All Posts By

Anthony & Noémie

Culture, Tous, Voyage

Prague : seconde étape de notre voyage de noces !

Prague…depuis Berlin, quatre petites heures de train séparent les deux capitales européennes, un saut de puce dans notre périple qui devait aboutir sur les plages de Croatie un peu plus d’une semaine plus tard !

 Et voilà Prague qui apparaît sous nos yeux, à la fin d’un trajet agréable, bordé de paysages magnifiques. Nous sommes restés ici un peu plus de deux jours, suffisant pour profiter au maximum des incontournables de la vieille ville, mais sans aucun doute insuffisant pour découvrir toutes les richesse de cette ville au patrimoine exceptionnel.

Nous avions de Prague l’image d’une ville historique, un poil romantique et traversée par un fleuve à la manière d’une ville de Loire paisible et bordée d’histoire, tout cela n’était pas tout à fait juste mais nous nous en approchions ! Nous sommes arrivéspar le train depuis Berlin, quatre heures à profiter d’un magnifique paysage, une ligne entre fleuve et collines ponctuée de bourgades charmantes ! C’était le premier voyage en train pour Anthony, et bien qu’un peu anxieux au début, il s’est habitué à ce mode de transport qui permet de se reposer tout en se laissant porter.

Ce qui frappe d’entrée dans cette Capitale c’est « l’opulence » de son architecture, la richesse des décors et l’aspect monumental de certaines rues. La ville, et contrairement à ce que nous pouvions imaginer, est pleine de touristes si bien qu’il est assez difficile d’y circuler même à pied tant il y a la foule, d’autant plus dans les ruelles de la vieille ville ! Nous avons choisi un hôtel situé en coeur de ville afin de profiter de l’animation sans avoir à trop marcher, nous avons très bien fait ! La ville ancienne est labyrinthique et les distances sont rapidement importantes tant il est difficile de se repérer ! (J’applaudie ici le GPS du smartphone Huawei P20 pro  qui tant bien que mal a réussi à « accrocher » la majorité de nos trajets :p )

De 8h du matin à minuit et les estomacs bien remplis grâce aux nombreux restaurants croisés sur notre chemin, nous avons pu, malgré la chaleur (entre 30°c et 40°c au plus haut), déambuler au maximum dans la ville  afin de ne pas rater une miette des incontournables. Une cuisine simple, plutôt commune et très « internationale » en dehors des quelques restaurants typiques, c’est un peu ce que nous avons pu entrevoir de la cuisine ici. Prague est une ville du monde ouverte au tourisme de masse et malheureusement cela se ressent ; surtout au travers des innombrables boutiques souvenirs, toutes identiques et pratiquants des tarifs parfois assez prohibitifs ! La première adresse que nous avons testé s’est offerte à nous lors de notre première balade en ville. Quelques petites ruelles entrecoupées, et un espace qui nous a attiré. Quelques notes de musique, un accueil souriant et une végétation luxuriante…il ne nous en fallait pas plus pour se poser dans cette adresse qui offre une cuisine européenne très  satisfaisante !

Nous avons découvert un restaurant traditionnel nommé U Pivrnce Maiselova situé  60/3, 110 00 Praha 1 – Staré Město-Staré Měst et qui permettait de découvrir la cuisine du coin avec des plats sans prétention et un bon rapport qualité prix.  Tout l’endroit est décoré par un artiste populaire, Petr Urban,  à l’humour noir et aux dessins satiriques. Pancakes de pomme de terre, soupe à l’oignon et goulash sont donc à la carte et l’endroit se révèle être une vraie bonne adresse, autant pour la cuisine que pour l’ambiance franchement bonne enfant qui y règne.

Niveau incontournable, on vous conseille d’aller prendre un goûter au café municipal, l’occasion de profiter d’un décor art nouveau, tout en élégance et en raffinement ! 

Concernant nos activités culturelles, le programme a été varié et chargé ! Gros coup de coeur pour le musée des effets spéciaux de Karel Zeman ( Saská 80/1, 118 00 Malá Strana ) , un pionnier du genre ( que nous avouons ne pas connaître ) . L’occasion d’en savoir plus sur la façon de faire des films et d’animer des marionnettes par exemple.  Nous nous sommes beaucoup amusés, et même si le musée est assez petit, il est constitué d’éléments très ludiques et appelant à l’action ! Une activité très souvent plebiscitée pour les enfants, mais que nous avons trouvé attrayante pour nous qui sommes de nature curieuse. Le plus gros fou rire de notre vie dans un site touristique en fin de visite, grâce à une salle avec un fond vert… nous vous laissons la surprise si vous avez l’occasion de vous y rendre ! Ce n’était pas très cher comparé aux autres sites touristiques, et il y avait peu de monde, un vrai petit bijoux pour les curieux !

Lorsqu’on parle du château de Prague, c’est en réalité tout un quartier. Plutôt mal reçus par un office touristique sur place, nous avons accusé aussi notre manque d’organisation et d’information. De nombreux sites sont ouverts aux visites, mais ferment en général vers 17h30. Autant vous dire que la personne en face n’avait pas très envie de nous vendre des billets, et même s’il était indiqué 16h à nos montres, apparemment c’était trop tard. Un peu déçus, nous ne sommes cependant pas restés sur notre faim, puisque la balade pour monter tout en haut de ce point de vue valait le détour. Un petit verre dans la montée, l’occasion de souffler aussi avec un dénivelé assez sportif !

Nous avons également pris toute une après-midi pour visiter le quartier juif. Plusieurs types de formules touristiques s’offriront à vous, et vous aurez le choix de visiter une ou plusieurs synagogues, ainsi que des musées sur l’histoire juive, proposant objets précieux et nombreux témoignages. C’est à la synagogue espagnole, la plus décorée, qu’il vous faudra prendre vos tickets ( Vězeňská 1, 110 00 Staré Město ) Nous avons pris le billet global et avons commencé notre tour.  Beaucoup de gens en pèlerinage, des lieux bondés, mais une visite à faire absolument. Et pour les hommes, la kippa est bien évidemment obligatoire… ne vous en faites pas, elle sera fournie à l’entrée !

En grand amoureux des points de vue, nous avons aussi fait le Clémentinum ( Mariánské nám. 5, 110 00 Staré Město, Tchéquie ) , qui abrite surtout une des plus belles bibliothèque du monde. Ici on savoure avec les yeux, et c’est assez incroyable de voir à quel point les livres sont abondants. Avec son style baroque, cet endroit restera dans nos mémoires pendant longtemps. Nous avons vraiment eu le souffle coupé, et autant vous dire qu’il faut en profiter un maximum car la lumière a un minuteur afin de ne pas abîmer les précieux ouvrages. Le visite ne peut pas se faire autrement que guidée, et nous avons eu la chance d’avoir une guide sympathique, qui prenait bien le temps d’expliquer. Un peu de sport pour monter en haut de la tour astronomique et quel plaisir d’admirer toute une ville !  Petite précision, la visite est en anglais.

Crédit photo : Sean Yan 500 px

Bilan de ces un peu plus de deux jours passés à Prague : ville à la fois paisible par son atmosphère et sa culture mais furieusement active et animée grâce ( ou à cause ? )  des touristes et des nombreux artistes de rues présents. La cuisine y est bonne et le coût relativement accessible pour un Français (attention l’utilisation de la CB n’est pas dans la culture locale, ici il faut payer en « Couronne Tchèque » ! Pensez à trouver votre banque partenaire pour éviter le frais de conversions onéreux et ne vous ruer pas dans les « Bureaux de change » sans regarder un peu sur internet avant). Ici le seul point négatif est peut-être la chaleur humaine que dégagent les habitants qui ne sont pas tous totalement « Touriste friendly » et font parfois grise mine. Mais généralement tout cela est contrebalancé par la bonne humeur et la politesse que nous tentons d’échanger avec eux !

Café Municipal – nam Republiky 5, 111 21 Stare Mesto

Anecdotes et points pratiques 

Notre hôtel était l’hôtel Adler ( V Jirchářích 13, 110 00 Nové Město ), situé en plein centre-ville et à quelques minutes du tramway sa situation était géographiquement parlant une très belle idée de notre agence de voyages. Le personnel était très courtois, parlait suffisamment bien anglais pour comprendre le nôtre et proposait une collation gratuite dans l’après-midi. Le buffet du petit-déjeuner était garni et restait correct. Néanmoins nous avons eu quelques problèmes de climatisation, puisqu’elle était…inexistante !

Ne vous laissez pas avoir par l’authenticité de la brioche tchèque du Trdelnik. C’est le plus gros attrape-touriste du coin. Cette spécialité n’est pas connue en elle-même par les habitants et si vous êtes assez motivés pour aller parler à un habitant, il vous dira que c’est pas mauvais mais que même leurs grands-parents ne connaissent pas. Le nom de cette spécialité est cependant tchèque et a une connotation très ancienne mais se retrouve dans d’autres cultures de l’Est. En Autriche ils appellent ça “Prügelkrapfen” et en Slovaquie “Skalický trdelník.” Nous n’avions pas l’envie de le tester, même si c’est apparemment délicieux.

Si vous souhaitez emporter un souvenir typique de Prague, ramenez une marionnette ! La ville de Prague en est remplie, et il n’est pas rare de voir des magasins entiers dédiés à ce jouet particulier, façonné à la main et souvent entièrement en bois peint ! Méfiez-vous des porte-clés poupées russes qui sont certainement produits en Chine.

Crédit : PlacesOnLine.f 

Attention au taux de change et méfiez-vous des ATM, ces fameux distributeurs que vous croiserez à tous les coins de rue. Il n’est pas rare d’avoir des taux de conversion différents, et l’idéal reste de trouver la banque jumelle de celle que vous avez en France. La ville de Prague n’est pas aussi peu chère que ce qu’on nous avait laissé entendre, surtout dans le centre-ville !  Les sites touristiques s’additionnent vite sur le budget et il faut souvent faire des choix. Par contre, la bière est effectivement très peu onéreuse ( comptez 2€ maximum la pinte ) . Dans le prix affiché à la carte, il faut bien tenir compte du pourboire à laisser qui doit être en général de 10% et des accompagnements ! Une fois qu’on a pris l’habitude, c’est assez facile même si on doit réfléchir à l’heure du calcul. Le plus souvent, nous arrondissions la somme, surtout quand le service était souriant et le lieu accueillant. Si vous commandez un goulash, vous aurez juste de la viande. 350 CZK (14.58 €) c’est souvent le prix d’une viande et d’un accompagnement. Pour en revenir à cette brioche cuite sur bâton qu’est le Trdelnik, il revenait souvent à 3€. Ce qui n’est pas si peu cher quand on s’intéresse aux ingrédients.

Trouvez la tête de Kafka, auteur pragois connu pour La Métamorphose. Admirez le mécanisme hypnotisant. 

Nous espérons que cet article vous a plu, et n’hésitez pas à partager vos impressions sur la ville de Prague ! On se retrouve à mi-parcours, pour vous faire découvrir Vienne ! 

Geek, Tous

Jurassic World, du divertissement au film clin d’oeil

Jurassic World : Fallen Kingdom

5 ème film de la licence JURASSIC PARK au cinéma, ce dernier est la suite directe du premier « JURASSIC
WORLD » sorti en 2015, se déroulant, d’après les scénaristes 25ans après les événements de JURASSIC PARK III.

Le film est réalisé par Juan Antonio Bayona (l’Orphelinat, The Impossible) prenant ainsi la suite de
Colin Trevorrow, qui avait d’ailleurs co-écrit le scénario du reboot de la série. Ici, le cinéaste espagnol
manie avec habilité les codes du film à suspens et d’horreur pour les mêler à cette toute nouvelle
production riche en effets spéciaux bluffant et aux plans impressionnants de réalisme. Cet épisode marque une réelle rupture dans l’intrigue originelle de la série et nous amène à sortir du champ réduit de l’île afin de d’étendre l’intrigue au continent, tout en apportant de nouveaux éléments à l’univers déjà vaste de la licence.

Après les évènements de 2015, le parc d’Isla Nublar est abandonné, livré aux dinosaures alors en
liberté qui font face à un danger majeur et imminent : la disparition de l’île causée par l’éruption du
volcan entrant en activité. Loin d’imaginer un tel scénario, le monde désormais bien au fait de
l’existence de ces belles bêtes, s’empare du problème en urgence afin de décider ou non d’une
tentative de sauvetage. Un démarrage sur les chapeaux de roues !

Claire Dearing, l’ancienne directrice de Jurassic World & Owen Grady le dompteur de dinosaures vont
se laisser convaincre par Benjamin Lockwood, l’ancien collaborateur et ami d’Hamond de mettre au
plus vite en sécurité le plus d’espèces possibles sur une ile voisine, à l’encontre de la décision du
gouvernement et dans le secret le plus absolu. Sous les ordres de Emi Mills, le jeune associé de
Lockwood, les protagonistes vont malheureusement se laisser berner par le sourire affiché par
l’homme d’affaire et tomber au cœur d’une affaire qui pourrait bien faire changer la face du monde
tel qu’il existe alors…

L’intrigue va mettre en scène quelques protagonistes présents depuis les débuts en 1993
comme le Dr Wu (toujours à la recherche du dinosaure parfait) ou même le professeur Malcolm (interprété par Jeff Goldblum), malheureusement trop peu présents ; et introduire de nouveaux personnages comme Zia
Rodriguez la « vétérinaire du mésozoïque  » interprétée par Daniella Pineda ou Franklin Webb le jeune
assistant trouillard interprété par Justice Smith. Les personnages sont malheureusement clichés et très peu exploités, mais n’en demeurent pas moins cohérents dans l’intrigue proposée par l’opus.

En un peu plus de deux heures de séance, on retrouve avec grand plaisir l’univers gigantesque qui
découle de l’opus originel avec une certaine nostalgie et une petite dose de fan service !

Comme un enfant on s’émerveille devant la maquette du parc originel reproduite dans le manoir
Lockwood ou même devant la triste disparition d’Isla Nublar sur fond de flammes et d’une musique
bien connue de John Williams. Avec ce nouvel opus, c’est la fin d’une époque et le début d’une
nouvelle ère, nous sommes alors bien loin de la découverte d’une île presque inconnue et de
l’émerveillement procuré par un des premiers films utilisant la 3D. Mais il faut bien avouer que ce
nouveau spectacle est une claque visuelle (avec un bonne dose « d’animatronics ») !

Bien mené, mais avec un scénario relativement moyen qui divise les fans de la première heure et les amateurs de bon film d’action, il n’en demeure pas moins un film agréable à regarder et propose de bonnes idées de réalisations dans la droite ligne du premier Jurassic World.

 

Et toi, fan de cette série de films ? 

Geek, Tous

Un Huawei pour les gouverner tous !

 Aussitôt ma cible en vue, impossible de revenir en arrière ! Cette fois, j’ai jeté mon dévolu sur le dernier né de chez Huawei : Le tout nouveau P20 PRO, un bijou de technologie qui a pour particularité de proposer non pas un, ni deux, mais trois objectifs photo !

 

J’imagine qu’il n’est pas nécessaire de vous résumer ma passion pour la photographie et les smartphones. S’il y a bien deux domaines dans lesquels je veille continuellement à être à la page, ce sont bien ces deux-là. Cet article va vous présenter ma prise en main de l’appareil ainsi qu’un avis objectif après plusieurs semaines d’utilisation. Je ne vais pas entrer dans les détails de chaque caractéristiques puisque ce qui compte avant tout c’est l’expérience de l’utilisateur ! 😊

 

———————— P r e m i è r e  a p p r o c h e  / ————————

Dès l’emballage le produit impose de son image pour nous en mettre plein les yeux. Une belle boîte blanche habillée des logos de la marque en caractères brillants, simple, sobre et efficace. On remarque aussi la présence du petit logo de la célèbre marque d’appareils photos « LEICA Triple Camera », qui annonce d’emblée une partie photo soignée et de grande qualité.

Je n’ai jamais été un grand utilisateur des smartphones Huawei malgré leur présence relativement ancienne sur le marché. Cependant j’ai tout de même eu la chance d’utiliser un smartphone co-produit avec Google qui n’était autre que le Nexus 6P fabriqué par Huawei (en passant un excellent smartphone à prix encore abordable)… Mais revenons au P20 PRO ! Et puis j’ai passé le Nexus 6P à Noémie, alors je sais qu’il est encore à portée de mains !

Chose sympathique, le smartphone Huawei P20 PRO est livré avec une coque en silicone souple afin de ne pas le laisser tomber tout de suite après son achat, d’autant que les house ne sont généralement disponibles que dans les semaines qui suivent le lancement officiel.

A noter également que le P20 PRO ne dispose pas d’un port «Jack » pour brancher casque ou écouteurs, il faut utiliser le port USB-C du téléphone. Pour résoudre le problème, Huawei fourni avec le téléphone un mini adaptateur pour brancher son casque favori (mais on peut aussi utiliser le Bluetooth) !

 

———————— P r i s e  e n  m a i n / ————————

Une fois en main il faut bien avouer que ce rectangle de verre et de métal est plutôt « classieux » et séduisant de technologie. Son écran de technologie OLED recouvre près de 82% du smartphone en façade, ce qui lui donne un aspect bord à bord assez impressionnant ! Il faudra néanmoins compter sur un « Notch », sorte d’encoche en haut de l’écran permettant de de caser l’appareil photo, le haut-parleur et quelques capteurs, ainsi qu’un lecteur d’empreinte en bas de l’écran. (le notch peut être masqué artificiellement dans les options)

Avec son ratio 19/9, le téléphone est plus long que les smartphones traditionnels, cela peut conduire à une légère gêne pour atteindre le haut de l’écran en l’utilisant à une main. Il faut aussi noter que le dos en verre prend rapidement les traces de doigts, mais il est difficile de faire beau et pratique.

Pour le reste, rien Ne diffère radicalement de ce qui existe chez les confrères ou les anciennes générations de la gamme « P » de Huawei. On retrouve ainsi les boutons de volume, le bouton on/off, la petite encoche pour la carte sim et un haut-parleur sur la tranche basse.

 

————————  A  l ‘ u t i l i s a t i o n  / ————————

Android 8.1 Oreo disponible sur le smartphone propose une expérience utilisateur de plus en plus poussée, et dispose d’un catalogue d’applications aussi fourni voir d’avantage que son homologue à la pomme, ce qui confère au P20 PRO une très bonne durabilité et un suivi d’au moins deux ans.

Le P20 PRO tourne sur une surcouche maison nommée « HUAWEI EMUI » pour EMOTION UI, une interface largement modifiée par le constructeur et qui comporte énormément d’options au point d’en perdre parfois le Nord ! Cette surcouche n’est pas ma favorite tout comme celle de Samsung, je suis d’avantage attiré par une expérience proche de celle proposée nativement par Android ; mais la gamme de smartphones « PIXEL » conçue par Google n’est pas commercialisée ni proposée en France… Adieu donc le Android Stock et EMUI et bonjour le « Launcher alternatif ».

Pour le reste nous sommes sur le haut de gamme de la téléphonie mobile en 2018, il égale ses adversaires sur quelques points et en dépasse beaucoup d’autres. Puissance, écran et son, tout est ici une démonstration technique de chaque instant. Le mobile dispose d’un espace de stockage conséquent de 128go non extensible et d’un système audio Dolby Atmos qui modifie les paramètres en fonction du contenu.


 

———————— P a r l o n s  p h o t o  / ————————

S’il y a bien un sujet qui m’importe dans le choix d’un nouveau smartphone comme expliqué en introduction, c’est bien la photo. Force est de constater que le P20 PRO ne fait pas qu’un pas en avant, mais bien un véritable bond en avant !

Les caractéristiques :

Le smartphone embarque au total 4 capteurs photographiques : 1 en façade et 3 au dos, une première dans l’univers du téléphone mobile grand public !

Le premier est un capteur « RGB » de 40mégapixels ouvrant à F/1.8 et équivalent à un grand angle de 27mm, le second un téléobjectif de 8mégapixels ouvrant à F/2.4 et équivalent à un zoom x3 de 83mm et enfin un capteur « monochrome » conçu en partenariat avec LEICA de 20mégapixels ouvrant à F/1.6 et équivalent à un grand angle de 27mm. Devant, on retrouve un appareil pour les selfies et la visio de 24mégapixels ouvrant à F/2.0 et équivalent à un grand angle de 26mm.

Les trois objectifs situés à l’arrière sont stabilisés à la fois optiquement et de manière logicielle (OIS+EIS) ce qui permet une prise de vue même dans des conditions difficiles et un focus plus facile dans des situations ou la vitesse est primordiale : En bref un champion toutes catégories !

 

Dans la pratique :

Dans la pratique prendre des photographies est un véritable plaisir, même si Huawei applique un traitement photo parfois un peu trop agressif et présent, notamment au travers de son système de reconnaissance de « Scènes IA » qui applique certains paramètres de couleurs et de netteté en fonction de ce qui se trouve dans le viseur : Nourriture, ciel bleu, animaux, végétaux…. Mais la véritable force de ce téléphone réside surtout  dans sa capacité à utiliser un mode PRO (qui permet de débrayer les paramètres comme sur un vrai reflex) et un format RAW (fichier brut qui permet une édition poussée sans perte sur ordinateur) ainsi qu’un mode nuit ultra-performant qui fait beaucoup d’ombre au concurrents !


Encore de la technique :

Source : www.unbox.ph

 

La force du capteur principal est de proposer une taille d’images de 40mégapixels en sortie, ceci couplé à un capteur photo près de 25% plus grand que son homologue Samsung et 70% plus grand que celui du dernier Iphone X. Ces deux éléments permettent ainsi d’obtenir énormément de détails dans les photos prises de jour, mais également un effet « bokeh » bien plus réaliste. En contrepartie les images de nuit du fait d’un aussi grand capteur dans un smartphones sont moins bonnes en 40mp (Bruitées et un peu trop sombres, mais restent exploitables).

Afin de parer au problèmes, les ingénieurs ont utilisé la technologie « Light Fusion » qui permet de combiner 4pixels en un afin de multiplier la lumière d’autant (taille de pixels de 4µm contre 1 à 1,55 en général) ! Sur le P20 PRO, il est donc possible de sortir des images de 10mégapixels au lieu d’une seule photo en 40mégapixels avec près de 400% de lumière et de détails en plus, une « tambouille » qui fonctionne du tonnerre !

Le très bon capteur monochrome co-conçu avec LEICA et utilisé depuis plusieurs années sur la série P, arrive à maturité et propose un rendu digne d’un véritable appareil LEICA vendu à plusieurs milliers d’euros… De plus cet objectif est utilisé la nuit pour améliorer la netteté des clichés en couleur.

Source : infoglitz.com

 

Sur le terrain, le mode automatique peut ainsi capter la lumière même dans les endroits les plus sombres sans peiner ! La lueur d’une bougie suffit à prendre un cliché dans une pièce et d’obtenir suffisamment de détails pour être exploitable. La récente mise à jour du téléphone permet même de monter (pour les connaisseurs) à une sensibilité de plus de 100.000isos, lorsqu’un Galaxy S9 ne dépasse pas les 6.400isos et qu’un XPERIA ZX2 de chez Sony ne dépasse pas les (pourtant) 56.000isos !!!!

Passons cependant le très « inutile » mode ralenti à 960images secondes, qui même s’il est une prouesse, n’est absolument pas indispensable et est relativement difficile à utiliser parfaitement.

Le mode nuit, enfin, permet de réaliser des clichés à main levée jusqu’à 4secondes de pose sans flou, alors qu’un trépied est souvent nécessaire à partir de 0,3secondes pour éviter le flou de bouger. Les résultats parlent d’eux même, je ne m’étalerai pas plus sur la question : PARFAIT ! 😊

La partie vidéo n’est cependant pas aussi aboutie : Absence de stabilisation optique à partir de la résolution 1080p en 60 images par secondes et en 4K. Il faudra donc se contenter d’une bonne qualité et stabilisation en 1080p 30images/s uniquement. Espérons que cela soit réglé par une mise à jour logicielle plus tard dans l’année, d’autant que les capteurs sont tous stabilisés optiquement. On peut cependant saluer la présence d’un mode manuel en vidéo qui permet de contrôler mise au point, luminosité et balance des blancs en temps réel.


———————— L E  B I L A N  / ————————

En plus d’être un appareil à la pointe en cette année 2018, le smartphone dispose également d’une solide batterie de 4000mah et d’une « Supercharge » qui permet à la fois au smartphone de tenir entre un et deux jours suivant l’utilisation, mais également de gagner près de 50% de batterie en 30minutes de charge…

Entre innovation et révolution, Huawei m’a conquis en proposant à la fois un téléphone endurant et performant, mais également en redoublant d’efforts pour proposer une partie photo digne d’un compact expert dans un format mobile ! Ce téléphone est d’autant plus intéressant lorsque l’on sait qu’il se vend actuellement un mois après sa sortie entre 699 et 850euros ! (Obtenu à 699 grâce à une réduction immédiate de 200€ valable à sa sortie, sans compter la reprise de son ancien smartphone).

Pour ce prix, impossible de trouver un rapport qualité-prix équivalent, il est tout simplement le meilleur proposé à ce prix relativement contenu ! Foncez, il ne vous décevra pas.

Beauté, Boutiques, Tous

La barbe de papa

Anthony n’a pas autant d’attrait pour sa chevelure et sa barbe que pour le patrimoine, à tel point qu’il était nécessaire d’agir !

 

Depuis plusieurs mois, Noémie me répétait qu’il était grand temps de franchir la porte d’un barbier afin de me « faire beau ». L’idée de passer du temps pour tailler cette barbe en payant le prix fort me paraissait inutile, d’autant je maîtrisais depuis peu la coupe au rasoir électrique gracieusement offert par un ami… Je me trompais !  😳

J’ai été gentiment invité par le Centre Commercial Place d’Arc d’Orléans et le nouveau barbier « La Barbe de Papa » à tenter l’aventure, c’était l’occasion rêvée ! Le rasage était offert et la coupe à ma charge. Cela ne pouvait pas mieux tomber effectivement : Des cheveux d’une longueur infernale et une barbe qui ne me laissais plus entrevoir mon menton ! (Oui j’ai oublié de vous préciser que « la Barbe de Papa » réalise également des coupes de cheveux… Une aubaine !  😀

 

Le magasin

La boutique se situe non loin de l’entrée du magasin Carrefour, dans la galerie marchande juste en face des escalators, mais à l’opposé de le la descente vers la gare d’Orléans. Bref, un lieu de passage immanquable surtout lorsque l’on aperçoit la belle devanture : ses lettres lumineuses, ses larges vitres et son enseigne lumineuse (qui mérite une anecdote en fin d’article).

A l’intérieur, la décoration harmonieuse et sobre (murs noirs) permet d’attirer l’attention vers les meubles en bois et les sièges en cuir noirs. Ils donnent un aspect très qualitatif à l’ensemble, et c’est vraiment sympa ! J’apprécie tout particulièrement l’agencement et l’esprit ouvert vers la galerie, même si cela peut gêner certains d’avoir cette d’impression d’être vu par les centaines de personnes qui passe par là !  😕

 

Bon à savoir : Il est impossible de réserver à l’avance, la rotation est normalement suffisamment rapide pour ne pas attendre trop longtemps entre chaque client !

Si tel n’est pas le cas, une ardoise disposée à l’entrée du magasin vous permet d’inscrire votre nom dans l’ordre d’arrivée. A l’appel de votre nom, c’est à votre tour, de quoi vous laisser quelques minutes pour flâner dans les boutiques voisines le temps de quelques minutes !

 

La totalité des produits utilisés par le magasins sont identifié sous la marque : « AMERICAN CREW » et peuvent être achetés individuellement ou dans un des coffret cadeaux que vous pourrez retrouver en magasin.

 

Place à la coupe !

 

Pour cette première séance, j’ai donc opté pour la coupe des cheveux accompagnée de la taille de la barbe afin d’uniformiser le bas et le haut de la tête. Après une rapide présentation des différents produits qui vont être appliqués dans la cadre du rasage, j’ai pris position !

Une fois installé sur le fauteuil en cuir, il n’est plus nécessaire de bouger. Le fauteuil pivote afin d’installer le bac pour le shampoing et revient dans sa position initiale pour passer au reste, très pratique !

Rien à redire sur la partie coupe, le résultat répondait exactement à ma demande, ce qui n’est jamais évident la première fois que l’on met les pieds dans une nouvelle boutique ! Il a suffi d’une photographie pour bien cerner ma demande, très efficace !

La prestation de qualité n’est pas trop longue, juste le temps de bavarder un peu et c’est déjà terminé !

Place au rasage !

 

Peu habitué et très curieux, j’ai tout analysé afin de bien comprendre la démarche et surtout la différence entre le « Fait sois-même » et le « babier ». Force est de constater que j’étais loin de m’imaginer le véritable aspect d’un rasage à la lame qui est bien plus minutieux et long qu’un rasage effectué chez soi avec le premier rasoir venu !

La préparation du visage et du poil est indispensable afin de ne pas « heurter » la peau et assouplir ce dernier. Pour ceux qui se rasent à domicile, il est d’ailleurs conseillé d’effectuer un rasage avec le visage encore humide et chaud afin d’éviter les coupures pendant le rasage. Dans mon cas, une serviette chaude appliquée sur mon visage et ma barbe a permis de ramollir les poils et ainsi en faciliter la coupe.

Après une taille au rasoir électrique afin de retirer cet excédent de barbe, il était temps de passer aux choses sérieuses : Le blaireau et la la lame (la partie la plus impressionnante, lorsque l’on aperçoit la longueur de celle-ci !).

Avant le passage de ce bel outil coupant, le « blaireau » permet de bien étaler la mousse de rasage en profondeur sur la peau et ainsi soulever les poils pour permettre une meilleure coupe (tout en retirant les peaux mortes).

Tout n’est après que précision dans le geste et immobilité du patient afin d’éviter les erreurs et coupures involontaires. Un produit a d’ailleurs été appliqué sur la peau pour diminuer les microcoupures pendant le passage de la lame ; le passage de la serviette chaude sur les microcoupures restantes permet une cicatrisation presque immédiate.

Pendant le passage de la lame je n’ai absolument rien ressenti de cette dernière : Le geste était fluide et le peu de microcoupures présentes sur ma peau avaient déjà disparus ! Encore une fois, il s’agissait ici d’une taille de barbe, en coupant la totalité du bouc et de la moustache j’imagine que le travail aurait nécessité de nombreux passage de lame supplémentaires et impliquer également d’autres petites coupures…

Un dernier traitement après rasage et il est temps de se lever pour constater le résultat final !

 


Vous l’attendiez, voici l’anecdote tant attendue sur le pourquoi du comment de cette décoration lumineuse tournoyante en façade de ces boutiques !

Durant le Moyen-Âge les barbiers pouvaient utiliser leurs outils pour d’autres « travaux » que ceux de la barbe, véritables chirurgiens ils pratiquaient des saignées et parfois même des arrachages de dents. Le plus célèbre de tous fut le dénommé Ambroise Paré, barbier puis chirurgien des rois !

Le Poteau qui était en façade des boutiques était généralement peint en bleu, une représentation du bâton que tenaient les patients pour les saignées. Les bandages qui recueillaient le sang étaient disposés à la vue de tous pour sécher ou attirer l’attention… Le bleu pour le salon, le blanc pour le bandage et le rouge pour le sang !

Sachez que vous pouvez retrouver « La Barbe de Papa » dans plusieurs centre commerciaux à travers la France, de quoi fidéliser sa carte créditée à chaque passage en caisse pour s’offrir soins ou coffrets cadeaux ! (Egalement disponibles sur le site internet)

 

Centre commercial Place d’Arc, 2 rue Nicolas copernic – 45000 Orléans www.labarbedepapa.fr / www.facebook.com/BDPORLEANS/ 02 56 91 06 10

 

 

 

Cuisine, Tous

L’expérience Cook Angels : tous aux fourneaux !

Cook Angels, ça ne vous dit rien ? Contactés pour tester ce concept, c’était l’occasion de proposer à Anthony de mettre la main à la pâte avec moi, pour tester cette box culinaire prête-à-préparer.

 

 

Le concept

Ingrédients pesés, déjà lavés… tout est fait pour que vous ayez besoin du strict minimum pour cuisiner la recette qui arrive chez vous, livrée par Colissimo réfrigéré. Vous choisissez sur le site une recette qui vous tente parmi 3 proposées, une à base de viande, l’autre à base de poisson et une dernière végétarienne, et elle arrive directement chez vous, dans toute la France Métropolitaine ( hors Corse ) , à un créneau horaire à définir sur le site.

Nous livrons à Paris et région parisienne du mardi au samedi entre 14h30 et 22h00. C’est vous qui choisissez votre jour et créneau de livraison: 14h30-16h00, 16h00-17h30, 17h30-19h30, 19h30-21h et enfin 21h-22h.

Pour le reste de la France, nous livrons du jeudi au samedi de 8h à 13h et notre partenaire, Chronofresh, vous contacte le jour de la livraison pour repréciser un créneau d’une heure afin de ne vous bloquer toute la matinée.

Dernière solution : vous pouvez enfin choisir de retirer votre box dans notre boutique au 17 rue de Saint-Sénoch à Paris 17e et bénéficier d’une réduction de 5€ chaque semaine.

 

Et en pratique ?

Une fois la box arrivée, on vérifie que tout est dedans, on met les ingrédients au frais et on cuisine quand on est prêt, tout en respectant la date de péremption sur les produits, qui garantit fraîcheur et qualité optimale. Une fiche recette explicative avec des informations nutritionnelles nous guide tout le long de la recette. Qu’on ait un niveau avancé ou qu’on soit expert, c’est toujours intéressant de suivre une recette pas à pas, et de verser, d’émincer, de faire dorer… Un exercice plutôt ludique et une expérience qu’on peut facilement partager à deux ou en famille.

Les ingrédients sont frais et de qualité, les sauces et marinades fournies et les brochettes sont piles à la bonne taille pour le saumon qui n’a rien à voir avec celui qu’on trouve en hypermarché. Cook Angels revendique sur son site la qualité de leurs fournisseurs, et je ne peux que le confirmer : le saumon était de très bonne facture, et il embaumait même pas encore cuit ! Les pousses d’épinards quant à elles étaient bien fraîches, vertes et non filandreuses, et l’avocat est encore vert en arrivant et n’a pas noirci pour un sou.

Le rapport qualité prix

Bien entendu, une box de ce prix ( 32€ pour 2 plats par semaine livrés en une seule fois ) ne peut pas rentrer dans un budget quotidien. Sous la forme d’un abonnement résiliable à tout moment, et 100% sans engagement, cela revient à 8€ un seul plat par personne. Cela reste tout de même un peu cher, même si la qualité, le service à domicile et le concept justifient réellement ce prix. Je pense que c’est une expérience à réserver quand on veut passer un bon moment, qu’on veut cuisiner un produit de qualité simplement, et avec des ingrédients choisis pour ne pas y passer trop de temps. Un concept clé en main qui nous a séduit et qui se décline en trio ou en famille ! Avec la commande, on peut choisir d’ajouter à son panier des fruits frais, du pain…

Il n’y a aucun engagement, c’est vous qui décidez ! Chaque semaine, vous avez jusque au mercredi soir minuit pour décider si vous souhaitez recevoir ou pas la box de la semaine suivante suivante. Si vous souhaitez recevoir votre panier, ne faites rien, vous recevrez votre box comme la semaine précédente : même formule, même jour, même heure, seules les recettes changeront !

 

Et on déguste nos brochettes de saumon teriyaki , pousses d’épinards fraîches, avocat et riz vinaigré ! 

 

Merci Cookangels !