EVJF : mieux que d’attendre le père Noël

Un enterrement de vie de jeune fille, plus rapidement appelé EVJF, c’est un rite de passage non obligatoire, mais bien sympathique. Retour sur le mien, vécu il y a 2 semaines, et qui m’a fait planer bien bien haut !

 

9h30 Je suis prête, je suis au taquet, je suis à fond ! C’est une sensation magique que de savoir qu’une surprise m’attend. J’ai vu ma témoin la veille, et elle m’a dit que vers 9h30 je devrais être prête. J’avais mon sac, j’étais passée aux toilettes, baskets à paillettes aux pieds et j’ai attendu sagement. Vers 9h45, la porte qui s’ouvre, – je les avais entendues pouffer dans le couloir de toute façon – moi qui les compte inconsciemment. Toutes sont là, les plus importantes et celles que j’attendais sans trop oser leur dire. 6 filles m’entourent, et je me sens déjà très bien parce que je les connais toutes et je sais que je suis entre de bonnes mains. Florine répartit les sacs en coton crées pour l’occasion et de bon coeur nous partons.

Nous nous répartissons dans 2 voitures, et on dit qu’on se retrouvera sur le site qui, aux dires de Florine, ma témoin et l’organisatrice, est à 3 heures de route. Entre temps, je découvre le contenu de mon totebag et j’enfile une casquette BRIDE, incontournable en ce jour. 

La route est longue mais pas si ennuyante. Florine se tient éveillée grâce à nos conversations.

15h Après une halte pipi et une pause déjeuner, nous arrivons sur le lieu dit : AirFly ! Carrément excitée à l’idée de m’envoyer en l’air, je suis surtout impressionnée par la base de loisirs. Ici se cotoient activités nautiques et aériennes, et si je suis de passage vers Caen, mon lieu d’amusement est tout trouvé ! Certaines de mes amies m’accompagnent dans cette grande soufflerie et d’autres préfèrent nous faire un coucou d’en bas ! Esther, une de mes cousines nous a rejoint sur le site, grâce à un petit crochet d’une des voitures.

 

15h15 Je l’avoue , je suis toute excitée par l’activité ! J’écoute attentivement dans la salle de brief, et ma cousine comme mon amie ont un peu plus d’appréhension que moi. J’adore les activités extrêmes, car j’ai besoin d’adrénaline !  Dans les manèges à sensation j’ai tendance à éclater de rire et c’est ma manière à moi de profiter de telles activités. Le fait de chuter librement et en sécurité est assez rassurant, et sûrement moins violent qu’un saut en parachute. Saut en douceur et maîtrisé, c’est idéalement trouvé !

15h45 Le saut terminé, nous descendons ravies et véritablement fières de nous ! Même si ce n’est pas si facile, le plaisir était de la partie, et moi qui étais la plus enjouée, c’est aussi moi qui suis montée le moins haut ! Réflexe étrange, j’ai gonflé mes joues pendant, comme un petit poisson-lune. Un shoot d’énergie et de lâcher-prise, et une envie nouvelle : sauter avec un vrai parachute !

17h Nous sommes sur la route, et je me demande bien où nous allons. Je rêve de plage et de mer, et les panneaux défilent si lentement ! Arrivée à Deauville, j’éclate de joie. Une ville dont j’ai beaucoup entendu parler, et où je voulais aller depuis un petit moment. Véritable Cannes du Nord, c’est aussi le théâtre d’un événement cinématographique qui a vu passer nombres de célébrités sur ses fameuses planches en bord de plage.

 

L’hôtel est un petit nid douillet, bien joliment décoré ! Situé à quelques mètres de la plage, c’est de là qu’il tire son nom ( la Maison de la Plage )  Tout le monde réunit, on se répartit entre les différentes chambres. Lorsqu’on me demande qui je veux comme voisine de lit, je choisis une cousine, celle que je ne vois plus qu’une fois par an, aux traditionnelles fêtes de fin d’année. On aura certainement des choses à se raconter ! Quel bonheur que de voir que ma chambre donne directement sur la mer… Mer que je n’ai pas vu depuis 3 ans ! Ensuite on profite de nos parapluies pour partir en balade découvrir Deauville ! Un peu perdue géographiquement, je comprends vite que Deauville-Trouville n’est séparée que par un pont.

 

20h Sonne l’heure de manger ! Et ma témoin me connaît bien, elle a saisi tout de suite mon goût pour les bonnes choses et les élégantes tables. Direction Le Comptoir et La Table, un restaurant dont la spécialité est la truffe… Mes yeux s’ouvrent bien grand à cette nouvelle et mon ventre fait un triple salto arrière. Comme il est directement relié à mon coeur, je vous laisse deviner mon état. Le cadre est raffiné, les prix de la carte à hauteur des mets mais ce n’est pas ce que j’attends le plus lors de ce repas. Caroline, une de mes demoiselles d’honneur fraîchement déménagée en Normandie me fait le plaisir de la compter à la table. Une fois arrivée, on commande et mes papilles dansent et mon coeur est heureux d’être entouré de celles qui comptent. Un risotto saint jacques et truffes, cela ne peut que ravir la gourmande que je suis.  Tout le monde fait plus ample connaissance et on passe un moment vraiment chaleureux ! Même si la serveuse a mis un moment à se dérider, cela n’a heureusement pas entaché l’ambiance.

22h30 Après une balade en ville pour que j’aille voir la mer de nuit, on se décide à rentrer dans nos pénates. Tout le monde est fatigué, et je sens bien que les conductrices ont l’oeil qui descend ! On se retrouve le lendemain, et je préviens bien que comme j’ai un rythme trèèèèèèèèèès matinal, quoi qu’il arrive, j’irai à la plage pour voir le lever du soleil. On verra qui sera d’attaque ( ou pas d’ailleurs ! )

7h30 Je suis seule sur la plage et je suis bien. Google a dû se tromper sur le lever du soleil, car je ne l’aperçois pas encore. Je suis bien couverte et j’ai chaussé mes baskets de run que je ne fais jamais. Autour de moi, il y a la mer, la plage, de beaux bâtiments, et des chiens qui jappent, tout contents de leurs promenades matinales. Je voudrais bien avoir un chien et l’emmener à la mer moi aussi un jour.

La solitude est un sentiment que j’affectionne tout particulièrement, surtout quand elle est décidée. Pas surprise ce matin, je l’accueille les bras ouverts et je réalise que ce weekend est à graver dans mon histoire personnelle. Combien de temps encore, avant de revoir la mer ? Je marche longtemps, je réfléchis, et avec les roulis réguliers des vagues, mes pensées s’évadent. Un message me rappelle à la réalité : ma copine Agathe est levée et elle arrive ! J’enlève mes chaussures et je mets mes pieds dans la mer. 9 degrés extérieurs, je ne sais pas à combien est l’eau, mais je ne suis pas venue juste pour regarder l’horizon.

J’aime bien Agathe, parce que si j’avais aimé les filles et qu’elle aussi, on aurait formé un très beau couple. Elle est toujours prête à m’accompagner dans mes bêtises, et elle est une oreille attentive aussi bien qu’une véritable farceuse. Seulement Agathe aime les garçons et moi aussi, alors notre histoire peut bien attendre une autre vie. 

 

10h Petit déjeuner toutes ensemble, on se réveille avec une formule petit déjeuner, et quelques rayons sont également de la partie. Après ce moment tout doux, on en profite pour passer par le marché ! J’aime toujours découvrir les spécialités locales, je suis vraiment attirée par chaque étals et il n’est pas rare pour que je craque pour une babiole inutile, juste parce que le camelot avait du charisme. Trop polie pour négocier, j’aime bien me faire berner en connaissance de cause. L’ambiance sur les marchés est bien particulière et j’apprécie véritablement les bords de mer pour ce large choix de poissons frais, et cette palette de couleurs que je peux rester longtemps à contempler. Nous sommes dans le Calvados et ce jour-là  je goûte 4 cidres différents, plusieurs fromages et me décide à ramener du Pont L’Evêque , du Camembert et un autre fromage au poivre. Je touche aussi un homard avec l’aide du vendeur, et je pense avec ravissement que la nature fait de belles créatures. Je voudrais bien savoir cuisiner un homard, un jour.

13H30 Après un passage à la plage et aux fameuses planches, on se décide à déjeuner. Ce weekend touche bientôt à sa fin, et je profite de ce dernier repas toutes ensemble, avant de les retrouver toutes pour le jour J ! On repartira ensuite à 15h, le coeur je l’espère, rempli de sympathie pour toutes les autres. C’était très agréable de me rendre compte que tout le monde s’est bien entendu, et assez rassurant aussi ! Un weekend qui a filé vite, mais où j’ai pu puiser ce qu’il me fallait, du soutien, beaucoup d’amour, et de l’entrain pour terminer les derniers préparatifs du mariage !

Et tout ceci n’aurait pas été possible sans Florine, à qui je décerne le prix de la meilleure organisatrice d’EVJF. Je la recommande à 1000 % pour son sang-froid, sa gestion et tout son bon sens. Tu as déchiré de A à Z, et j’ai bien de la chance de te compter dans ma vie, toi ainsi que toutes mes amies réunies ce weekend-là ( Agathe, Anne, Aude et Caroline ) et mes cousines Esther et Mélanie qui ont sans doute vu un aspect un peu moins familial qu’aux réunions de famille ! 

 

 

 

Jeune couple d'une vingtaine d'années, on a décidé de se lancer dans l'aventure bloguesque à deux, pour partager nos aventures, nos sorties culturelles, nos coups de coeur, mais aussi nos réflexions sur la vie de couple ! Gourmands et bons marcheurs, on adore tester de nouvelles choses, aussi bien sorties insolites que restaurants atypiques !

4 Comments

    1. Anthony & Noémie Auteur Répondre

      Oui j’ai eu de la chance, j’ai été véritablement comblée de A à Z. Un moment à graver dans ta mémoire, et profite à fond !!! 😀 bises

Laisser un commentaire