J’ai entendu qu’un événement sportif se déroulait à Orléans et pas timide et prête à enfiler mes baskets, j’y suis allée, accompagnée d’une copine. Je vous avoue une chose, je ne suis pas une fille très sportive. Je marche beaucoup, j’aime bien battre le bitume en baskets ou en talons, mais pour un effort soutenu, il n’y a plus grand monde. Cependant, je suis très curieuse et prête à tester des sports !  J’avais beaucoup aimé faire de l’aquabike à la nuit de la Fitness parce que les efforts sont concentrés et soutenus et l’exercice, rapide. Niveau endurance par contre, j’ai toujours été une bille. Je ne maîtrise absolument pas ma respiration, ce qui me cause des points de côté pas bien agréables.

Qu’est-ce qu’une GIRLSRUN ?

Une GirlsRun est un événement gratuit et accessible à toutes les filles motivées à courir ! Débutantes, novices, pratiquantes régulières ou expertes, on croise tous les types de filles ! Il se déroule dans des lieux différents de la ville qui l’accueille, et permet de découvrir de nouveaux lieux et d’explorer sa ville. Il y a cependant des girlsrun mixtes de temps à autre, où les hommes sont admis.

13179365_639335609553532_1001401101560140731_n

18 : 30 Ouf, je suis à l’heure. Je cherche du regard Florine, on s’est dit que de toute façon, on allait au macdo ensuite, histoire de saluer notre effort de nous bouger. Et puis, nos calories perdues vont tellement nous manquer ! 

18 : 45 Hop, on part après avoir posé nos affaires chez l’Atelier de Bayonne, rue de la rép ! C’est un magasin de chocolats, et l’odeur nous motive. On connaît la récompense en fin de session ! Les filles autour de nous sont en baskets de run, d’autres en vêtements thermorésistants elles parlent de demi-fond, et de la prochaine run. On dirait une sorte de drogue, elles sont super excitées et certaines s’échauffent déjà… Je pense au 4ème étage d’un escalier que j’ai monté aujourd’hui. En arrivant en haut, je crois que j’étais pas très bien. Heureusement, il y a des filles comme nous, qui ont pris le premier jogging qui passait, et qui n’ont pas de cache-cou ou de bandeau sportif. J’avoue que le mien est un jogging de yoga que j’utilise pour faire de la randonnée en colonie de vacances.

19 : 00 Ok, je me rends compte que je ne sais pas courir. Le coach me dit que je ne lève pas assez mes pieds. Je suis essoufflée, et je repense au collège. J’étais jeune et brindille et j’avais 15 en endurance. Et une prof qui tricotait dans les gradins en nous regardant ( mais c’est une autre histoire )

14889824_724572721029820_3605784668238470119_o

19 : 20 Les deux coachs nous expliquent comment faire un développé avec la jambe. Nous sommes dans un parc et on se rend compte qu’on est bien une bonne quarantaine ! Avec Florine on regarde les autres, on tente de copier mais le coach nous attrape et nous dit qu’on est trop rapide.

19 : 22 Mais pourquoi sur les autres ça fait bien et pas sur nous ? On ressemble à deux poules électrocutées et les filles d’à côté, à des gazelles qui jumpent gracieusement en saut de biche, et sont bien trop concentrées pour remarquer qu’on n’est pas du tout dans le tempo.

20 : 00 Alors là ça se corse. On va faire un « jeu ». Dans tous les jeux, il y a des équipes et s’il y a équipe il y a compétition. Et je n’ai jamais eu l’esprit de compétition… Les recettes des burgers chez macdo se battent déjà dans ma tête, je crois que je ne suis pas si muli-tâches que ça.14883443_724573004363125_4874867010634443873_o

20 : 05 Ok, je suis en binôme avec Florine, on est dans une équipe de filles qui ont l’habitude de faire des sessions Girlsrun, on trouve qu’on est à la ramasse ! On rigole bien, entre saut, gainage, sprint et chaises. Et les filles nous encouragent et c’est toujours sympa d’être encouragée. Après un tapage de main collectif, on a le droit à un verre d’eau… le chocolat est pour le retour et la boutique nous attend ! Les coachs nous disent qu’on va devoir se presser…

20 : 25 On arrive en dernier à la boutique. On passe par le même chemin, et le coach nous invite à revenir aux prochaines sessions. Pour ses beaux yeux, on est tenté de refaire le déplacement !

En conclusion : Ça a travaillé du capiton ! On était vraiment fière de faire cette session de girlsrun, même si on ne s’attendait pas à une session aussi intensive… La course était sympathique et pas trop rapide, et les passants nous prenaient pour des coureuses professionnelles ; on sentait l’admiration dans leurs yeux. L’interlude « exercices » dans le parc était plus dur que ce à quoi on s’attendait et c’est ce qui nous a été le plus difficile ! Les deux coachs, Paul et Antoine sont bienveillants et attentifs et on a apprécié ne pas avoir besoin d’être une coureuse régulière pour bien apprécier la session. Maintenant on peut le dire, on n’a pas fait les jumps réglementaires qui consistaient à sauter par dessus l’autre qui était au sol en gainage. Mais chuuuuuuuuuut ! C’est une initiative géniale, et il y en a peut-être dans votre ville, les girlsrun se développent ! Les prochaines sont à Saumur, Marseille et Saint Etienne…Retrouvez toutes les infos concernant les courses sur la page GIRLSRUN 🙂

Vous connaissiez ?  Plutôt coureuse de compét ou coureuse carpette ?