À 9 mois du mariage, des questions se posent, et un bilan peut déjà se dessiner. Vous savez à quel point j’affectionne les bilans, les listes et autres petites astuces qui me rassurent et me permettent d’être organisée au maximum.

 

Control Freak, moi ? Laissez-moi rire…

Et en fait… un peu. Finalement, je me rends compte que, malgré une attitude générale assez-je-m’en-foutiste ( comprenez, rien n’est grave, il y a toujours une solution, je passe ma route lalalalala je suis positive ) , pour le mariage je voudrais tout bien faire tout bien organiser, tout bien gérer . Néanmoins, je suis consciente qu’il faut déléguer, et je fais cent fois confiance à ma team de copines et mes témoins, pour savoir gérer et me canalyser le jour J. Même si elles ne sont pas toutes présentes aux rdvs de préparation car elles habitent parfois un peu loin, je sais que certaines sont faites pour me tenir ma robe aux toilettes, faire passer des photos dossier de moi et pleurer en cachette, et d’autres sont plus à l’aise pour faire de beaux origamis ou pour lancer un jeu collectif.

Savoir qu’il y aura des imprévus, et réussir à accepter ça

Dans ma tête, j’ai beaucoup de mal à m’imaginer le jour J. Je commence de plus en plus à comprendre les répétitions de mariage à l’américaine, dans les téléfilms de Noël. Comment vont s’organiser nos différents prestataires sur place ?  Comment vont-il réussir à tous s’entendre ? Et nos invités, est-ce qu’il vont bien s’entendre ? Si ça se trouve notre fête sera complètement nulle et les gens ne danseront pas… Pour l’organisation on a des weddings planneuses , mais pour l’ambiance, on a que nous ! Nous verrons bien comment ça se passe le jour J, et de toute façon, personne n’a décrété qu’on était Monsieur et Madame Parfait. Alors, une assiette qui tombe, une tâche sur la robe, une livraison de fleurs pas à temps… ça peut arriver et ce n’est pas grave. Il y a d’autres fleurs, il y a d’autres gâteaux et les invités ne sont pas venus pour les fleurs et pour les gâteaux ( enfin on espère )

 

Et subir déjà quelques désillusions

Je ne sais pas dans quel monde je vis, mais sûrement pas dans le monde des gens habitués aux mariage.. pour moi, tout me semble simple, étiqueté dans ma tête dans un tiroir, ou bien classé sur Pinterest. Mais non, ce n’est pas comme ça dans la vraie vie, et je me retrouve à expliquer des choses qui, pour moi, tombent sous le sens. Et ensuite reconnaître que non, je n’ai pas raison, et que oui j’ai tort. ( Et ça, je l’avoue parfois c’est très dur et ça m’énerve de m’énerver pour ça ). Par exemple, oui il va bien falloir prévenir les gens des couleurs du mariage, car certains ne comprennent pas que le save the date les contient. Oui c’est vrai, j’avais complètement oublié qu’il faut faire des invitations différentes ou rajouter un carton qui invitent à dîner, car nous n’avons pas la capacité d’inviter nos 100 personnes présentes au cocktail au repas. Non, leur dire ne suffit pas, et nous ne voulons pas dépasser nos budgets, ou pire, qu’il vienne à manquer de nourriture. Tout me paraît si simple, et j’ai parfois l’impression d’être entourée de complications. Je ne vous cache pas que parfois, je me pose avec le classeur de mariage, je compte, je recompte, j’écris des notes, je date, je surligne, et ça me procure un sentiment parfois agréable et à l’inverse, un peu négatif parfois. Oui je suis contente d’organiser mon mariage, de travailler pour cela ( je fais jusqu’à trois boulots en même temps pour payer ma part ) , de voir qu’Anthony s’investit aussi ( enfin à son échelle mais on n’a pas tout à fait les mêmes échelles ) , mais parfois, oui parfois, c’est vraiment pesant, et même si je suis bien entourée et épaulée, ce ne sont pas mes amies qui doivent dire si untel s’entendra avec unetelle sur le plan de table, ce ne sont pas non plus elles qui devront courir après les adresses des gens pour leur envoyer des faire-parts.

 

 

Mais savoir s’entourer et se reposer

Ce sont des moments que je ne m’imaginais pas être aussi émouvants et aussi heureux. Je vois très régulièrement des amies, en particulier mes témoins et mes demoiselles, je vais au restaurant, on se fait des après-midi, on organise des soirées à la maison. Et ça me fait plaisir quand elles me demandent où j’en suis, quand elles complotent pour mon enterrement de vie de jeune fille, ou bien quand je les vois juste pour un café ou un Spritz en terrasse. Ce sont des moments simples, mais pourtant très ressourçants et dont je me rends compte avoir de plus en plus besoin, autant dans ma vie de jeune femme que dans ma vie professionnelle. J’ai besoin d’elles pour évoluer et je sais qu’elles sont un soutien sans faille.

Et planifier, toujours planifier.

A M-9 du mariage, il nous reste à :

  • trouver un DJ, le contacter, le réserver. On dit beaucoup qu’une ambiance peut tout changer grâce à un bon chauffeur de salle.
  • Aller faire un tour du côté des rassemblements de véhicules anciens. Anthony a à coeur d’avoir un véhicule plein de cachet, et ce n’est donc pas ma partie. Si j’étais en Fiat Punto, ça ne me dérangerait pas le moins du monde.
  • Retravailler nos faire-parts
  • Faire une table décoration type, qu’on s’accorde sur la disposition de la salle, en tables rondes ou en tables façon buffet
  • Visiter l’intérieur de la salle. Nous en avons vu l’extérieur, et il est vrai que le lieu que nous avons choisi est très charmant puisque c’est un château. ( On n’est pas princesse tous les jours d’abord ! )
  • Et d’autres choses auxquelles je ne pense pas encore…

SOUHAITEZ-NOUS BON COURAGE, POUR CES NEUFS MOIS BIEN REMPLIS ! 

Extrait du shooting réalisé follement, il y a deux ans par E. Cabanis, à peine 6 mois ensemble, et déjà, nous savions que nous étions fait l’un pour l’autre ?