleil, café en main. La salle de bain était suffisamment spacieuse, et la douche italienne au top !

Nous avons très bien dormi, et ce lit est aussi confortable qu’il en a l’air. Serviettes fournies, sèche-cheveux à disposition, boîte à thé et café… de quoi passer un moment agréable dans cette chambre 100 % cosy !

 L’heure du dîner venant, nous avons testé une adresse connue dans les environs, et forcément toute nouvelle pour nous. Au menu, cadre raffiné et produits locaux sublimés.

 

 

LE GRAND SAINT BENOIT

Un service irréprochable et une situation géographique parfaite ! Situé à moins de 10 minutes en voiture de notre chambre d’hôtes, nous sommes arrivés en avance, ce qui nous a permis de rentrer dans l’abbaye de Saint Benoît, connue pour renfermer les reliques du roi Phillippe Ier, roi des Francs . Nous ne savions pas que la crypte était accessible, et nous y retournerons plus tard.

Ce restaurant a une façade agréable, et on apprécie l’intérieur très chic, dans une ambiance feutrée et très intime. Les serveurs se présentent à nous avant de présenter les vins, et on se laisse aller à un petit verre de Reuilly. La suggestion du jour comporte proposait un poisson et une viande, Anthony a bien entendu fondu pour son magret de canard et ses pommes de terres au four, et j’ai tilté quand j’ai entendu aile de raie à la moutarde gratiné à la moutarde de Martin Pouret. Pour le fromage, en bons curieux et bons vivants, nous avons testé le maroilles rôti, avec succès ! Et pour finir, en dessert des profiteroles au pralines Mazet de Montargis !  Les assiettes étaient superbes, et que dire du goût qui était forcément à la hauteur. En cuisine, les produits sont de saison, ce qui permet à la carte d’être changée tous les mois pour garantir créativité et fraîcheur toute l’année. Sébastien Arrondeau donne à cet établissement ses lettres de noblesse, et ce n’est donc pas étonnant qu’il soit reconnu maître restaurateur.

Une soirée agréable et une douce nuit, de quoi respirer un autre air que celui d’Orléans, à une trentaine de minutes de là … 

Dormir ➡ La Bonnée d’âne, ecolodge et chambre d’hôtes 

48, chemin du pont Chalumeau 45110 Germigny-des-Prés

06 49 86 18 73

labonneedane@gmail.com

Facebook 

Gîte et chambres d’hôtes de charme dans le Loiret

Manger ➡ Le Grand Saint-Benoît 

7, place Saint André,
45730 Saint Benoit sur Loire

02 38 35 11 92

Remerciements : Hélène, Pierre-Elise, Le Grand Saint-Benoît et toute l'équipe du Tourisme Loiret