On rêvait d’une petite escapade, et on en rêve un peu encore maintenant, alors que nous avons tous deux repris le chemin du travail… Une trève de courte durée, mais qui nous avait fait un bien fou  !

Avez-vous eu déjà le sentiment de devoir souffler, de relâcher une pression sur laquelle vous n’arrivez pas à mettre de nom ? De juste partir un moment ? Et si au lieu de vous rouler en boule dans votre lit vous partiez vous rafraîchir les idées ? Une façon d’aérer son âme, très en vogue avec ce terme de « slow life » qu’on voit un peu partout en ce moment, et qui, pour résumer dit d‘aimer ce qu’on fait et de prendre le temps de le faire.

Savoure le moment, car tu ne sais pas jusqu’où il durera dans ta mémoire.

C’est dans cet état d’esprit que nous avons rencontré Ecolib, un samedi matin de juillet ! Au programme, balade en barque sur le canal d’Orléans, et promenade à la cool en vélos électriques. Nous étions très enthousiasmés par la barque, car nous en avions déjà fait et nous apprécions tout particulièrement être sur l’eau et nous laisser porter. Finalement, ce sont les vélos électriques qui nous ont le plus plu, grâce à un guide particulièrement sympathique et une initiation réussie.

La balade en barque est calme et vraiment romantique, on peut prendre les embarcations directement aux quais et profiter du canal d’Orléans, qui est vraiment charmant par ici ! L’occasion de pagayer, et puis de voir les bancs de poissons dans l’eau, des dizaines de petits points noirs qui se regroupent et s’agglutinent pour former une masse…des poissons-chats en pagaille qui apprennent aux bébés à nager bien droit dans l’algue. La forêt et la lumière du matin donnent un charme vraiment remarquable à ce coin de Loire, un peu perdu et un peu secret. Et vous savez à quel point on adore ce genre de petits secrets bien gardés ! 

 

Anthony a su faire du vélo à l’âge de 8 ans, et moi un peu après mes 7 ans. Un vélo ça sert à monter des côtes, à admirer le paysage de temps en temps, mais surtout à prendre plein de vent dans le visage, et aimer ça follement.

J’ai été bercé par la forêt et la nature de mon côté, alors qu’Anthony a grandi en ville, en milieu carrément plus urbain que la verte campagne et les champs où il fait bon profiter du silence et du calme. Souris des villes souris des champs, c’est toujours agréable pour moi de lui faire découvrir ma passion pour la nature, qui ne me fait pas hésiter une seconde à être trempée, à me faire piquer par un moustique ou à sauter dans la boue. 

 

Le vélo électrique a cette capacité puissante de vous motiver à pédaler. Parce qu’on a toujours envie d’aller plus loin, et qu’on se dit que les coups de pédales sont vite récompensés. L’assistance électrique est vraiment une belle aide, puisqu’elle permet d’économiser son énergie, et de se laisser porter juste comme il faut, selon le mode choisi ( turbo, tourisme, sport ). Pendant les montées, on peut vous dire que ça nous a vraiment vraiment beaucoup aidé, et on a apprécié cette force invisible qui nous poussait à avoir envie d’explorer toujours plus loin. C’est ainsi que nous nous sommes rendus compte que nous avions assez d’énergie pour monter en haut du belvédère des Caillettes, situé à Nibelle, et qui compte tout de même 150 marches ! Une vue magnifique sur toute la forêt d’Orléans nous attendait, et on se sentait très vite pris de vertige si on regardait en bas un trop long moment ! Un panorama à faire les jours très dégagés, car une petite souris nous a chuchoté à l’oreille qu’on pouvait même apercevoir la cathédrale…

Cette sensation de liberté était vraiment incroyable, et c’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’on sait pourquoi on blogue. Pour rencontrer de fortes personnalités, toujours passionnés, à l’image de notre guide ce jour-là, qui n’hésitait pas à nous lancer une petite blague, à nous motiver pour éveiller notre curiosité. Nous avons à coeur de promouvoir notre belle région, et ce sont toujours de très belles aventures que nous partageons avec vous ! 

Niveau tarif, cela nous a donné envie de réitérer l’expérience, car à 30€ la journée, on se dit qu’on pourrait bien faire un jour ou deux, histoire de se lancer le défi de voir jusqu’à où nous irions ! Avec l’assistance électrique, on a juste une batterie à brancher pendant la nuit, et c’est reparti… Je vous avoue que la Loire à Vélo me fait très envie, reste à convaincre Monsieur !

Une belle expérience, et on remercie tout particulièrement Pascal pour ce très beau moment plein de convivialité et de bonne humeur. 

22 rue de la mairie 45530 Sury-au-bois / 07 82 55 41 61 / http://ecolib.fr/